Le dossier Safran, priorité du gouvernement

 |   |  576  mots
Les départs du président du directoire de Safran Jean-Paul Béchat et de celui du conseil de surveillance Mario Colaiacovo, qui s'affrontent depuis des mois, semblent de plus en plus inéluctable, selon des sources concordantes. A moins d'un nouveau rebondissement des deux principaux protagonistes, qui gardent encore d'étonnantes capacités de survie. La date du 12 décembre, jour du conseil de surveillance, pourrait être mise à profit par Bercy pour régler ce dossier devenu sa priorité avec les départs avant la fin de cette année de Mario Colaiacovo, qui aurait été lâché par les ex-Sagem, et de Jean-Paul Béchat. "Bercy, qui a décidé de prendre le dossier en main, a donc maintenant des noms pour remplacer les deux, voire une short-list", assure-t-on de source proche du dossier. Notamment pour remplacer le président du directoire, dont la fonction reste prioritaire aux yeux de l'Etat. Deux noms semblent se détacher dans les cabinets ministériels, François Auque, PDG des activités spatiales d'EADS regroupées dans la filiale EADS Astrium, et Marwan Lahoud, PDG de MBDA. Selon nos informations, François Auque a une longueur d'avance.Cette position de l'Etat serait même en phase avec celle du clan des ex-Sagem, qui plaide l'apaisement à la condition de voir partir Jean-Paul Béchat et Mario Colaiacovo. "Nous avons dépassé le stade du conflit entre Sagem et Snecma, notre souhait étant de voir partir du groupe et Jean-Paul Béchat et Mario Colaiacovo", assure-t-on chez les ex-Sagem. Ce qui pourrait expliquer jeudi 23 novembre la prise de position de Daniel Dupuy, un ancien directeur de Sagem Défense et Sécurité et aujourd'hui retraité, qui revendique le rôle de porte-parole de 15 % des actionnaires salariés. Evincé récemment de son mandat d'administrateur de Sagem Défense et Sécurité, Daniel Dupuy souhaite "faire entendre" la voix des actionnaires salariés "auprès du conseil de surveillance et de l'Etat (30,8% du capital de Safran) dans la perspective des nécessaires modifications d'organisation du groupe et de composition du directoire". Cette volonté, si elle était bien confirmée, rejoint également la position du ministre des Finances Thierry Breton, qui souhaiterait simplifier la gouvernance de Safran avec la mise en place d'un conseil d'administration.Jeudi 23 novembre, trois jours après avoir été démis de ses fonctions de PDG de Sagem Défense et Sécurité, une filiale de Safran, à l'issue d'une assemblée générale houleuse, Jacques Paccard a été remplacé par Jean-Paul Herteman, le nouveau patron de la branche Défense et Sécurité depuis le 1er novembre. C'était donc le dénouement d'un contentieux qui opposait depuis le début du mois Jacques Paccard au directoire de Safran, dont le président est Jean-Paul Béchat. Ce nouvel épisode n'est autre qu'un affrontement supplémentaire dans le cadre de la guerre des chefs entre Jean-Paul Béchat et le président du conseil de surveillance Mario Colaiacovo. Un conflit qui est d'ailleurs en train de déraper en guerre des clans. Dans ce cadre, le conseil d'administration de Sagem DS a nommé hier Jean-Paul Herteman, un proche de Jean-Paul Béchat. Le conseil a également confirmé un ex-Sagem Christian Jaeger comme directeur général délégué en charge des programmes et des opérations, ainsi que un ex-Snecma Gilbert Font, comme directeur général délégué en charge des affaires économiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :