2007, l'année la plus meurtrière depuis 1994 : 86 journalistes tués dans le monde

 |   |  438  mots
Le bilan 2007 établi par Reporters Sans Frontières est sombre pour la liberté de la presse. Les journalistes tués dans l'exercice de leur fonction, 86 au total, augmente, mais la progression du nombre d' interpellations, d'enlèvements, d'agressions et de médias censurés a aussi de quoi inquiéter.

Il est des chiffres qu'on n'aime pas voir grimper. Ceux publiés ce mercredi par Reporters sans Frontières (RSF) en font partie. Dans son bilan 2007, l'Association de lutte pour la liberté de la presse indique que 86 journalistes ont été tués dans le monde cette année, contre 85 en 2006. Depuis 2002, l'augmentation donne davantage froid dans le dos passant de 25 à 86, soit 244% de hausse en cinq ans.

C'est l'Irak qui reste le pays le plus meurtrier pour les journalistes, avec 47 victimes. "Ni la guerre du Viêt-nam, ni le conflit dans l'ex-Yougoslavie, ni même les massacres en Algérie ou le génocide rwandais n'avaient fait autant de victimes parmi les professionnels de la presse", commente RSF. A noter également que les 14 journalistes retenus en otages le sont en Irak. Par ailleurs, l'association indique aussi que "La Somalie et le Pakistan n'avaient pas compté autant de journalistes tués depuis plusieurs années", avec respectivement, 8 et 6 journalistes tués.

Au total, plus de la moitié des journalistes tués (48) l'ont été au Maghreb ou au Moyen-Orient, 17 en Asie, 12 en Afrique, 7 sur le continent américain et 2 en Europe et en ex-URSS. En outre, 20 collaborateurs des médias ont été tués à travers le monde, contre 32 en 2006. Sur les 1.511 agressions et menaces constatées, 626 l'ont été sur le continent américain et 562 en Asie.

Les interpellations, enlèvements, agressions, menaces et censures sont aussi légion. Au 1er janvier 2008, 135 journalistes étaient emprisonnés dans le monde, un chiffre "qui ne varie guère depuis quelques années", selon RSF qui demande leur "libération immédiate". Au cours de l'année 2007, 67 journalistes ont été enlevés contre 56 en 2006. En 2007, la répression a également touché les cyberdissidents, dont 65 sont actuellement détenus pour s'être exprimés sur internet. Au moins 2.676 sites internet, dont une majorité de forums de discussions, ont été fermés ou suspendus dans le monde. "La censure la plus forte a eu lieu avant et pendant le 17e congrès du parti communiste chinois" lorsque "quelque 2.500 sites, blogs et forums ont été interdits en quelques semaines", selon RSF. La Syrie "s'est également illustrée en bloquant plus d'une centaine de sites et de services internet en fin d'année, tandis qu'en octobre, pendant les manifestations des moines birmans, "la junte militaire de Rangoon a tenté de tarir le flot d'informations qui sortaient du pays, en coupant purement et simplement l'accès à la Toile", poursuit l'organisation.

Pour la presse française, le bilan n'est pas meilleur. En 2007, au moins quinze journalistes ont été arrêtés dans le monde dont deux, toujours détenus au Niger.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :