Barry Diller relance la guerre des moteurs de recherche

 |  | 630 mots
Lecture 3 min.
Nouvel épisode dans la guerre des moteurs de recherche sur Internet. Le mogul de la toile, Barry Diller, va mettre la main sur Ask Jeeves, le moteur américain coté au Nasdaq, confirmant une information du Wall Street Journal. L'opération, qui fera par échange d'actions, atteint un montant de 1,85 milliard de dollars, toutefois inférieur aux 2 milliards de dollars annoncés par le quotidien des affaires américain. La société de Barry Diller, Interactive Corp, a proposé de reprendre chaque titre Ask Jeeves, pour 28,24 dollars, soit une prime de 16,5% par rapport au cours de clôture de vendredi. Ask Jeeves devrait rester une marque indépendante et continuer d'être dirigée par son actuel patron, Steve Berkowitz. En reprenant Ask Jeeves, Interactive Corp prend des positions sur le marché qui connaît la plus forte croissance sur le Web. Il entre ainsi en concurrence directe avec les mastodontes du secteur, Google, Yahoo! et MSN, les trois investissant massivement dans le domaine. Il faut dire que la recherche est le deuxième outil le plus utilisé par les internautes, juste derrière le mail. C'est ainsi la porte d'entrée de la Toile, les moteurs de recherche génèrant de fait le gros du trafic de beaucoup de sites Internet.La possession d'un moteur de recherche présente deux avantages pour Interactive Corp. Tout d'abord, le groupe met la main sur une manne publicitaire importante. Les moteurs de recherche tirent désormais l'essentiel de leur revenus des liens sponsorisés, (vente de mots clefs permettant aux annonceurs d'apparaître en tête de liste des recherches effectuées par les internautes). Selon une étude publiée par le courtier américain, Piper Jaffray, les liens sponsorisés devrait plus que tripler d'ici 2010 pour atteindre 12,6 milliards de dollars aux Etats-Unis. En 2004, Ask Jeeves a doublé son bénéfice à 53,1 millions de dollars. Ses ventes ont également été multipliées par deux à 261,3 millions de dollars, une performance atteinte en partie grâce à la reprise pour 395 millions de dollars du portail de recherche Search Holdings. En décembre, Ask Jeeves avait une part de marché de 5,3%, contre 1,9% un an plus tôt, selon les chiffres de ComScore qui contrôle l'audience des sites Internet. "L'expérience de Barry Diller dans les médias et la publicité sera une opportunité pour Ask Jeeves qui ne pourrait pas en profiter en restant tout seul", a commenté à Bloomberg. Mais Interactive Corp pourra aussi envisager des synergies avec ses autres sociétés. Le groupe possède entre autre le site de rencontres, Match.com ou le site de voyages Expedia. Avec Ask Jeeves, on peut imaginer que ces derniers soient encore mieux positionnés dans le moteur. Pour Expedia, ce ne serait d'ailleurs pas du luxe. La branche tourisme du groupe a manqué l'année dernière son objectif en publiant un chiffre d'affaires de 496,5 millions de dollars, bien en dessous des 539 millions de dollars pronostiqués par les analystes interrogés par Bloomberg. IAC subit la concurrence forcenée des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières, qui prennent une place de plus en plus importantes sur le Net, au détriment des sites Internet. Par ailleurs, le moteur pourrait créer des liens avec Citysearch, le moteur de recherche d'informations locales propriété d'IAC.Coté depuis plus de 5 ans sur le Nasdaq, l'action Ask Jeeves est montée au plus fort de la bulle à 180 dollars. Si à l'instar de ses consoeurs des nouvelles technologies, elle est depuis largement redescendue à des niveaux plus légitimes, elle a sensiblement reculé en un an. En avril dernier, elle valait encore 44,66 dollars. A New York, Ask Jeeves bondissait en début de 13,28% à 27,46 dollars. De son coté, IAC reculait au même moment de 4,04%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :