Alitalia est face à sa "dernière chance", estime son président

 |   |  283  mots
Le président de la compagnie aérienne italienne Alitalia, Aristide Police, a déclaré samedi devant l'assemblée générale des actionnaires que le groupe était face à sa "dernière chance et nous ne pouvons pas prendre le risque de la perdre". Il en a appelé à "une véritable rupture avec le passé, en abandonnant rapidement ce qui est indéfendable et inadéquat, en raison d'un scénario macro-économique encore plus critique en raison de la croissance inexorable des prix du carburant". Le président d'Alitalia a assuré qu'"une attention particulière sera accordée à toutes les retombées d'ordre social que le plan de sauvetage de la compagnie fera naître". "Dans quelques jours, nous saurons si la banque conseil, Intesa Sanpaolo, est en mesure de présenter une stratégie appropriée de redressement et de développement", a-t-il précisé. Intesa Sanpaolo est chargée de relancer la privatisation de la compagnie en grande difficulté.Selon le quotidien économique Il Sole-24 Ore samedi, le plan d'Intesa Sanpaolo prévoit de scinder la compagnie en deux pour permettre la création d'une nouvelle société "lestée" des activités non rentables et qui serait alors ouverte à de nouveaux capitaux. "La dotation de capital de la nouvelle Alitalia se situerait aux alentours de 1,5 milliard d'euros", ajoute le quotidien. Les actionnaires du groupe ont approuvé samedi le bilan 2007 de la compagnie italienne, qui accuse 495 millions d'euros de pertes. L'assemblée générale a par ailleurs nommé deux nouveaux membres du conseil d'administration: il s'agit de Nunzio Guglielmino, ancien responsable du Trésor, et Tommaso Vincenzo Milanese, notamment co-directeur de la société de construction navale Fincantieri.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :