"Les Démocrates posent leurs pions pour les présidentielles"

 |   |  531  mots
Latribune.fr - La victoire des Démocrates à la Chambre des représentants est-elle l'unique fait du rejet de la guerre en Irak?Phillippe Waechter - D'après les sondages, il était quasiment acquis que l'opposition remporterait un large succès. Bien sûr attribuable en grande partie à la détérioration de la situation en Irak, ce retournement d'opinion traduit aussi le malaise des ménages. Ces derniers mois, les indices de confiance n'étaient plus au zénith, reflétant l'insatisfaction croissante des classes moyennes.Ce renversement de couleur à mi-mandat est-il fréquent?Absolument, et de ce fait on ne peut conclure à un désaveu de George Bush. Bill Clinton avait aussi été confronté à ce changement de configuration. Une nuance cependant: deux candidats de l'opposition émergent aujourd'hui deux ans avant les présidentielles, Hillary Clinton et Barack Obama, alors que d'habitude, une personnalité seulement se dessine un an à peine avant les élections.Quels changements cette victoire va-t-elle entraîner dans les prochains mois?La politique économique ne devrait pas beaucoup varier, l'enjeu pour les Démocrates étant surtout de préparer les élections présidentielles de 2008. Le foisonnement des candidats en apporte la preuve. De même, aucune décision sur l'Irak ne pourra être prise tant que Bush sera à la tête du pays. Mais le débat démocratique va s'intensifier. Jusqu'ici, la Chambre des représentants n'était guère plus qu'une salle d'enregistrement des lois. Les partis vont désormais devoir affûter leurs arguments pour faire passer leurs projets. Quels sont les enjeux économiques de la présidentielle?On dit les Démocrates plus protectionnistes que les Républicains mais sous les mandats Clinton, les Américains n'ont pas donné l'impression qu'ils se repliaient sur eux-même. La vraie question est de savoir comment les Démocrates ont l'intention de gérer les finances publiques. Le déficit budgétaire n'a cessé de se dégrader ces quatre dernières années alors la croissance était très forte. Pour le ramener à un niveau acceptable, il faudrait baisser de manière drastique les dépenses, et pas seulement les frais de la guerre en Irak. Une hausse du taux d'imposition est indispensable pour permettre au budget de s'équilibrer à moyen terme quand la croissance est bonne. Le sujet inclut bien entendu le débat sur la réforme des retraites et de la sécurité sociale. Des réformes qui ne pourront être mises en oeuvre sous l'administration Bush, non seulement parce qu'elles pourraient être bloquées, de même que la proposition de Clinton de réforme du système de santé s'était heurtée au refus du Congrès républicain, mais parce qu'elles risquent d'être impopulaires et de pénaliser les Démocrates. Dans ce cas, quel atout donne cette victoire à l'opposition?Simplement celui d'avancer ses pions. Dans un système de réseau, les Démocrates seront présents aux postes clés.Les Démocrates sont-ils plus susceptibles de ratifier le protocole de Kyoto que leurs adversaires?A priori oui. Et de toutes façons, les choses semblent évoluer dans le bon sens sur ces questions outre-Atlantique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :