Le CAC 40 redresse la barre mais termine dans le rouge

 |  | 789 mots
Lecture 4 min.
Confirmant le mouvement entamé hier, Paris a consolidé tout au long de la séance. Les prises de bénéfices se sont déroulées dans le calme, l'indice glissant en pente douce jusqu'aux environs de 16 heures, avant de redresser la barre en fin de séance. Total et Société Générale ont en particulier pesé sur la tendance. D'une manière plus générale, le regain de vigueur de l'euro et le maintien des cours du pétrole à des niveaux élevés ont incité aux dégagements. L'indice poursuit donc la correction entamée hier, après avoir terminé mardi au-dessus des 4.500 points, pour la première fois depuis avril 2002.A la clôture, le CAC 40 recule de 0,81% à 4.458,97 points. Les volumes s'établissent à 3,6 milliards sur l'indice. A Francfort, le Dax abandonne 1%. Le Footsie, à Londres, perd 0,38%. A New York, le Dow Jones lâche 0,51% à 10.642,66 points. Les cours du pétrole sont restés à des niveaux élevés (61,70 dollars pour le WTI sur le Nymex, contre 60,86 dollars hier à New York), mais se sont assagis depuis leur nouveau record, hier en séance, à 62,50 dollars. L'euro gagne encore du terrain au-delà de la barre de 1,23 dollar, à 1,2384.Au programme statistique du jour, on attendait uniquement les traditionnelles inscriptions hebdomadaires au chômage, aux Etats-Unis à 14h30. 312.000 inscriptions au chômage ont été enregistrées pendant la semaine close au 30 juillet, a annoncé le Département américain du travail avant Bourse, alors que le nombre de 315.000 demandes était attendu par les économistes. La semaine précédente, ce sont en réalité 313.000 demandes d'allocation qui ont été déposées, contre une première estimation de 310.000. Une publication qui précède celle des chiffres de l'emploi du mois de juillet, attendus demain avant la cloche.Pas de surprise sur le Vieux continent, la Banque centrale européenne a laissé inchangés ses taux directeurs, le taux refi restant de 2%. Par ailleurs, la Banque d'Angleterre a annoncé une baisse de 25 points de base de ses taux directeurs, à 4,50%. Attendu, le mouvement de la BoE a pour objectif d'endiguer le ralentissement de l'économie et relancer la consommation. Du côté des entreprises, l'actualité se concentre aujourd'hui autour de deux ténors de la cote, Total et Société Générale, qui ont publié leurs résultats du deuxième trimestre. Le groupe pétrolier a enregistré un bénéfice net de 2,9 milliards d'euros, en hausse de 33%. Total renonce par ailleurs à racheter 25% du groupe russe Novatek et ne compte pas revendre sa participation dans Sanofi-Aventis avant 2007. Le titre cède 1,28 % à 208,60 euros.Pour la Société Générale, le bénéfice net est en hausse de 18% au deuxième trimestre, à 957 millions d'euros. Le résultat brut d'exploitation progresse de 14,6% à 1,55 milliard, tandis que le produit net bancaire a augmenté de 9,6% à 4,45 milliards. L'action subit également des dégagements, en baisse de 2,41 % à 89 euros. CA Cheuvreux a abaissé sa recommandation à " sous-performance " avec un objectif de cours néanmoins maintenu à 100 euros.Dans le même secteur, JP Morgan a relevé à 65 euros son objectif sur BNP Paribas, mais ABN Amro a abaissé son opinion à " accumuler ", tout en visant 67 euros sur l'action. BNP Paribas est inchangée à 60 euros. En milieu de séance, Dresdner Kleinwort Wasserstein a relevé son conseil sur le titre de " accumuler " à " achat ". Au terme d'un parcours hésitant, le titre termine inchangé à 60 euros.En tête de l'indice, Thales progresse de 1,32% à 35,21 euros après avoir annoncé l'obtention du contrat Watchkeeper pour le développement, la production et le support initial du programme de drones du Ministère de la défense britannique. La quote-part du spécialiste de l'électronique de défense s'élève à 1 milliard d'euros, le montant total du contrat étant de 1,2 milliard.Une semaine après l'annonce de résultats semestriels supérieurs aux attentes, le sidérurgiste Arcelor annonce qu'il versera 309 millions de dollars pour une participation dans le chinois Laiwu Steel, a déclaré un haut responsable du groupe chinois à Reuters. Le numéro deux mondial de l'acier acquiert ainsi 38,4% du sidérurgiste asiatique. En Bourse, le titre cède 1,53% à 18,07 euros après avoir cumulé 3,2% de gains au cours des trois dernières séances et progressé de 21% depuis son plus bas de la mi-mai.GFI Informatique (+1,40% à 5,78 euros) a publié un chiffre d'affaires en hausse de 6,1% pour les six premiers mois de l'année, à 139 millions d'euros. La croissance organique ressort à 5%. Saint-Gobain abandonne 3,21% à 49,75 euros. Les agences de notation Moody's, Standard & Poor's et Fitch ont placé la dette du groupe sous surveillance avec implications négatives, après le lancement d'une offre hostile sur le britannique BPB. Saint-Gobain avait terminé hier en hausse de 3,59%.Vinci (+0,51% à 68,55 euros) publie après Bourse son chiffre d'affaires semestriel.Ambroise EcorchevilleCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :