Les résultats d'EADS s'envolent avec Airbus

 |  | 558 mots
Lecture 3 min.
L'effet Airbus. Les résultats annuels publiés ce matin par le groupe européen d'aéronautique et de défense EADS dépassent les estimations du marché, dopés par les performances d'Airbus. En hausse de 60% par rapport à celui enregistré en 2003, le bénéfice net s'élève à 1,03 milliard d'euros, contre 1,02 milliard attendu par le consensus Reuters.Affichant un bond quasiment similaire (+58%), le résultat opérationnel avant amortissement des écarts d'acquisition et éléments exceptionnels (Ebit) atteint 2,444 milliards d'euros, là encore au dessus des attentes. Le consensus Reuters tablait sur un Ebit de 2,315 milliards d'euros. Quant au chiffre d'affaires total du groupe (31,76 milliards d'euros), il est ligne avec les prévisions du marché. Comme promis par la direction du groupe à l'orée de l'exercice 2004, la marge opérationnelle s'établit "à plus de 7%" et s'élève à 7,7% contre 5,1% en 2003.Dans un communiqué, le groupe précise que cette performance provient essentiellement de la bonne tenue de l'activité d'Airbus dont l'Ebit, en nette progression, a atteint 1,922 milliard d'euros, contre 1,353 milliard l'année dernière. Ce résultat est dû essentiellement à l'accélération des ventes - 320 appareils livrés contre 305 en 2003 -, à la plus forte proportion de gros porteurs parmi les ventes réalisées, ainsi qu'à une maîtrise accrue des coûts. La performance globale provient également du redressement de l'activité Espace, repassée dans le vert après un exercice 2003 largement déficitaire. L'Ebit de cette division s'élève à 10 millions d'euros, après un déficit de 400 millions l'année précédente. Un tel résultat permet aujourd'hui à EADS Espace "d'envisager l'avenir avec une solide base de croissance", estime le groupe. Compte tenu de ces résultats, EADS envisage l'exercice 2005 avec sérénité. Le groupe a relevé son objectif d'Ebit à 2,6 milliards d'euros, contre 2,4 milliards anticipés initialement. De plus, confirmant son objectif de livraisons d'appareils cette année, compris entre 350 et 360 unités, le groupe prévoit également une hausse de 3,9% de ses ventes en 2005 à 33 milliards d'euros. Par ailleurs, la direction proposera de verser un dividende en hausse de 25% à 0,50 euro par action.A l'issu de la publication de ces résultats, Philippe Camus, qui co-dirige EADS avec l'allemand Rainer Hertrich, a déclaré sur l'antenne de Radio Classique que le choix du futur président d'Airbus n'était pas encore arrêté. Le 11 mai prochain, Noël Forgeard, l'actuel président d'Airbus, remplacera Philippe Camus à la co-direction du groupe. De son côté, Rainer Hertrich sera remplacé par Thomas Enders, l'actuel directeur des activités de défense du groupe.A la clôture, l'action EADS cède 3,14%, à 23,15 euros.Pas de rapprochement EADS-ThalesA l'occasion de la présentation de ces résultats, à Munich, le co-président exécutif d'EADS, Philippe Camus, a affirmé à l'AFP que l'hypothèse d'un rapprochement entre EADS et le groupe français d'électronique de défense Thales est désormais écartée, et cela en raison de l'opposition de DaimlerChrysler, premier actionnaire d'EADS avec 30% du capital. "Pour l'instant l'affaire est pliée, Juergen (Schrempp, PDG de DaimlerChrysler, ndlr) n'est pas convaincu de l'intérêt de l'affaire. Le débat a eu lieu, le débat est tranché, point", a-t-il affirmé. Noël Forgeard, futur co-président exécutif français d'EADS, affirmait encore en décembre dernier que le projet de rapprochement Thales-EADS "sera à l'agenda 2005".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :