L'Ecureuil attaque

 |  | 349 mots
Lecture 2 min.
Il fallait un pionnier, et ce sont finalement les Caisses d'épargne qui ont décidé de sortir les premières du bois. Les dépôts de leurs 26 millions de clients peuvent désormais être rémunérés, une grande première sur le marché français. On se rappelle que cette question de la rémunération des dépôts a été tranchée par la justice communautaire après une longue bataille juridique entre les banques hexagonales et la Caixa banque, un établissement espagnol qui avait trouvé ce judicieux moyen pour commencer à se faire un nom sur le marché français.Après avoir longtemps résisté, les banques françaises ont dû finalement s'incliner et depuis quelques semaines, il leur est officiellement possible d'accorder ce petit avantage à leurs clients. Mais jusqu'ici, les grands établissements de la place s'étaient bien gardés de briser le tabou dans les faits. "Cela n'intéresse pas nos clients" ou "l'avantage est minime pour eux", entendait-on ici ou là. Désormais, on va pouvoir juger sur pièces...En décidant d'élargir leur offre commerciale avec la rémunération des dépôts, les Caisses d'épargne prouvent une fois de plus qu'elles ne manquent pas d'ambition. L'an dernier, elles s'étaient offertes Ixis, une banque d'investissement un temps co-pilotée avec la Caisse des dépôts. Une fois franchi ce cap de la banque universelle, le groupe avait dans la foulée dévoilé un ambitieux plan stratégique pour 2007 où il est question de développement bien sûr mais aussi de rentabilité. Un discours nouveau pour une banque dont l'image est toujours étroitement liée à celle du Livret A qui a assuré ses beaux jours. Cette époque est pourtant révolue. L'Ecureuil veut nouer une nouvelle relation avec ses clients et en gagner sur ses concurrents. Avec le coup de tonnerre de la rémunération des dépôts, il s'en donne les moyens. La réaction des concurrents, hier plus que frileux, sera pour le moins intéressante à observer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :