Chiloé, l’âme de la Patagonie

 |   |  400  mots
Depuis peu, l'isolement de cette région a été rompu par le redémarrage du projet de construction du plus long pont d'Amérique Latine
Depuis peu, l'isolement de cette région a été rompu par le redémarrage du projet de construction du plus long pont d'Amérique Latine (Crédits : Aleksander Mirsk)
La Patagonie, terre de bout du monde… Derrière cette image de carte postale se trouve une réalité plus complexe entre le nécessaire développement économique et la préservation de la nature et de la culture locale. Le projet de pont entre l’île de Chiloé et le continent est devenu le symbole d’un Chili à la fois fier de son patrimoine naturel et tourné vers l’avenir.

Certains comparent Chiloé, située au nord-ouest de la Patagonie chilienne, à la Bretagne. Peut-être du fait de ses pêcheurs, de ses cieux changeants, de sa nature verdoyante surprenante pour la région ou encore de ses lieux chargés d'Histoire, à l'instar de l'Église de San Francisco classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Depuis peu, l'isolement de cette région a été rompu par le redémarrage du projet de construction du plus long pont d'Amérique Latine (2 635 mètres). Décidé en 2006 puis annulé pour des raisons budgétaires, cet ouvrage d'art est de nouveau d'actualité suite à un nouvel appel d'offres international.

Avec cette infrastructure souhaitée par le gouvernement chilien, l'île ne serait plus qu'à trois petites minutes de route du continent au lieu de la demi-heure actuelle de traversée par ferry. Il y a deux ans, une mini révolution avait déjà vu le jour avec l'ouverture d'un aéroport et la mise en place de quatre vols par semaine depuis Santiago. Une chance pour le développement de l'île, qui va briser son enclavement et permettre aux iliens d'être un peu moins insulaires !

Un peuple fier de sa terre

Un tel projet de développement n'a pas manqué de provoquer un grand débat sur l'Île. Là où beaucoup y voient des opportunités économiques et l'aubaine de favoriser le tourisme vert, quelques habitants ont fait part de leur inquiétude et milité pour que ce développement se fasse en accord avec le cadre idyllique de Chiloé.

Pour les défenseurs du désenclavement de l'ile, ce serait la possibilité d'avoir accès plus rapidement aux hôpitaux du continent, celui de l'île ne permettant pas toujours de traiter les cas les plus urgents. Surtout, grâce aux emplois attendus de la manne touristique, le flux de départ des plus jeunes vers les grandes villes avoisinantes pourrait diminuer.

Quelle que soit l'issue du projet, les touristes qui se rendent dans cette partie du Chili auront dans tous les cas l'assurance de découvrir une société fière de son patrimoine et soucieuse de conserver sa différence. Finalement, c'est peut-être ce côté « village d'irréductibles » qui rapprocherait le plus Chiloé de la Bretagne ?

>> Pour plus de destinations, retrouvez notre espace voyage

>> Créez votre voyage sur mesure

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :