Google limite à deux ans la vie de ses "cookies" pour limiter le traçage des internautes

 |  | 374 mots
Lecture 2 min.
Ces programmes informatiques permettent de suivre les pérégrinations de l'internaute sur la Toile. Ils étaient la cible des défenseurs de la vie privée, qui ne voient rien de nouveau dans cette annonce.

Le grand méchant Google tente de limer ses dents acérées. Le moteur de recherche, star d'Internet, va limiter à deux ans la durée de vie des "cookies", précise Peter Fleischer, conseil en préservation de la vie privée de Google. Aujourd'hui programmés pour durer jusqu'en 2038, leur durée de vie devrait finalement expirer au bout de deux ans.

Les "cookies" sont de petits programmes informatiques suivent à la trace l'internaute lorsqu'il navigue sur la Toile. Ainsi, ses goûts et ses préoccupations peuvent être connues et suivies. Pour Google, ces "cookies" permettent d'accélérer l'accès aux réponses pour l'internaute. Ils permettent aussi de construire des profils marketing qui autorisent le ciblage précis de la mise en ligne de la publicité.

Avec cette annonce, Google tente de répondre à la pression des défenseurs de la vie privée de l'internaute. "Nous sommes arrivés à la conclusion que ça serait pas mal pour la protection de la vie privée de réduire la durée de vie de nos cookies pourvu que nous trouvions un moyen de contraindre artificiellement l'utilisateur à reprogrammer ses préférences de base", écrit Peter Fleischer sur un blog de Google. L'entreprise précise toutefois que les "cookies" expireront au bout de deux ans si la personne, qui a visité le site web où elle a accroché le "cookie" en question, ne retourne plus sur ce site.

Pour les défenseur de la vie privée, cette dernière précision remet l'annonce de Google à sa juste proportion, c'est à dire à pas grand chose de nouveau. Les "cookies de deux ans" se renouvellent en fait et prolongent leur existence à chaque visite de l'internaute. "Par ce changement annoncé, Google est loin de vouloir dompter le monstre Cookie", écrit le spécialiste en protection de la vie privée sur internet, Jim Harper, sur le site web du Front de libération technologique (Technology Liberation Front). Ces défenseurs de la vie privée précisent qu'il faudrait que l'internaute cesse d'utiliser le moteur de recherche pendant toute la durée précédant l'expiration du "cookie" pour échapper au traçage. Les internautes disposent de possibilités pour contrôler les "cookies".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :