GlaxoSmithKline confirme son retour à la croissance en 2005

 |  | 364 mots
Lecture 2 min.
La concurrence des médicaments génériques aura laissé des traces dans les comptes annuels de GlaxoSmithKline. En effet, le groupe pharmaceutique a enregistré un manque à gagner de 1,5 milliard de livres sur l'année, en raison de la monté en puissance de ces médicaments. Plus précisément, les génériques ont pesé sur les ventes totales de Wellbutrin (antidépresseur), qui ont chuté de 12% à 715 millions de livres, ainsi que sur le chiffre d'affaires du Paxil (antidépresseur), qui a chuté de 39% à 1,1 milliard de livres. Du coup, le chiffre d'affaires du numéro un européen du secteur a reculé de 5% en 2004 par rapport à l'année précédente, à 20,4 milliards de livres (8,8 milliards d'euros). Le bénéfice net a également reculé de 9% à 6,1 milliards de livres sur la période.Quoiqu'il en soit, le résultat reste tout à fait conforme aux attentes des analystes. Le bénéfice s'inscrit même dans le haut de la fourchette de leurs prévisions. Ces derniers tablaient sur un bénéfice annuel de 6 milliards de livres et un chiffre d'affaires de 20,37 milliards de livres. Le groupe a bénéficié de la forte croissance de son médicament contre le diabète Avandia/Avandamet, dont les ventes ont progressé de 31% à 1,1 milliard de livres en 2004. En outre, il a enregistré une croissance de 24% du Valtrex (herpes) à 571 millions de livres, ou encore de 34% du Coreg (maladie de coeur) à 432 millions de livres.Ces progressions permettent au groupe d'afficher résolument sa confiance pour l'année 2005. "Le succès continu de nos produits clé signifie que nous pouvons maintenant nous attendre à une bonne performance en 2005", a clairement indiqué Jean-Pierre Garnier, le PDG du groupe, dans un communiqué.GlaxoSmithKline est également confiant car il va lancer de nouveaux médicaments cette année. Il a déjà commercialisé le Vesicare (hyperactivité vésicale), le Rotarix (vaccin contre le rotavirus-gastroentérite), il devrait lancer le Boniva (ostéoporose) en mars, et l'Avandaryl (diabète) avant la fin d'année. Le groupe attend également l'autorisation de la FDA pour lancer le Requip (maladie de Parkinson), et l'Entereg (intestins).En Bourse, le titre reste stable en fin de journée, à 1.235,85 pence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :