Le prix du baril s'envole, le président de l'Opep le voit à plus de 150 dollars voire plus de 300 en cas de crise avec l'Iran

 |   |  244  mots
Selon Chakib Khelil, ministre de l'énergie algérien et président de l'Opep, l'organisation des pays exportateurs de pétrole, le prix du baril pourrait monter à 300 voire 400 dollars le baril si la tension monte sur l'Iran dont la production ne peut être remplacée. Ce jeudi, le prix du baril repart fortement à la hausse.

Chakib Khelil, ministre de l'énergie algérien et président de l'Opep, l'organisation des pays exportateurs de pétrole, estime ce jeudi dans un entretien à France 24, que le prix du baril de pétrole va atteindre 150 à 170 dollars cet été.

Il explique cette prévision par la possible hausse des taux de la BCE, la Banque centrale européenne, par les pressions diplomatiques sur l'Iran, et par la hausse de la demande américaine.

"Comme vous le savez, le pétrole et surtout le prix du pétrole est fonction des problèmes économiques qui se posent aux Etats-Unis, de la dévaluation du dollar et de un peu de tout ce qu'il se passe sur le plan de la politique monétaire américaine" souligne-t-il.

Mais selon lui, les pressions sur l'Iran, l'Union européenne ayant pris lundi de nouvelles sanctions économiques contre le régime de Téhéran, en raison de son refus de renoncer à l'enrichissement d'uranium dans ce qu'il présente comme un projet nucléaire civil, pourrait aboutir à "une grave situation car aucun autre pays dans le monde ne pourrait remplacer la production iranienne". Dans ce cas, "personne ne peut dire" jusqu'où pourrait monter le prix du baril et un prix de "300 ou 400 dollars" serait possible à ses yeux.

Suite à ses propos, le prix du baril est en forte hausse ce jeudi, de quelque 3,5 dollars, à près de 139 dollars, se rapprochant de son record de 139,89 dollars atteint le 16 juin dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :