Unicredito et HVB se rapprochent d'un accord

 |  | 462 mots
Lecture 2 min.
C'est en bonne voie: la prise de contrôle de la banque allemande HVB par sa consoeur italienne Unicredito semble se préciser. Selon différentes informations parues ce matin, les deux établissements auraient fait de substantiels progrès dans leurs discussions, tant sur l'organisation à mettre en place dans le cadre de leur rapprochement qu'en ce qui concerne le prix de l'opération.Ce devrait être le plus gros rapprochement bancaire transnational d'Europe: si les banques italienne et allemande mènent à bien leur fusion, elles donneront naissance à l'un des plus gros établissements du continent: la quatrième banque de la zone euro et la neuvième pour l'ensemble de l'Europe (par capitalisation boursière). Confirmé officiellement la semaine dernière, le projet est donc attendu avec impatience par les marchés, d'autant que le secteur bancaire italien est actuellement en plein effervescence avec, outre cette opération éventuelle, les offres de rachat lancées par la banque néerlandaise ABN Amro et l'espagnole BBVA sur des établissements de la péninsule.Complexe, l'organisation de ce rapprochement semble donc bien avancer. Selon des informations publiées ce matin par l'AFP, les dirigeants des deux banques auraient déjà trouvé un accord sur la répartition des pouvoirs au sein du futur groupe - une question toujours extrêmement délicate sur laquelle ont achoppé bien des projets de fusion. Le schéma prévu verrait donc le patron d'Unicredito, Alessandro Profumo, prendre la direction exécutive du futur groupe. Son homologue allemand, Dieter Rampl, deviendrait pour sa part président du conseil d'administration. La rapprochement devrait faire une victime en la personne d'Albrecht Schmidt, actuellement président du conseil de surveillance de HVB. La presse allemande croit en effet savoir que ce dernier quittera son poste, en raison de son hostilité à l'opération envisagée. Autre progrès important réalisé ces derniers jour par les deux banques: le rapprochement de leurs positions en ce qui concerne le prix de l'opération. Le schéma envisagé prévoirait, selon l'AFP, un échange d'actions, selon lequel Unicredito apporterait cinq de ses titres pour une action HVB. Une parité qui ferait ressortir un prix d'achat de la banque allemande d'environ 22 euros par action, pour un prix total de plus de 16 milliards d'euros. Parmi les questions restant à régler figureraient encore notamment la question du joyau de HVB, sa filiale autrichienne Bank Austria Creditanstalt. A en croire le quotidien allemand des affaires Handelsblatt de ce lundi, Unicredito envisagerait de faire une offre aux actionnaires minoritaires de la banque autrichienne. Ce qui pourrait alourdir le montant total de l'opération d'environ deux milliards d'euros. Lundi, en fin de séance, l'action HVB cède 0,71% à 19,65 euros à la Bourse de Francfort. A Milan, le titre Unicredito cède 1,33%, à 4,07 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :