Pfizer : feu vert des américains pour son médicament contre le sida

 |   |  336  mots
cite>Pfizer vient de d'obtenir le feu vert des autorités américaines pour son nouveau produit Selzentry, premier d'une nouvelle classe de médicaments par voie orale destinés aux malades du sida. Le Selzentry, aussi connu sous l'appellation maraviroc, est le premier médicament conçu pour empêcher le virus du sida de pénétrer dans les cellules saines en bloquant le récepteur CCR5, principal voie d'accès du VIH dans le système immunitaire. Les autres médicaments attaquent le virus lui-même. La Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le Selzentry pour des patients qui ont déjà suivi d'autres traitements et ceux dont le diagnostic montre que l'infection est liée au récepteur CCR5. Environ 50% à 60% des patients qui ont été traités avec d'autres médicaments correspondent à cette définition, a précisé l'administration. Le Selzentry portera une mention avertissant notamment les patients d'un risque de toxicité pour le foie, a ajouté la FDA. Pfizer espère que le Selzentry sera disponible dès le mois prochain. Des analystes du secteur ont évalué à 500 millions de dollars environ le chiffre d'affaires annuel du Selzentry d'ici 2011. L'annonce de cette autorisation n'a pas laissé insensible les marchés: l'action Pfizer a gagné 2,6% pour clôturer à 24,11 dollars lundi sur le New York Stock Exchange. Triplement des médicaments expérimentauxLe premier groupe pharmaceutique mondial a nettement augmenté le nombre de ses médicaments expérimentaux en dernières phases d'essais cliniques et espére le tripler d'ici 2009. Pfizer a actuellement 11 molécules en phase III, dernière période d'essais avant une demande d'homologation, contre huit en décembre 2006. Les essais de sa molécule contre l'obésité CP-945598 est actuellement en phase finale. Ce médicament expérimental est de la même classe que le Zimulti (ou Acomplia) de Sanofi-Aventis, rejeté en juin par des experts auprès de la Food and Drug Administration (FDA) au motif qu'il augmenterait le risque de dépressions et de comportements suicidaires

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :