Simplifier les réglementations européennes, oui, mais comment ?

 |   |  283  mots
L'Europe n'a pas la cote: les citoyens sont fatigués. De tout, des réglementations à transposer, de l'élargissement, de la Constitution, de tout vraiment. "Il faudrait qu'ils sachent mieux ce que l'Europe fait", soupirait Günter Verheugen, commissaire européen chargé de l'entreprise et de l'industrie et vice-président de la Commission, invité devant la presse par le Medef, la semaine dernière. "Nous faisons de belles choses", concluait-il.Lui, par exemple, s'est donné comme défi de simplifier les réglementations qui empêchent les PME et PMI européennes de travailler correctement. "Dans certains cas, nous pourrions réduire leurs coûts pour faire des affaires de 80%, et en moyenne, de 25%", plaidait-il. L'affaire est à prendre au sérieux, puisque selon les calculs, en cas de simplification des réglementations, les économies qui seraient faites - pas moins de 150 milliards d'euros par an - équivaudraient à 1,5% du PIB européen. Reste que quand on demande à Günter Verheugen de donner des exemples concrets de ce qu'il faudrait faire, il balaie tout d'un revers de main: "il faut tout simplifier", assène-t-il. Mais pourrait-on avoir un exemple des difficultés que rencontrent les entreprises, quelque chose de concret, de cocasse même, pour que les citoyens européens comprennent bien? Là, c'est le vide. "Il faut réformer les standards pour la protection des consommateurs, par exemple, mais nous allons nous concentrer sur trois domaines, la construction, l'automobile, le traitement des déchets. Qui sont trop réglementés". Et voilà. Au passage, la simplification devient déréglementation. Et les journalistes n'ont toujours pas d'arguments concrets pour expliquer aux citoyens européens fatigués de l'Europe combien elle fait de belles choses...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :