British Energy arrête deux réacteurs nucléaires à cause de fissures

 |   |  336  mots
Le géant britannique de l'électricité a annoncé la fermeture de deux réacteurs nucléaires, où des fissures ont été décelées. Il a aussi découvert des anomalies dans d'autres sites. En Bourse, le titre s'effondre de plus de 24% en fin de journée.

Crise dans le nucléaire britannique. Le groupe coté British Energy, détenu à 65% par l'Etat et qui produit 20% de l'électricité outre-Manche, a annoncé la fermeture de deux sites nucléaires pour cause de problèmes de sécurité. Le groupe a en effet découvert des fissures dans des générateurs de ses centrales de Hinkley (dans l'ouest de l'Angleterre) et Hunterston (dans le nord-ouest). "La production des réacteurs Hunterston B R4 et Hinkley B a été réduite et des réparations sont en cours pour fermer les deux unités pour des inspections ou alors entreprendre des réparations", explique le groupe dans un communiqué.

"Le planning des travaux est en cours, et par conséquent le groupe n'est pas en mesure de donner des prévisions quant à la remise en service des unités situées à Hinkley Point B et à Hunterston B", ajoute le groupe.

En outre, le groupe indique qu'il mène en parallèle des enquêtes à la suite de la découverte d'une "fuite significative" dans un tuyau souterrain du circuit de refroidissement de la centrale de Hartlepool située dans le nord-est. "Des travaux de rénovation vont être entrepris et la société espère un retour au service des deux unités en novembre 2006", explique le groupe. Des inspections seront également nécessaires à la centrale de Heysham (nord-ouest).

Les graves difficultés rencontrées par le groupe s'expliquent par la vétusté des installations. Les centrales de Hinkley et Hartlepool datent ainsi de 1976. La centrale de Hunterston a été mise en service en 1983. Toutes ces centrales doivent être démantelées entre 2011 et 2014.

Mais d'ici là, la confiance du public britannique dans l'énergie nucléaire risque d'être lourdement affectée par les annonces de British Energy, alors que le pays souhaite lancer ses centrales nouvelle génération. Première - spectaculaire - manifestation de défiance: cette crise majeure fait perdre 24,4% au titre en Bourse, à Londres, en fin de journée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :