Adidas-Salomon reste confiant pour 2005

 |   |  393  mots
Adidas-Salomon commence l'année sur les chapeaux de roues. Au premier trimestre, le numéro deux mondial des fabricants d'articles de sports - derrière l'américain Nike - a enregistré une hausse de 45,8% de son bénéfice net à 105 millions d'euros, contre 72 millions d'euros un an plus tôt. L'opérationnel est également à l'honneur, le résultat d'exploitation bondissant de 27% à 179 millions d'euros. La marge brute gagne un point de pourcentage à 46,9%. Cette performance trimestrielle dépasse les attentes du marché. Le consensus établi par Reuters visait un résultat net de 95 millions d'euros. Dans un communiqué, le groupe allemand précise que ce résultat s'élève à 110 millions d'euros aux normes IFRS, contre 77 millions au cours du premier trimestre 2004.Les ventes progressent également. Entre janvier et mars, le chiffre d'affaires d'Adidas-Salomon s'élève à 1,778 milliard d'euros, contre 1,623 milliard un an plus tôt, légèrement au-dessus des anticipations du consensus qui tablait sur 1,704 milliard d'euros de ventes sur la période."Ces résultats s'expliquent essentiellement par la bonne tenue de nos activités en Amérique du Nord et en Asie", se félicite dans un communiqué Herbert Hainer, le PDG du groupe. Sur ces deux continents, celles-ci affichent des hausses respectives de 29% et 15% à 357 et 378 millions d'euros. Ce dynamisme compense l'atonie du marché européen, le premier marché du groupe. Sur le Vieux Continent, le chiffre d'affaires n'a progressé que de 1% à 959 millions d'euros, en raison essentiellement d'une consommation des ménages peu dynamique. Par marques, les ventes d'Adidas et de la marque de matériel de golf TaylorMade ont respectivement progressé de 11% et 31%. En revanche, le chiffre d'affaires de Salomon a reculé de 8%, affecté notamment par une baisse des ventes de rollers en ligne et du matériel de cyclisme.Au regard de ces chiffres trimestriels, la direction du groupe maintient ses prévisions pour 2005. Elle table à nouveau sur une hausse de 5 à 10% de ses ventes, hors effet de change. De plus, après avoir précisé qu'elle comptait sur une progression du résultat net située dans la fourchette haute de ses estimations initiales, comprise entre 10% et 15%, son directeur financier, Robin Stalker a précisé au cours d'une conférence téléphonique que celle-ci serait "d'au moins 20%". Quant à la marge brute, elle devrait au moins égaler les 47,2% enregistrés en 2004. Un record pour la marque aux trois bandes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :