Wall Street plombée par les banques

Après avoir ouvert sur une note positive, Wall Street a flanché en succombant devant l'avertissement lancé par Goldman Sachs sur le secteur bancaire, l'accélération de l'inflation et la crise persistante de l'immobilier.

Wall Street a terminé mardi en recul, après un avertissement de Goldman Sachs qui a jugé
que les banques américaines devraient devoir lever jusqu'à 65 milliards de dollars de capitaux pour consolider leurs comptes, mis à mal par la crise de l'immobilier et du crédit.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 118,78 points, soit 0,89%, à 12.160,30. Le S&P-500, plus large, a perdu 9,21 points, soit 0,68%, à 1.350,93. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 17,05 points (-0,69%) à 2.457,73.

De nouvelles augmentations de capital de la part des banques pourraient dilluer les participations des actionnaires actuels et les établissements financiers ont reculé dans leur ensemble, l'indice sectoriel KBW cédant 3,68%. Citigroup a perdu 1,78% et Bank of America , pour laquelle Goldman a revu à la baisse les prévisions de résultats, ainsi que sur 1O autres établissements, a cédé 3,56%. Goldman Sachs a perdu lui même finalement 1,46% à 179,44 dollars. Le titre avait pourtant progressé une partie de la séance après la publication de résultats trimestriels en nette baisse mais largement supérieurs aux attentes du marché. Lehman Brothers a plongé de 7,57%, le marché réagissant aussi à une information publiée par theflyonthewall.com, qui rapporte que la Deutsche Bank s'attend à ce que la banque d'investissement annonce deux milliards de dépréciations d'actifs supplémentaires.

L'assureur AIG a perdu 5,09% après un abaissement de sa note par A.M. Best, en raison des changements dans la direction du groupe. A la distribution, Wal-Mart a reculé 1,05% après avoir réduit ses prévisions d'investissement pour l'exercice en cours, de 13,5-15,2 milliards de dollars à 13-14 milliards, cherchant à modérér la croissance de ses magasins géants aux Etats-Unis.

Les craintes liées à l'impact économique des inondations dans le Middle West américain ont aussi pesé sur la tendance. Le premier opérateur ferroviaire américain Union
Pacific a ainsi dévissé de 4,72% à 72,47.

Sur le Nasdaq, Adobe Systems a perdu 3,38% au lendemain de prévisions de chiffre d'affaires jugées décevantes. A la hausse, le fabricant de logiciels de design de microprocesseurs Mentor a bondi de 21,49% à 14,98. Son concurrent Cadence Design a proposé de le racheter 1,5 milliard de dollars, soit 16 dollars par actions, mais Mentor a rejeté cette offre. Cadence a cédé 6,47%. Toujours aux fusions-acquisitions, les éditeurs de jeux
électroniques Electronic Arts et Take-Two ont cédé respectivement 0,64% et 0,42%. EA a encore prolongé, au 18 juillet, son offre de deux milliards de dollars sur Take-Two, qui la juge toujours trop basse.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.