Nouveau plus haut pour le CAC

 |  | 686 mots
Belle fin de semaine pour le CAC 40. L'indice termine sur un gain de 0,74%, à 4.091,58 points. Au plus haut depuis juin 2002, le CAC bat son précédent record annuel vieux de seulement deux jours (4.062 points). L'indice a accéléré après des chiffres de l'emploi meilleurs que prévu aux Etats-Unis. Finalement, le département du travail américain a annoncé la création de 262.000 emplois non agricoles en février, contre 220.000 anticipés par le marché. Le taux de chômage progresse néanmoins de 0,2 point à 5,4%.De leur côté, les cours du brut se sont installés au-dessus de 53 dollars le baril (53,54 dollars en clôture). Une fermeté qui profite naturellement à Total. Thomson poursuit sa hausse après ses résultats annuels. Le secteur bancaire est recherché à l'image du franco-belge Dexia après ses comptes annuels. En revanche, la spéculation se dégonfle sur Thales, tandis qu'un mariage avec EADS semble compliqué. Vers 16 heures 30, le CAC 40 gagne 0,14% à 4.066,85 points dans un volume limité à 1,1 milliard d'euros traité sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie prend 0,12% et, à Francfort, le Dax monte de 0,38%. Sur le marché des changes, le dollar boit la tasse. Il se négocie à 1,3215 pour un euro, les investisseurs ayant anticipé les bons chiffres de l'emploi américain. L'indice de confiance des consommateurs américains, tel que calculé par l'Université du Michigan, est finalement ressorti à 94,1 en février, contre 94,2 en première estimation et 95,5 en janvier. Les économistes tablaient sur un repli à 94,5.Première pondération du CAC 40, Total gagne 1,11% à 182,70 euros, toujours soutenu comme ses concurrents européens par la hausse des cours du pétrole.Plus forte hausse de l'indice, Dexia progresse de 1,69% à 18,02 euros. La banque franco-belge a publié hier un bénéfice net 2004 supérieur aux attentes à 1,77 milliard d'euros, en hausse de 23,8%.Thomson poursuit sa progression avec un gain de 2,69% à 21 euros. Le groupe continue de bénéficier de pertes annuelles inférieures aux attentes, ainsi que de perspectives rassurantes pour 2005. Dexia Securities a relevé son objectif de cours sur le titre de 22 à 23,50 euros en maintenant son opinion à " surperformance ".A l'inverse, STMicroelectronics perd encore 0,73% à 13,60 euros. JP Morgan a abaissé sa prévision de bénéfice pour l'américain Intel, dégradation qui intervient après les résultats décevants du sud-coréen Hynix.Le secteur de la publicité reste entouré au lendemain de bons résultats 2004 annoncés par Havas. Le titre gagne 1,55% à 4,60 euros. JP Morgan et Exane BNP Paribas ont relevé leur opinion sur la valeur de "sous-pondérer" à "neutre" pour le premier et de "sous-performance" à "neutre" pour le second. Publicis prend 0,62% à 24,25 euros, UBS étant passé de "neutre" à "achat" sur le titre.A l'inverse, Thales plie de 1,17% à 33,85 euros. Jurgen Schrempp, le PDG de DaimlerChrysler, et premier actionnaire d'EADS avec 30% du capital, a déclaré au Financial Times Deutschland qu'une fusion entre EADS et Thales "n'a pas de sens, ni du point de vue des actionnaires, ni sur le plan stratégique". EADS grignote 0,5% à 23,89 euros.Infogrames recule de 1,69% à 1,74 euro. L'éditeur de jeux vidéo a révisé en baisse son chiffre d'affaires du dernier trimestre, publié le 10 février, tout en indiquant que l'erreur était sans conséquence sur le compte de résultat. Les ventes du troisième trimestre ressortent désormais à 225,4 millions d'euros, contre 234,2 millions annoncés précédemment.Arcelor monte de 1,36% à 19,41 euros. Le groupe a accepté une augmentation de 71,5% du prix de minerai de fer de la part du brésilien CVRD, écrit Les Echos. Cette annonce était largement anticipée après les hausses acceptées par les grands groupes sidérurgiques japonais et chinois.Atos baisse de 1,37% à 53,85 euros, les analystes se montrant sceptiques face aux anticipations de fusion avec Siemens. La branche informatique du groupe allemand serait en négociations avancées avec la SSII française en vue d'une fusion, rapporte Les Echos en citant la banque Sal Oppenheim.Enfin, Ciments Français gagne 0,46 % à 76,95 euros. La filiale de l'italien Italcementi a annoncé la conclusion d'un accord avec le gouvernement égyptien en vue de l'acquisition, de concert avec un groupe d'investisseurs, de 33,4% du capital de Suez Cement.Olivier AubergerCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :