Wendel : Ernest-Antoine Seillière reste aux commandes

 |   |  490  mots
Les actionnaires de la SLPS, la holding familiale qui contrôle 36% de Wendel Investissement, ont voté mercredi en fin de journée la révocation de Sophie Boegner et ont reporté à l'automne la question de la succession d'Ernest-Antoine Seillière à la présidence. "La révocation de Sophie Boegner a été votée à 82,2%", a déclaré une porte-parole de la SLPS à l'issue de l'assemblée générale, ajoutant que les comptes 2007 avaient été votés à 95%. "Les actionnaires familiaux par leur vote ont ainsi réaffirmé leur unité, leur confiance et leur soutien dans le conseil d'administration de SLPS et son président", a précisé la SLPS dans un communiqué séparé. La question de la présidence, assumée par Ernest-Antoine Seillière qui cumule cette fonction avec celle de président du conseil d'administration de Wendel, sera abordée "lors d'un séminaire prévu à l'automne", a-t-on précisé, ajoutant cependant que "l'assemblée de 2009 pourrait être présidée par celui ou celle qui sera désigné d'ici là". Interrogé sur Europe 1 sur l'éviction de Sophie Boegner, décidée Ernest-Antoine Seillière s'est déclaré "très heureux parce que l'on a traversé une période un peu pénible". Et d'ajouter : "je suis confirmé et c'est pour moi un très gros soulagement". "J'ai reçu, et j'en suis très heureux, un double soutien, celui des actionnaires du public Wendel" a-t-il indiqué. La SLPS, qui regroupe quelque 900 actionnaires descendants de la famille Wendel, est secouée depuis plusieurs semaines par la fronde menée par Sophie Boegner, une de ses administratrices, qui a porté plainte contre X, le 3 juin, pour abus de biens sociaux et recel, et qui refusait d'approuver les comptes 2007. Sophie Boegner conteste un montage financier ayant abouti à la simplification des structures de contrôle de Wendel et à l'acquisition, en mai 2007, par une quinzaine de ses dirigeants, de 4,5% du capital pour un montant équivalant alors à plus de 320 millions d'euros. Sa révocation avait alors immédiatement été réclamée par la holding familiale. Suite au dépôt de la plainte de Sophie Boegner, une enquête préliminaire de police va être ouverte jeudi par le parquet de Paris, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. L'enquête préliminaire, procédure habituelle en pareil cas et qui s'effectue sous la direction du procureur, vise à déterminer si les faits peuvent recevoir une qualification pénale et donc donner lieu à des poursuites. Ernest-Antoine Seillière, dont le cumul des fonctions à la SLPS et chez Wendel a été pointé du doigt par Sophie Boegner comme pouvant poser un problème de conflit d'intérêt, a déclaré en début de semaine que sa succession avait déjà été évoquée en novembre 2007, avant d'être à nouveau débattue lors de deux réunions de la SLPS intervenues ces dernières semaines pour apaiser les esprits des actionnaires familiaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :