Un Américain à la tête de Sony

 |  | 216 mots
Lecture 1 min.
En a-t-il rêvé ? En tout cas, il va le faire. Le 22 juin prochain, sir Howard Stringer, un Américain d'origine galloise - il a été naturalisé en 1985 - prendra ses fonctions à la tête du géant japonais de l'électronique, selon un communiqué de presse publié par Sony.C'est un véritable coup de tonnerre pour le groupe qui, pour la première fois de son histoire, sera dirigé par un étranger. L'ancien président de la chaîne de télévision CBS, anobli par sa gracieuse Majesté Elizabeth II, arrive pour redresser les ventes de la division électronique grand public de Sony (63,3% du chiffre d'affaires), présente dans le cinéma, la musique et les services financiers."C'est un gestionnaire à la carrure mondiale, capable d'éliminer la cloison qui sépare les activités d'électronique et de divertissement et d'utiliser les ressources avec flexibilité", a déclaré le président sortant du groupe, Nobuyuki Idei. L'ancienne direction est "responsable de la situation dans laquelle se trouve actuellement Sony", a précisé Mitsuhiro Osawa, analyste chez Mizuho Investors. Pour mémoire, sur un an, le résultat d'exploitation du groupe a chuté au troisième trimestre de l'exercice 2004-2005. Quant aux ventes, elles ont accusé une baisse de 7,5% sur la période.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :