Affaire Clearstream : Dominique de Villepin bientôt entendu par les juges

 |   |  315  mots
Les deux juges d'instruction de l'affaire Clearstream, Jean-Marie d'Huy et Henri Pons, affirment dans une lettre au parquet de Paris que l'audition de Dominique de Villepin "apparaît utile à la manifestation de la vérité" et interviendra "au moment opportun", a indiqué aujourd'hui une source judiciaire qui confirmait une information de l'Est Républicain. "Il nous appartiendra alors d'apprécier le statut sous lequel M. de Villepin devra être entendu", ajoutent-ils dans ce "soit-transmis" (réponse au Parquet, ndlr) intégralement retranscrit dans le quotidien régional Si aucune date n'a été fixée pour l'audition de Dominique de Villepin, Michèle Alliot-Marie sait, elle, qu'elle sera entendue comme simple témoin ce vendredi par les magistrats. La ministre de la Défense avait "demandé" à être entendue le "plus vite possible" par la justice dans l'affaire Clearstream. Le conseil des ministres avait autorisé l'audition de Mme Alliot-Marie le 18 octobre. Cette audition aura lieu au pôle financier du Tribunal de grande instance de Paris. Les juges souhaitent entendre la ministre sur ce qu'elle savait, en 2003 et 2004, de ce qui s'est avéré être depuis une manipulation, attribuant à de nombreuses personnalités - dont Nicolas Sarkozy - des comptes bancaires occultes. Nicolas Sarkozy qui se dit victime d'une "manipulation" dans cette affaire politico-financière s'est constitué partie civile fin janvier 2006. Le ministre de l'Intérieur a de nouveau affirmé en fin de semaine qu'il n'avait "jamais" rencontré Imad Lahoud. Cette affirmation intervenait après les déclarations de Maître Olivier Pardo, selon lesquelles son client Imad Lahoud, qui a nié jusque là tout contact avec le ministre, lui avait récemment assuré avoir "rencontré" Nicolas Sarkozy "à deux reprises" en 2004 pour "évoquer" ce dossier, sans en préciser les dates. Imad Lahoud a également assuré à son avocat "avoir été ensuite sollicité courant 2005 par des intermédiaires soi-disant missionnés par Nicolas Sarkozy", sans y "donner suite".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :