Quatre banques payent 428 millions de dollars dans l'affaire WorldCom

 |  | 325 mots
Lecture 1 min.
L'affaire WorldCom n'en finit pas de coûter de l'argent. Quatre banques, ABN Amro, BNP Paribas, Mitsubishi Securities et Mizuho, vont payer 428,4 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites liées à la faillite de l'opérateur télécoms. A l'origine de ce coûteux règlement amiable se trouve une procédure de "class action", c'est-à-dire orchestrée par un groupe d'actionnaires, au motif que les banques auraient dû savoir que les comptes de la société comportaient des fraudes au moment où elles pilotaient ses émissions d'obligations.A elle seule, ABN Amro s'acquittera de 278,3 millions de dollars et Mitsubishi de 75 millions de dollars, tandis que Mizhuo et BNP Paribas paieront 37,5 millions de dollars chacune. Ces derniers jours, d'autres banques ont mis la main au portefeuille afin de régler des procédures similaires. Lehman Brothers, UBS, Goldman Sachs et CSFB ont dû payer 100,3 millions de dollars chacune. Avant elles, Bank of America, la troisième banque américaine, a conclu un accord similaire d'un montant de 460,5 millions de dollars. Mais la palme revient à Citigroup, première banque mondiale, qui accepté de régler en mai 2004 pas moins de 2,57 milliards de dollars. Les actionnaires lui reprochaient des émissions obligataires de 15,4 milliards de dollars réalisées en 2000 et 2001. Si les derniers accords sont approuvés par le juge fédéral, les "class action" dans l'affaire WorldCom auront généré 3,56 milliards de dollars de dédommagement, le montant le plus important jamais atteint dans ce type de procédure aux Etats-Unis. Et cela pourrait ne pas être terminé. Le dernier accord accroît encore la pression sur six autres banques également dans le collimateur des actionnaires. Les plus durement touchées seraient JP Morgan Chase et Deutsche Bank. Il faut dire que l'affaire WorldCom était d'ampleur. Au total, ce ne sont pas moins de 11 milliards de dollars de fraudes financières qui ont été mises à jour, entraînant une retentissante faillite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :