Succession contrariée à la tête de Defense Conseil International

 |   |  276  mots
Faites vos jeux, rien ne va plus pour la succession d'Yves Michot à la tête de la société de conseil Défense Conseil International (DCI). Le favori, le directeur du développement international (DDI) de la délégation générale pour l'armement (DGA) Jean-Paul Panié, adminsitrateur de DCI et qui avait passé jusqu'ici tous les obstacles, ne peut plus être candidat à ce poste pour des raisons juridiques, expliquent plusieurs sources concordantes. En attendant de trouver une solution, le conseil d'administration, qui devait approuver sa nomination, se réunit aujourd'hui et, sauf surprise de dernière minute, devrait prolonger de façon temporaire Yves Michot (65 ans). Ce dernier, atteint par la limite d'âge, cumulera avec la présidence de Financière de Brienne, une filiale de DCI, qu'il devait garder. En 2005, DCI, détenue à 49,9 % par l'État, a réalisé un chiffre d'affaires de 146 millions d'euros, en baisse de 10 %, pour un résultat net de 14,5 millions (10 % du chiffre d'affaires). Le carnet de commande de l'entreprise atteignait, à fin 2005, 138 millions d'euros, en baisse de 30 % par rapport à fin 2004. Enfin , son niveau de trésorerie nette a progressé pour progresser 186 millions d'euros fin 2005, soit 8 millions d'euros de plus en un an. Pour 2006, le chiffre d'affaires de DCI devrait continuer à diminuer pour atteindre environ 110 millions d'euros, et devrait se stabiliser à ce niveau, selon l'Agence des participations de l'Etat (APE). Dans ce cadre, le résultat net devrait s'inscrire également en baisse, en ligne, avec la décroissance de l'activité mais il devrait, sauf élément exceptionnel liés à la situation internationale, demeurer "nettement positif". Enfin, les effectifs devraient se réduire en liaison avec la baisse de l'activitré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :