Safran lance une offre de 300 millions de dollars sur une division de Digimarc

 |   |  391  mots
Le groupe américain Digimarc annonce dans un communiqué avoir reçu une offre non sollicitée de la part du groupe français Safran pour l'acquisition de son activité ID (Secure IB business), à savoir les activités dans les équipements et logiciels servant à l'émission de pièces d'identité.Safran propose 300 millions de dollars en cash. Le français surenchérit sur une offre précédente de la part de L-1 Merger Agreement qui proposait 263 millions de dollars en cash et en titre. "Le conseil d'administration de Digimarc Corporation a considéré que l'offre de Safran était susceptible d'être supérieure à l'offre déposée le 23 mars 2008 par la société L-1 Identity Solutions Inc (groupe L-1 Merger Agreement), Safran est ainsi entré en discussion avec Digimarc Corporation", précise dans un communiqué le groupe français spécialisé dans l'aéronautique et l'électronique."Le marché en forte croissance des documents d'identité sécurisés devrait offrir aux activités de Sagem Sécurité (filiale du groupe Safran) de nouveaux débouchés et opportunités, ainsi que des zones de développement géographique complémentaires dans le domaine de la sécurité", indique Safran. Le rachat prendrait la forme d'une offre publique libellée entièrement en liquide sur la société Digimarc, après que celle-ci eut donné son indépendance à ses activités de filigranage électronique et restitué à ses actionnaires une partie de ses liquidités, explique Digimarc dans son communiqué.En mars, Digimarc avait accepté de céder les activités convoitées par Safran au groupe américain L-1 Identity Solutions. Mais le conseil d'administration de Digimarc a considéré que la proposition de Safran pouvait être plus intéressante que celle de L-1. Digimarc fait valoir que l'accord signé avec L-1 l'autorisait à examiner une offre meilleure pour ses actionnaires et a donc décidé d'engager des discussions formelles avec Safran. Pour l'instant, le conseil d'administration n'a pas pris position officiellement sur l'offre du groupe français et l'accord avec L-1 reste en vigueur, souligne-t-il dans son texte.L'offre de Safran est pour l'heure non engageante et le groupe français devra obtenir une série d'autorisations avant d'aller de l'avant, notamment du comité chargé d'examiner les investissements étrangers dans les secteurs sensibles, le Comité sur l'investissement étranger aux Etats-Unis (CFIUS).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :