Fillon sonne sa rentrée politique

 |   |  309  mots
Le Premier ministre, François Fillon a soutenu hier sur TF1 le projet de non remplacement de 11.000 fonctionnaires dans l'Education nationale. Une mesure qui avait été annoncé la semaine dernière par le ministre de l'éducation Xavier Darcos. Le chef du gouvernement a néanmoins estimé que les pouvoirs publics devaient de leur côté "faire des efforts" pour améliorer les salaires des fonctionnaires qui "doivent accepter la diminution des effectifs et la modernisation de leur condition de travail". François Fillon qui s'est considéré comme "la cheville ouvrière du gouvernement qui tous les jours coordonne l'action du gouvernement, et fait en sorte que l'équipe gouvernementale soit bien au diapason avec la politique du président", avait à coeur de justifier son rôle jugé trop en retrait par rapport au président de la République. "C'est lui que les Français ont choisi et c'est donc lui qui a la légitimité pour proposer une politique", a-t-il fait remarquer. Pour atteindre les objectifs de croissance de 2,25% en 2007 et 2,5% en 2008, le Premier ministre s'est félicité par ailleurs des actions qui ont commencé à être entreprises pour "faire sauter les uns après les autres les obstacles de la croissance". Enumérant notamment la détaxation des heures supplémentaires, la baisse de la fiscalité et l'innovation pour atteindre les objectifs gouvernementaux, il a souligné en particulier que "la croissance en France était insuffisante depuis 15 ans parce que notre pays est mal organisé" en rappelant que notre taux de chômage est parmi "les plus élevés d'Europe". Concernant la prévisible hausse du prix des denrées alimentaires et notamment celle du pain, François Fillon a cherché à rassurer les français. Il a indiqué ne "pas croire du tout" que cette hausse des prix s'accompagnera d'une augmentation de l'inflation en général.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :