L'Homme pris dans la Toile ou l'Internet des objets

 |  | 437 mots
Lecture 2 min.
Le "meilleur des mondes" de Georges Orwell n'est plus très loin. "La science fiction devient lentement réalité dans un 'Internet des objets' fondé sur un réseau de connexions omniprésentes. Nous entrons dans une nouvelle ère dans laquelle les 'utilisateurs' d'Internet se compteront en milliards, mais où les hommes seront peut-être une minorité": la prédiction n'est pas signée du premier futuriste venu. Elle émane de la très sérieuse Union Internationale des Télécommunications (UIT), dans un rapport intitulé "L'Internet des objets", rendu public jeudi 17 novembre au Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) à Tunis. Des objets internautes??? Internet compte actuellement 875 millions d'utilisateurs (humains) dans le monde. Ils seront des dizaines de milliards, vivants et inanimés, dans les prochaines décennies. Hommes, objets, appareils électroniques, bases de données communiqueront entre eux via un Internet de nouvelle génération. Le réfrigérateur passera lui-même commande au supermarché du coin, la puce sous-cutanée enverra ses données à un appareil médical, l'ordinateur enregistrera le texte écrit par le stylo... Tout cela, grâce à l'apparition des puces RFID qui peuvent être détectées en temps réel par fréquences radio.La poignée de porte de la maison s'ouvrira toute seule au passage du propriétaire, les bras chargés de provisions. Mais claquera la porte aux inconnus. "Elle pourrait laisser sortir le chien mais ne le laisserait pas en ramener cinq autres à la maison", suggère le spécialiste américain en informatique Nicholas Negroponte, qui annonce que les téléphones décrocheront tout seuls, sauront filtrer les appels, "répondre comme un majordome anglais ou une secrétaire de direction et, le cas échéant, alerter la 'chose' la plus proche de vous pour vous prévenir discrètement". "Nous sommes en train de créer une intelligence qui permet à ces choses de discuter derrière notre dos", résume John Gage, chercheur chez Sun Microsystems. Ce bel avenir fait un peu froid dans le dos... Car les puces RFID pourraient aussi équiper les passeports, détecter les habitudes de consommation, surveiller les allées et venues de chacun... On peut craindre l'usage qu'en feraient des Etats comme la Chine ou la Tunisie, qui savent déjà traquer leurs opposants sur le Net. Si en plus les Etats-Unis conservent la haute main sur les centres nerveux de ces nouveaux réseaux, il pourrait faire meilleur être demain du mauvais côté de la fracture numérique, là où l'homme, privé de réseau, restera encore maître des choses...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :