Grand Paris : la métropole des illusions

 |   |  1311  mots
(Crédits : Décideurs en région)
Entre les impératifs de construction de logement et la nécessaire réorganisation de l'administration territoriale, les objectifs que se fixent les défenseurs du Grand Paris semblent un peu (trop) ambitieux pour être réalisables...

Le 13 décembre 2013, l'assemblée nationale adoptait le projet de loi portant création de la métropole du Grand Paris. Nombreux furent les commentateurs qui saluèrent cette création qui allait faire de la capitale augmentée des 4,3 millions d'habitants de la petite couronne (Hauts-de-Seine,Seine-Saint-Denis,Val-de-Marne) le pole majeur d'attractivité au niveau européen et international.

Il s'agit en réalité d'une idée ancienne puisque le baron Haussmann envisageait déjà en 1860 de dépasser la ligne des fortifications- devenue le périphérique- et d'annexer à Paris les 29 communes limitrophes. Un siècle et demi plus tard, ce périmètre a malheureusement perdu toute pertinence au regard de l'aménagement.


Les transports, principal levier du Grand Paris

Celui-ci se joue, comme chacun le sait, sur trois leviers qui sont  l'urbanisme et l'habitat, le développement économique et surtout les transports dont la dimension dépasse largement l'agglomération centrale.

Cependant, ces derniers ont fait de tels progrès avec notamment les TGV, les RER et les autoroutes urbaines, que  « les univers de choix » ont été élargis de façon si considérable qu'ils dépassent les frontières de l'Ile-de-France pour aller vers l'Oise, le Loiret ou l'Eure. Le projet du Grand Paris de 2009 s'étendait d'ailleurs en grande couronne et c'est bien entendu le conseil régional qui continuera de gérer le syndicat des transports (STIF) avec l'ensemble de ses partenaires départementaux.

>> "Le Grand Paris Express devra être le métro le plus numérique du monde"

S'adapter à la mondialisation

Il en est de même pour le développement économique qui est, d'après les lois de décentralisation, du ressort du conseil régional ce qui apparaît judicieux car il est indispensable de pouvoir proposer aux investisseurs une riche palette de territoires allant du plus dense comme Paris ou la Défense jusqu'aux grands espaces nécessaires à la logistique.

La chambre de commerce et d'industrie de Paris, en s'élargissant à l'ensemble de la région capitale, a compris depuis longtemps le grand changement de dimension qu'entraîne la mondialisation. Pour un industriel chinois qui recherche la  localisation optimale au niveau européen la métropole parisienne s'étend même jusqu'à Lille ou jusqu'au Havre !

Dans l'avenir, la géographie de l'aménagement du territoire se concevra  au niveau de l'ensemble du bassin parisien et non d'un « Grand Paris » restreint datant du 19eme siècle… !

 

Créer plus de logements

La seule réelle justification de la création de la métropole, explicite au cours des débats, est la faible construction actuelle de logements, bien insuffisante pour réduire la lancinante crise de l'habitat dans l'agglomération.  La métropole sera en mesure, suppose-t-on, d'imposer à des maires malthusiens des documents d'urbanisme les contraignant à accepter sur leur territoire un fort contingent de logement, en particulier de logements sociaux.

Il s'agit d'une illusion, pour deux raisons : l'une en raison de la difficulté de densifier l'urbain existant, et corrélativement le poids croissant de la construction périurbaine, l'autre de nature institutionnelle : la métropole est encadrée par le schéma directeur de la région ( SDRIF) qui a force de loi d'aménagement  et n'a pas la compétence pour délivrer les permis de construire pouvoir qui appartiendra toujours aux communes donc aux maires.

 

Construire la ville sur la ville ?

La pensée urbanistique actuelle, explicite dans le SDRIF, s'efforce de limiter les extensions périurbaines dans l'espoir que par un effet de vase communiquant la construction se reporte sur les espaces déjà bâtis; le modèle indépassable étant le Paris Haussmannien alliant forte densité et rare qualité de vie. Bien entendu il est judicieux de combler les « dents creuses » et d'utiliser les terrains sous occupés surtout en petite couronne ou la densité moyenne est le tiers de celle de Paris.

La contradiction apparaît lorsque l'on se fixe comme objectif de créer 35.000 logements annuels pendant plus de quinze ans pour loger la moitié des 13 millions de franciliens attendus à l'horizon 2030. Il s'agit donc d'augmenter de plus de moitié le rythme actuel de construction alors qu'on observe depuis 20 ans une baisse tendancielle. Cette chute semble même en train de s'accélérer puisque les permis de construire délivrés en 2013 diminuent de 30% dans l'agglomération par rapport à 2012.

La mauvaise volonté des élus n'est pas en cause mais plutôt la rareté progressive des terrains à bâtir, facteur de hausse du coût du foncier. Les grandes friches industrielles qui ont générés des centaines de milliers de logements depuis 30 ans sont en voie d'épuisement dans les Hauts-de-Seine et bien entamées en Seine-Saint-Denis. Et la densification des zones pavillonnaires, type d'habitat très apprécié des franciliens, se heurtera à de grandes difficultés. Quant à la dévolution des 900 terrains publics annoncés en 2012 ils semblent s'être définitivement évaporés !

Il est donc peu vraisemblable que la densification de la petite couronne qui est d'après l'OCDE de 11623 habitants au km2 augmentera très sensiblement. D'autant que les nouveaux éco quartiers, forme moderne de l'urbanisme contemporain, ont en général une densité souvent moitié moindre qui semble correspondre à une norme optimale pour le citadin européen.

 

Substituer la métropole aux intercommunalités

Il est certain que la balkanisation institutionnelle de la métropole francilienne est un sérieux handicap et qu'une clarification et une refonte de la politique du logement parait nécessaire. Mais il est vain de croire que la « territorialisation de l'offre de logement » entreprise par l'Etat, avec fixation d'un quota de construction par bassin façon Gosplan et la signature de contrats de développements territoriaux (CDT), vont permettre à la métropole de doubler la production de logements en se substituant aux intercommunalité dissoutes.

 Il est à craindre, au contraire, que la période intermédiaire qui va s'ouvrir entre la fin des intercommunalités - dont certaines comme Plaine commune ou Grand Paris Seine Ouest développaient une vraie dynamique territoriale -, et le début opérationnel de la métropole - lequel risque de se faire attendre (élaboration du programme local de l'habitat, statut du personnel fort disparate issu des intercommunalités…) - perturbera gravement la construction de logements en générant une incertitude peu propice aux nouveaux projets des promoteurs publics et privés.

Enfin, comment les engagements pris par les communes dans les contrats territoriaux seront-ils tenus s'ils n'ont plus le pouvoir d'urbanisme ?

 

Une autorité organisatrice du logement

 Une solution plus (trop?) simple et beaucoup moins coûteuse ne consisterait-elle pas à créer un syndicat mixte du logement en Ile-de-France, analogue au syndicat des transports (STIF) ? Présidé par le Président du conseil régional et réunissant les principaux partenaires concernés par l'habitat, il recevrait la délégation de financement du logement social de la part de l'Etat et agirait par la voie contractuelle pour inciter par un fond d'action logement les maires bâtisseurs et dialoguer avec les intercommunalités afin d'établir les programmes locaux de l'habitat. Il est possible qu'après l'échec vraisemblable du dispositif qui va rentrer en vigueur, un tel outil voit le jour lorsque la métropole deviendra inéluctablement régionale.

 En agissant sur un territoire non pertinent au regard de la nouvelle donne de la mondialisation où les métropoles dépassent souvent 10 millions d'habitants, doté d'outils d'aménagement peu adaptés à la conduite d'une politique d'habitat efficace, le Grand Paris Métropole dans sa forme actuelle constitue une structure administrative archaïque qui devra dans l'avenir modifier son périmètre et sa gouvernance, faute de quoi elle deviendra, au regard des espoirs qu'elle a suscité, la « métropole des illusions ».

 

Pierre Pommellet, ancien Directeur des services de la Région Ile-de-France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2014 à 17:30 :
Le Grand Paris,se refuse d'inclure dans son schéma le Val d'Oise.
Il a en partie raison,sauf que la bande passante Roissy,Sarcelles,Enghien,Argenteuil,Bezons
possède un patrimoine de terrains constructibles,ou de friches industrielles ,ou de bâtis abandonnés ,qu'il est facile pour les promoteurs,de monter des projets immobiliers d'un coût tout à fait raisonnable pour,satisfaire les besoins des jeunes ménages.
les ELUS politiques de l'IdF à croire que ceux-ci ,ne sortent jamais du 75 ou 92§§§
a écrit le 28/02/2014 à 0:43 :
Par leur malthusianisme, les maires franciliens sont responsables de la bulle immobilière de 1999 à 2012. Il faut leur retirer le pouvoir de délivrer les permis de construire. La Métropole du Grand Paris doit avoir ce pouvoir.
a écrit le 20/02/2014 à 10:01 :
je ne partage pas la comparaison du STIF avec un équivalent logement. Pour une raison simple, la plupart des maires et administrés veulent des transports publics ( incroyable mais pas tous, à Brie comte Robert ils ne veulent pas du RER qui ferait de nouvelles populations dont ils ne veulent pas, vive le XXIème siècle...) donc il y a convergence d'intérêts. Les faits montrent que ce n'est pas du tout le cas dans l'immobilier. Mon maire sortant UMP (Maisons Alfort) fait campagne sur le thème avec le Grand Paris on va ressembler au 9-3, il faut que la compétence reste chez nous...sont pas sortis de l'auberge les primo accédants et autres locataires...
Réponse de le 21/02/2014 à 16:34 :
il faudra dire à votre maire qu'on ne dit pas 9-3 , c'est grossier de la bouche d'un maire. On dit 93, comme 94 ou 92, exactement. Et qu'il ferait mieux d'aller voir le 93 avant d'en parler parce qu'il y a bien des communes qui sont plus agréables que certaines du 94.
a écrit le 19/02/2014 à 10:13 :
En France, simplifier signifie en rajouter une couche, la "métropole". Sans supprimer les absurdes (mais lucratifs) 92, 93 et 94. Pourquoi ne pas renforcer la région Île-de-France ? Trop simple ? Trop de gaspillage cesseraient ?
a écrit le 18/02/2014 à 19:28 :
l'argent ne sera pas perdue pour tout le monde !
a écrit le 18/02/2014 à 15:33 :
Assez d'accord sur le périmètre bien trop étriqué de la Métropole du Grand Paris (territoire administratif de 762 km², quand le territoire administratif du Grand Londres couvre 1572 km², le territoire administratif de la ville de Shanghai couvre 6341 km², soit la moitié de l'Île-de-France, et le territoire administratif de la ville de Pékin couvre 16 411 km², soit l'Île-de-France + l'Oise). Il est aberrant que des secteurs denses comme Argenteuil, le lac d'Enghien ou Sarcelles ne fassent pas partie de la Métropole du Grand Paris, tout ça à cause d'une frontière administrative (celle de la petite couronne) tracée en 1964, à une époque où personne n'aurait imaginé qu'elle deviendrait un jour la frontière du Grand Paris.

Je suis assez d'accord avec vous aussi sur le fait que le Grand Paris devrait couvrir toute la surface de la région Île-de-France. Il faudrait fusionner les 8 départements + la région dans la Métropole du Grand Paris. On aurait une métropole de 12 millions d'habitants, sur un territoire administratif de 12 012 km², ce qui est à peu près la taille des grandes métropoles asiatiques.

Par contre, si cet critique est légitime, je suis en désaccord avec vous sur l'idée selon laquelle la Métropole du Grand Paris ne va servir à rien. Si son périmètre est étriqué et incohérent, on ne peut quand même pas faire la fine bouche et jeter le bébé avec l'eau du bain. La création de cette métropole est une chance unique pour Paris de dépasser la frontière de 1860, ce que ni Clemenceau en 1919, ni de Gaulle en 1964 n'ont osé faire. A rejeter la Métropole du Grand Paris sous prétexte qu'elle n'aurait pas suffisamment de compétences et pas le bon périmètre, on se retrouverait avec le petit Paris ridicule de 105 km², ce qui est encore pire. Battez-vous plutôt pour que très vite, avant 2020 (?), le périmètre et les compétences de la Métropole soient considérablement élargis par une nouvelle loi.
a écrit le 18/02/2014 à 14:23 :
Pourquoi ne pas avoir simplement renforcé les compétences économiques, transport et logement de la région IDF? Encore une structure de plus qui se traduira immédiatement par plus d'impôts pour payer les fonctionnaires et les bureaux qui les accueilleront. On créée un échelon de plus mais je mets ma main à couper que personne n'aura le courage de supprimer les intercommunalités et les départements existants!
Réponse de le 18/02/2014 à 22:12 :
On ne créé pas un échelon, on fusionne les intercommunalités de petite couronne en une seule: La Métropole. ça s'appelle de la simplification. De plus, la métropole prend certaines compétences de l'IDF, et des communes (en plus de reprendre toutes les compétences des anciennes intercommunalités). Ensuite, il y a une étude en cours concernant la possible suppression des 4 départements de petite couronne (non pas une fusion, mais une SUPPRESSION, c'est à dire simplement qu'on enlève une strate, et les compétences des anciens départements iraient au Grand Paris).
a écrit le 18/02/2014 à 12:38 :
Il est affligeant de lire encore aujourd'hui de tels propos qui reflètent l'incapacité à se projeter dans le futur. L'échec des 30 dernières années est patent. Comment peut-on encore proposer aujourd'hui de défendre le statu quo et les égoïsmes locaux. Un syndicat du logement n'aurait aucune efficacité faute d'une capacité de décision réelle.
a écrit le 18/02/2014 à 11:42 :
dans ce schéma, il manque le VAL d'OISE!!!
Comment les villes de ce département,qui sont en ligne directe sur Paris St Lazare,ou sur La Défense réagissent-elles???
L'Exclusion est pour cette population nombreuse,très mal perçue,car postuler un emploi sur Paris/92/ devient impossible. Vous habitez au bout du monde!!!!!
Réponse de le 18/02/2014 à 13:28 :
L' exclusion du Val d' Oise a pour origine la volonté de Monseigneur Lefevbre "président" de la communauté de commune de Cergy Pontoise et en "espérance" de celle de confluence Seine et Oise. Cet homme a complètement détruit l'esprit de cette ville nouvelle pour en faire son fief. Aucun des maires de la communauté n'a le courage de le combattre soit par la même appartenance politique soit par gros cumul de mandats.
a écrit le 18/02/2014 à 11:38 :
Merci pour cette actualisation... Mais quel qu'en soit le devenir, on sait déjà que Bartolone est candidat ;-))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :