Lafarge cède son activité Toiture à PAI Partners pour 2,4 milliards

 |   |  374  mots
Le Conseil d'Administration de Lafarge s'est réuni dimanche et a considéré que l'offre de reprise de l'activité Toiture par PAI partners représentait "la meilleure solution pour Lafarge et ses actionnaires", mais aussi selon le communiqué "pour l'avenir industriel et le développement de l'activité Toiture et de ses équipes". PAI partners a ainsi été préféré à un autre fonds LBO France, après la sélection effectuée par les banques conseil de Lafarge, JP Morgan et Rothschild.Ce projet, qui a été approuvé par le conseil d'administration, doit encore être présenté aux instances représentatives du personnel et aux autorités de la concurrence.Comme il l'avait laissé entendre dès le départ des négociations, Lafarge va rester dans le capital de Toiture à hauteur de 35% du capital de la nouvelle entité. Le groupe aura également une représentation appropriée au Conseil d'Administration, traduisant sa volonté de "rester associé à l'activité Toiture et de favoriser son développement, pour tirer parti de ses futurs succès".Le montant de la cession représente 2,4 milliards d'euros, soit un multiple de 9 fois l'Ebitda (résultat brut d'exploitation) estimé pour l'exercice 2006. Lafarge avait fixé à cette branche un objectif de résultat brut d'exploitation de 350 millions d'euros en 2008, contre 222 millions en 2005. L'activité toiture de Lafarge, présentée comme le numéro un mondial du secteur, a réalisé en 2005 un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros, soit 9,5% du total de l'activitté du groupe, et un résultat opérationnel courant de 98 millions (4,2% du total de celui de Lafarge). Elle emploie 11.700 personnes dans 35 pays et compte 162 usines.Ses activités principales sont la fabrication de tuiles en béton et en terre cuite, ainsi que d'accesoires de toiture (cheminées, systèmes de ventilation). 70% du chiffre d'affaires de cette activité est réalisé en Europe occidentale, dont 10% en France et 22% en Allemagne. Le montant se décompose en 1,96 milliard d'euros en numéraire pour l'acquisition des titres (à comparer à une valeur comptable des fonds propres de 1,70 milliard d'euros) et environ 420 millions d'euros de dettes financières et de retraites reprises par l'acquéreur. Ce projet aurait un impact positif sur le résultat net par action 2007 précise encore Lafarge dans son communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :