Les Américains votent dans un scrutin crucial pour George W. Bush

 |   |  788  mots
Les élections de mi-mandat sont désormais en cours sur tout le territoire des Etats-Unis. Destinées à renouveler l'ensemble des membres de la Chambre des représentants et un tiers des sénateurs, ces élections, qui devraient en principe se traduire par un sérieux revers pour le président George W. Bush et le camp républicain, pèseront lourd sur les deux dernières années du mandat présidentiel et sur l'élection en 2008 du nouveau président américain.Toute la journée de ce mardi , les Américains votent donc pour élire les 435 membres de la Chambre des représentants et 33 des 100 sénateurs. Ils votent en outre pour choisir le gouverneur de 36 des 50 Etats américains, sans oublier de nombreux référendums locaux.A priori, ce scrutin devrait permettre au camp démocrate d'infliger une sérieuse défaite au président américain et à ses amis républicains. Il suffit aux Démocrates de gagner quinze sièges de représentants et six sièges de sénateurs pour emporter la majorité dans les deux Chambres. Un objectif qui semblait, à la veille du scrutin, plutôt facile à atteindre dans le cas de la Chambre des représentants, et plus difficile, mais jouable, en ce qui concerne le Sénat. Reprendre le contrôle de la Chambre des représentants serait en tout cas une première pour les Démocrates depuis 1994...Au vu des derniers sondages, la volonté du peuple américain d'envoyer un message fort aux Républicains semblait ne faire aucun doute. Reste que la complexité des situations locales, dont dépend notamment l'issue des élections de postes de sénateurs particulièrement contestés, rendait toute prévision précise très délicate à la veille du scrutin.Si les Démocrates remportent comme prévu la majorité à la Chambre des représentants - et a fortiori s'ils emportaient aussi le Sénat - c'est toute la fin du mandat de George W. Bush qui en sera affectée. Le président américain est actuellement au milieu de son deuxième et dernier mandat à la Maison-Blanche. Traditionnellement, les dernières années d'un président qui ne peut pas se représenter sont toujours difficiles. Dans ce cas précis, une position de force des Démocrates au Congrès risquerait fort de paralyser dans une large mesure la liberté d'action de George W. Bush.Le fait est que, même si les élections des représentants et des sénateurs sont en principe une juxtaposition de scrutins locaux, la personnalité et le bilan du président des Etats-Unis auront fortement pesé sur les élections de ce jour. Selon la plupart des commentateurs américains, ce scrutin aura pris pour de nombreux électeurs l'allure d'un référendum sur la politique des Etats-Unis en Irak. L'ampleur des pertes américaines dans cette guerre qui n'en finit pas, son coût extravagant, l'absence d'issue prévisible pèsent fortement sur le moral des Américains. Le temps de l'unité nationale sur le thème de la guerre contre le terrorisme est désormais bien loin.Sur le plan économique - l'autre grand sujet du moment - les électeurs ne semblent pas plus enclins à la bienveillance envers l'actuel occupant de la Maison-Blanche. Alors même que l'économie a connu une longue phase de croissance, que le chômage est au plus bas et que le pouvoir d'achat bénéficie ces derniers mois de la retombée des prix du pétrole, les Américains semblent surtout s'inquiéter de la tendance au ralentissement de l'économie, de la retombée des prix de l'immobilier et de la progression médiocre de leur pouvoir d'achat. Dans ces conditions, l'énergie déployée ces derniers jours par George W. Bush pour tenter de convaincre les électeurs indécis n'aura pas forcément suffi à rétablir la situation. Même si les Républicains ont pu compter sur leur formidable machine électorale, capable d'aller chercher les électeurs indécis un à un le jour du vote... De leur côté, les Démocrates ont bien sûr aligné toutes leurs stars, de Clinton (Bill) à Clinton (Hillary) en passant par Al Gore, etc... Mais si les grandes voix du parti démocrate n'auront pas eu de mal à plaider ensemble pour le renvoi des Républicains dans leurs foyers, il leur sera peut-être plus difficile de continuer en cas de victoire marquée de leur camp: les Démocrates pèchent sérieusement par le flou de leur programme. Ce qui pourrait commencer à se voir beaucoup s'ils remportent la majorité au Congrès, lors du dépouillement de cette nuit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :