"Festival Premières"

 |   |  317  mots
Ils sont une dizaine venus de nombreux pays d'Europe, de l'est (Russie, Pays Baltes, Pologne...), de l'ouest (Belgique, France, Allemagne...) ou du sud (Italie, Espagne). Des jeunes metteurs en scène qui, sur les plateaux des deux grands théâtres de Strasbourg, le TNS et le Maillon, entrent de plein pied dans le monde professionnel en présentant leur travail. "C'est un véritable kaléidoscope de la création théâtrale contemporaine", résume le directeur du Maillon, Bernard Fleury. "De ce programme que nous élaborons avec l'équipe du TNS, il ressort toujours des enseignements, ajoute-t-il. Par exemple, dans les propositions venant des pays plus à l'est, là où la tradition théâtrale a plus de poids qu'ici, là où 'faire du théâtre ensemble' est dans la nature des choses, on note que le texte n'a pas la même place, c'est-à-dire qu'il est souvent plus explosé, plus agressif. En France, le texte reste plus littéraire, même si on voit des changements". Ce festival "Premières" permet de mieux appréhender les différents courants contemporains qui traversent les jeunes générations du théâtre européen. Les rapprochements comme les différences, depuis les formations jusqu'aux créations. Parce qu'ils viennent de Belgique (Peggy Thomas met en scène "Bobby Fischer vit à Pasadena" et un groupe de Gand montre "Chuck Norris doesn't sleep, he waits..."), du Portugal (Alfredo Martins avec "O Nome das Ruas"), de Russie (Timofey Kuljabin met en scène "La Perspective Nvski") et puis de Hongrie pour "The Frankenstein Project", de Suisse ("Spieltrieb"), de France ("Cris et Chuchotements", "Macbeth (inquiétude)") et d'Allemagne d'où viennent deux créations, "don't wanna die watching Spiderman 3", une pièce/performance, et "Sinn" interprétée par les cinq metteurs en scène eux-mêmes. En complément à "Premières", des concerts et autre exposition de photos.Jusqu'au 8 juin. Tél: 03 88 24 88 24/ 03 88 27 61 81.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :