Le dernier match des Bleus dans l'Euro 2008 suivi par 13,2 millions de téléspectateurs

Ce sont 13,2 millions de téléspectateurs qui ont assisté à l'élimination de la France dans l'Euro 2008 face à l'Italie. C'est un record pour M6 qui diffusait ce match décisif de qualification pour les quarts de finale. Sa part d'audience atteint 47,8%. Les investissements publicitaires ont atteint 5, 55 millions d'euros.

M6 a donc été la dernière chaîne à diffuser un match des Bleus pendant l'Euro 2008. Ce match, qui opposait donc la France à l'Italie et diffusé en direct de Zurich mardi soir à partir de 20h45, a été suivi par quelques 13,2 millions de téléspectateurs, pour une part d'audience de 47,8%, selon les chiffres de Médiamétrie. Un record pour la chaîne. Pas pour les Bleus donc qui ont perdu 2-0 et qui se trouvent éliminés du tournoi.

"L'impact de la défaite de la France sera marginal sur les matches qui arrivent", a déclaré à l'agence France Presse Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe. "La qualité des matches, comme Espagne-Italie ou Portugal-Allemange, fera qu'il y aura une grosse audience", a-t-il ajouté, soulignant que "il y a beaucoup d'Européens qui vivent en France". Pas d'inquiétudes sur les audiences à venir, donc. Dont acte.

Lors du premier match de la France à l'Euro, le 9 juin dernier, face à la Roumanie (score: 0-0) retransmis à 18 heures, M6 avait rassemblé 9,6 millions de téléspectateurs et 54% de part d'audience. Lors du match suivant, France-Pays-Bas, retransmis sur TF1 (TF1 et M6 se partagent la retransmission de la compétition) a rassemblé un peu plus de 12,6 millions de téléspectateurs, pour une part d'audience de 52%, selon les chiffres de Médiamétrie.

La question se pose forcément aussi pour les recettes publicitaires. D'après des estimations de Zenith Optimedia, les recettes nettes calculées sur les matchs, en fonction du parcours de l'équipe de France et du taux de remplissage des écrans publicitaires, seraient de 30 à 40 millions d'euros pour TF1, et de 18 à 24 millions d'euros pour M6.

A titre d'exemple, les investissements publicitaires des écrans encadrant le match "Italie/France" sur M6 ont atteint, d'après le cabinet d'études Yacast, 5,55 millions d'euros. Selon Philippe Nouchi, directeur des études audiovisuelles de Zenith Optimedia (société qui conseille les annonceurs sur leurs achats en espaces publicitaires), TF1 et M6 "ont tarifé un peu cher leurs écrans" des matchs sans la France.

Il est intéressant de savoir que le coût du spot de 30 secondes varie en fonction de l'affiche et de l'heure de diffusion. Il était à 110.000 euros par exemple pour le premier match des Bleus disputé contre la Roumanie sur M6 à 18h00, contre 150.000 euros pour France-Pays Bas sur TF1 à 20h45.

Et pour les matchs où ne figure pas la France, le spot de pub se négocie globalement entre 55.000 et 87.000 euros. Quant à la finale, les annonceurs auraient déboursé jusqu'à 250.000 euros si les Bleus avaient été présents. Ce montant tombe désormais à 120.000 euros.

A la Bourse de Paris, les investisseurs s'inquiètent. Les actions TF1 et M6 reculent fortement. La première chute de 3,55% et tombe sous les 12 euros à 10,86 euros exactement quand la seconde perd 2,85% à 13,97 euros.

France-Italie plus regardé en Allemagne
France-Italie, ce match de qualification pour les quarts de finale de l'Euro-2008 mardi soir a été plus regardé en Allemagne qu'en France, selon les chiffres fournis mercredi par la chaîne allemande ARD. Ce sont en moyenne 15,35 millions de personnes qui ont suivi la rencontre en Allemagne, soit 50% de part d'audience. Un pays certes, nettement plus fan de foot que la France puisque Autriche-Allemagne lundi soir a réuni le double de téléspectateurs allemands et 86,5% de part d'audience.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.