Thales pénalisé par les déclarations de DaimlerChrysler

L'affaire Thales-EADS prend un nouveau virage. Mais pas celui espéré par les pouvoirs publics français... En effet, Juergen Schrempp, le patron de DaimlerChrysler, actionnaire à plus de 30% d'EADS, a déclaré au Financial Times qu'il s'opposait à tout rapprochement entre les deux entreprises de défense Thales et EADS."Il y a quelques domaines où EADS et Thales pourraient coopérer. Mais j'estime qu'une fusion n'a pas de sens, ni du point de vue des actionnaires, ni sur le plan stratégique", a expliqué Juergen Schrempp dans une interview accordée au quotidien.Cette déclaration d'un actionnaire de poids du groupe franco-allemand EADS semble éloigner une fusion pourtant rêvée par l'Etat français. Si le projet a dû être écarté en fin d'année dernière, l'arrivée prochaine de Noël Forgeard à la co-présidence d'EADS avait laissé pressentir une nouvelle tentative dans ce sens. En effet, l'actuel patron d'Airbus, filiale d'EADS, avait déclaré que ce projet de fusion était "au programme en 2005".L'objectif d'un tel projet, également très critiqué outre-Manche, consisterait à créer un nouveau géant mondial de l'aéronautique et de la défense, avec un chiffre d'affaires de plus de 43 milliards d'euros, et ainsi capable de rivaliser avec Boeing.Thales, qui était porté par la spéculation en tant que cible potentielle d'EADS, recule de 1,17%à 33,85 euros, à la clôture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.