Besancenot prêt à saborder la LCR

 |   |  268  mots
La gauche de la gauche se cherche un avenir depuis la débâcle de l'élection présidentielle (moins de 10% des suffrages recueillis par les cinq candidats), au même titre que le Parti socialiste (PS). Olivier Besancenot, le seul à à avoir fait un score honorable (4,08% des voix) parmi les candidats de la gauche radicale, rêve de créer un grand parti anti-libéral. Quitte à saborder la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), qui "n'a plus vocation à exister" au cas où une nouvelle formation rassemblant "tous les anti-capitalistes et tous les partisans d'un changement de société" verrait le jour, affirme-t-il vendredi dans Le Parisien. Le porte-parole de la LCR va profiter de l'université d'été de son parti ce week-end à Port-Leucat dans l'Aude pour lancer un appel au rassemblement de la gauche anti-libérale dans une nouvelle structure. Pourquoi un nouveau parti? Pour "former un parti militant qui ressemble à la société", affirme Olivier Besancenot. Il est pour lui temps de prendre acte du fait qu'"une génération militante issue par exemple des banlieues et vierge des expériences politiques du passé émerge". Cette nouvelle génération a vocation a prendre les postes de direction d'une future formation à la gauche du PS: "Pas question d'un copier-coller avec les actuels dirigeants, prévient-il.Vis-à-vis du PS, la nouvelle formation devra garder son "indépendance politique", ce qui "n'empêche pas une résistance commune face à la droite", explique Olivier Besancenot. Il reste au porte-parole de la LCR à convaincre les autres partis d'extrême gauche, en particulier leurs dirigeants, de la pertinence de son initiative.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :