Trois candidats prêts à faire une offre sur les semi-conducteurs de Philips

 |   |  270  mots
Ils sont trois candidats, trois investisseurs (KKR, Permira advisors et Bain Capital) intéressés par la division semi-conducteurs du groupe électronique néerlandais Philips. Ils feraient d'ici à la fin de la semaine, une offre de rachat sur cette branche, valorisée autour de 8 milliards d'euros, selon le Wall Street Journal Europe. Kohlberg Kravis Roberts (KKR) est l'un des grands investisseurs dans le monde, Permira Advisors et Bain Capital, plus petits, sont spécialisées dans le secteur high-tech.Selon le Wall Street Journal Europe, Philips qui examinera ces offres aura ensuite deux possibilités. Soit la cession pure simple, soit opter pour une introduction en Bourse qui pourrait se faire dans la deuxième moitié de l'année 2006. Si la solution de la cotation est retenue, elle pourrait se faire à Amsterdam out à New York.En tout état de cause, une nouvelle indépendance de la division semi-conducteurs de Philips pourrait permettre à un autre acteur industriel de se rapprocher plus facilement de cette division. Un rapprochement pourrait ainsi intéresser notamment ST Microelectronics ou Freescale, l'ancienne division semi-conducteurs de Motorola (voir ci-contre).C'est en 2005, que Philips a annoncé vouloir donner son indépendance à sa division semi-conducteurs. Une intention qu'il a confirmé fin juin dernier. Il souhaite en effet, se séparer d'une activité cyclique, qui pèse sur ses résultats. Cette division, qui emploie plus de 36.000 personnes dans le monde, est l'un des plus grands fabricants mondial de semi-conducteurs. Elle réalise des puces que l'on retrouvent dans des voitures, des téléphones, des radios, des télévisions.En Bourse, à Amsterdam, Philips gagnait 6,57% en clôture, à 25,15 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :