AMD poursuit Intel en justice

 |  | 334 mots
C'est un remake du combat de David et Goliath. AMD est parti à l'assaut de son éternel rival Intel. Le deuxième fabricant mondial de micro-processeurs a déposé plainte contre le numéro 1 mondial du secteur, devant le tribunal de l'Etat américain du Delaware. Il accuse son concurrent d'abus de position dominante concernant le micro-processeur x86. Selon la plainte d'AMD, Intel utiliserait sa position de leader incontesté pour contraindre 38 sociétés clientes telles que des fabricants d'ordinateurs, des concepteurs de systèmes, des distributeurs ou des détaillants, à ne plus faire affaire avec AMD. Comment? Intel aurait versé des ristournes à Dell, Sony Toshiba, Gateway et Hitachi en échange d'accords d'exclusivité. Autre exemple, ces rabais - qui se comptent en millions de dollars - auraient fait perdre à AMD le contrat Sony, alors que sa part de marché auprès du japonais était en 2003 de 23%. En Europe, AMD, dont les micro-processeurs servent à faire fonctionner les systèmes d'exploitation Windows de Microsoft, Solaris de Sun Microsystems ou Linux, a été exclu par le distributeur allemand Media Markt, qui détient pourtant 35% des ventes informatiques de détail outre-Rhin. "Partout dans le monde, les clients méritent d'avoir la liberté de choix et de bénéficier de l'innovation, et ils en sont privés sur le marché des micro-processeurs", a déclaré le patron d'AMD Hector Ruiz, dans un communiqué. Il faut dire que dans l'industrie des micro-processeurs, Intel, dont les puces Pentium 4 ou Centrino ne sont plus à présenter, détient une position écrasante avec 80% des ventes mondiales unitaires et 90% du chiffre d'affaires. Bien que numéro 2, AMD et ses puces Opteron et Athlon, est donc très loin derrière.Cette plainte intervient après une décision des autorités japonaises de la concurrence qui reprochent à Intel d'exercer ce genre de pression sur cinq constructeurs d'ordinateurs japonais, NEC, Toshiba, Hitachi, Fujitsu et Sony. Intel est également dans la ligne de mire de la Commission européenne qui enquête sur ses pratiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :