Impôts, finances publiques : les choix du Front National

 |   |  2906  mots
(Crédits : reuters.com)
Analyse des positions sur le budget, la dette et les impôts du Front national. Le parti de Marine le Pen fustige l’euro et l’Europe, l’immigration et prône le protectionnisme et le retour à un dirigisme étatique. Sur la dépense publique, un programme de hausses massives et… ciblées.

Un front après l'autre. Après l'analyse du programme du Front de Gauche, on peut passer à celui du Front National (@FN_officiel), qui fait régulièrement l'objet de revues plus ou moins passionnées, par La Tribune ou d'autres journaux comme Le Monde ou Les Echos. On commentera donc ici les orientations budgétaires et fiscales du FN, principalement sur la base du programme présidentiel de 2012 « notre programme », de la profession de foi de la candidate puis des prises de position ultérieures du parti. L'analyse est intéressante au regard du discours social-libéral assumé par l'exécutif en ce début 2014.

Rappelons que le FN a réuni 6,4 millions de voix (17,9% des suffrages exprimés et 13% des électeurs inscrits) autour de sa candidate Marine Le Pen au premier tour de l'élection présidentielle de 2012, puis 3,6 millions de voix (13,9% des suffrages exprimés et 7,6% des électeurs inscrits) au premier tour des élections législatives. 28% des voix des ouvriers se seraient portés sur Marine Le Pen, presque autant que François Hollande (31%) et deux fois plus que Jean-Luc Mélenchon (14%).

 

Fond de discours : arrêt de l'euro et de l'immigration, protectionnisme tout terrain

Le Front National souhaite « la fin de l'Union européenne dans sa forme actuelle » et son remplacement par des traités bilatéraux ou multilatéraux sur des sujets précis, afin de transformer l'Europe en une « association libre d'Etats européens partageant la même vision et les mêmes intérêts sur des sujets tels que l'immigration ou les règles devant régir les échanges extérieurs et la circulation des capitaux. ».

Il s'agit là d'un marqueur majeur de différentiation par rapport aux autres partis, PS et UMP, et même par rapport au Front de Gauche qui souhaite pour sa part non pas la disparition mais plutôt l'adoption par l'Europe de ses conceptions pour l'Hexagone et ne demande pas la disparition de l'euro mais sa réorientation radicale.

L'acte d'accusation de l'Union Européenne, dont le drapeau ne serait plus autorisé sur les bâtiments publics français, est donc dressé sous toutes les coutures : « Union européenne asservie par sa dette et par l'euro », « instrument au service d'une idéologie ultra-libérale mondialiste et des intérêts du secteur financier », instrumentation de la crise économique et financière comme « une formidable occasion de poursuivre à marches forcées la dissolution des nations dans un fédéralisme qui remettra entre les mains d'experts non élus le destin des peuples », refus pour la France de « l'ouverture totale des frontières, instaurée par les accords de Schengen, compte-tenu de sa démographie (qui ne justifie pas une immigration massive) et de son système de protection sociale (qui joue le rôle de pompe aspirante) ».

L'euro, « depuis son origine une aberration économique », est particulièrement visé et fait lui aussi l'objet d'un procès en règle, différents économistes, morts ou vivants, illustres ou moins illustres, étant invoqués à la barre (Milton Friedman, Maurice Allais, Jacques Sapir, Alain Cotta…). Outre le constat que « les promesses de prospérité, de croissance et d'emploi n'ont pas été tenues », est établie la longue liste des défauts de conception de la monnaie unique : hétérogénéité et divergence des économies de la zone, absence de système de redistribution européen, entrée de la Grèce. La politique monétaire considérée sous influence allemande est également mise en avant : mandat de la BCE exclusivement centré sur la stabilité des prix, interdiction de la monétisation des déficits, taux de change trop élevé pour les économies du Sud, « politique salariale non-coopérative de l'Allemagne ».

Le FN énonce ensuite sur un ton prophétique la fatalité de l'échec de l'euro, avec des formules comme « la monnaie unique s'enfonce dans une lente agonie » ou« « la crise finale de l'euro a largement commencé » car « l'Euro va disparaître car le coût de son maintien devient tous les jours plus insupportable pour les nations pour lesquelles il est totalement inadapté ».

La fin de « l'expérience malheureuse de l'euro » étant présentée comme inéluctable, le programme du FN propose alors un plan de sortie concerté, « condition de la renaissance économique de la France ». Ainsi le « retour bénéfique aux monnaies nationales (…) permettra une dévaluation compétitive pour oxygéner notre économie et retrouver la voie de la prospérité », en permettant de « relancer notre économie et notamment nos exportations ». Les modalités technique de gestion de cette période de transition (niveau réel de dépréciation de la monnaie française, mesures de contrôle des changes et des capitaux) sont présentées de façon rapide, mais le FN fait la promesse que la sortie de l'euro « constitue un défi technique mais ne provoquera aucunement le cataclysme décrit par les idéologues et autres fanatiques de la monnaie unique ».

Force est de reconnaître que cet optimisme mesuré du FN n'est pas partagé par de nombreux commentateurs économiques devant une décision systémique induisant de nombreux aléas : quel niveau d'inflation, sachant que la variation de la valeur de la monnaie impacterait lourdement l'intégralité du programme budgétaire du FN, mais aussi les revenus et les patrimoines français ? Quel taux de change et quel impact sur les importations et les exportations ? Peut-on raisonnablement attendre un comportement coopératif des partenaires européens et internationaux d'une France qui a peu de chance d'avoir l'exclusivité de la défense de ses intérêts économiques nationaux ? On peut d'ailleurs noter que la profession de foi 2012 de Marine Le Pen n'évoquait pas du tout la sortie de l'euro.

La dévaluation compétitive et la renationalisation de la politique monétaire (notamment via la monétisation de la dette publique) constituent ainsi les piliers de la politique budgétaire et fiscale mise en avant par le FN, en cohérence avec une philosophie de protectionnisme (taxe de 3% sur les biens importés pour financer une augmentation de 200€ nets par mois de toutes les rémunérations inférieures à 1.500€ mensuels) et l'arrêt de toute immigration (division par 20 de l'immigration légale), immigration doublement responsable pour le FN de creuser les déficits de la Sécurité Sociale et de peser à la baisse sur les rémunérations des salariés français.

 

Des hausses des dépenses publiques massives et ciblées

Si le FN fait une distinction générale entre une « bonne dépense utile et efficace » et des « dépenses inutiles et néfastes pour le pays : fraude sociale et fiscale, niches fiscales inefficaces, coûts de la décentralisation, poids de l'immigration incontrôlée sur les budgets sociaux », le programme de 2012 était construit sur une considérable augmentation nette de la dépense publique, un montant de plusieurs dizaine de milliards d'euros (de 30 à 100 suivant les évaluations).

La préservation des services de l'Etat est particulièrement choyée dans ce programme : stabilisation des effectifs de l'Etat, « maintien des services publics sur l'ensemble du territoire », « moratoire des services publics dépendant de l'Etat », préservation du statut général de la fonction publique et revalorisation des salaires et pensions de la fonction publique. En revanche le FN devenu très jacobin est très critique vis-à-vis de la décentralisation « processus structurellement coûteux », d'où le retour à la tutelle de l'Etat sur les collectivités locales, la réduction des dotations de l'Etat sans compensation possible par la hausse des impôts locaux, enfin la suppression de la clause générale de compétence.

Le FN propose ensuite des politiques de redistribution sociale très ambitieuses pour tout le monde à l'exception des étrangers pour lesquels les aides sociales, « pompes aspirantes de l'immigration illégale », ont vocation à être supprimées. Le caractère national des politiques sociales est fortement affirmé : suppression de l'aide médicale d'Etat (AME), instauration d'un « délai de carence d'un an de résidence continue en France et de cotisation avant de bénéficier de tous les avantages de la Sécurité sociale », « renégociation des conventions internationales signées en matière de santé avec des pays étrangers ». Le FN assume par ailleurs un lien entre cette orientation nationale et la lutte contre la fraude.

La générosité redistributive est de mise partout ailleurs pour le FN. Une mesure phare du programme 2012 était l'augmentation de 200€ nets de toutes les rémunérations inférieures à 1.500€ bruts mensuels. Mais les retraites n'étaient pas en reste : retour à la retraite à 60 ans (comme le Front de Gauche) et aux 40 annuités de cotisation pour pouvoir bénéficier d'une retraite à taux plein, rehaussement du taux des pensions de réversion, indexation du minimum vieillesse sur le SMIC. De multiples revalorisations de prestations sociales sont également programmées : famille, handicap, santé, création d'un revenu parental de 80% du SMIC, pensions des anciens combattants.

Le FN prévoit en outre des hausses des ressources budgétaires pour de nombreuses politiques publiques, principalement les politiques régaliennes : justice (+25%, création de 40.000 places de prison supplémentaires), sécurité (retour aux effectifs de police et de gendarmerie de 2005), défense (budget passant de 1,6% à 2% du PIB), affaires étrangères. En revanche, et en cohérence avec sa posture européenne, le FN exige une contribution nette nulle de la France au budget européen.

 

Pour les recettes, des « écluses douanières » protectionnistes et des impôts punitifs pour les grandes entreprises

Concernant les recettes, le FN a proposé en 2012 plusieurs innovations et ne prévoyait pas moins de 240 milliards d'euros (12% points de PIB) de recettes budgétaires nouvelles. Pour la fiscalité des personnes, le FN préconisait une progressivité accrue de l'impôt sur le revenu, la fusion de l'impôt sur le revenu et de la taxe d'habitation, la création d'un impôt unique sur le patrimoine par la fusion de l'ISF et de la taxe foncière, enfin une différenciation accrue des taux de TVA.

Le FN voulait par ailleurs différencier la fiscalité des entreprises suivant leurs tailles avec trois taux d'IS et l'affectation pendant cinq ans de 15% des bénéfices des 50 plus grandes entreprises à un « fond de réserve spéciale de réindustrialisation ».

Mais la principale innovation en matière de recettes est liée à la posture protectionniste du FN par la mise en place d' « écluses douanières ciblées » mais surtout d'une contribution sociale de 3% sur l'ensemble des biens et services importés.

 

La monétisation de la dette et du déficit, Graal de la politique économique et budgétaire

Concernant les déficits, et en dépit d'une opposition frontale aux dispositifs de la zone euro, le programme FN prévoit une « loi cadre qui instaurera à terme l'obligation d'un déficit structurel égal à zéro », une disposition très proche de celle du traité budgétaire européen de 2012. Mais les similarités s'arrêtent là puisque pour le FN « la question de la dette publique est donc le 'nœud gordien' de tout le système de pillage des richesses de la nation par la financiarisation de l'économie et le libre-échange mondialisé ».

Comme le Front de Gauche, le FN réfute tout lien de causalité entre accumulation de dette publique et dépenses publiques et préfère la thèse conspirationniste d'une dette servant « d'alibi aux plans de rigueur, à la casse des services publics et des prestations sociales » : « la vraie raison du surendettement de la France, ça n'est pas la dérive des dépenses de protection sociale, ni de ses services publics pour chercher à culpabiliser le citoyen, mais la loi de 1973 (dite loi Pompidou-Giscard) » et les lois suivantes (loi de 1993 sur l'indépendance de la Banque de France, Traité de Maastricht, Traité de Lisbonne) interdisant le financement de la dette publique par la banque centrale et « laissant ainsi aux banques commerciales privées, le monopole du droit de création monétaire. C'est une 'privatisation de l'argent public' inacceptable ».

A cette fin, le FN prévoit de « rendre à la Banque de France le droit de prêter au Trésor sans intérêt » en lien avec la suppression de l'euro, car « un des éléments très importants de la renaissance d'une monnaie nationale, c'est qu'elle nous permet de dévaluer si nécessaire et de monétiser notre dette ». Le FN prévoit donc que la Banque de France, libérée de son interdiction d'achats de titres publics, monétisera chaque année 90 milliards d'euros pour payer les intérêts sur la dette et rembourser le capital, une création monétaire représentant 5% du PIB chaque année.

Le FN prévoit ensuite une opération de « francisation ou nationalisation de la dette publique » en mettant en avant l'exemple japonais et le fort taux d'épargne des ménages français. En la matière, il faut toutefois savoir que le financement interne japonais ou italien n'est possible que parce que ces deux pays sont en situation d'excédent extérieur structurel, une situation qui n'est plus celle de la France depuis 2005 où elle est systématiquement en situation de déficits jumeaux.

Grâce à tout cela, le FN promettait en 2012 une réduction de moitié du stock de dette à l'horizon 2025, probablement dans les faits par une taxe inflationniste, un plan respectant les préceptes du FMI et du Club de Paris « pour éviter toute solution de répudiation pure et simple de la dette étrangère, qui représenterait un risque de réputation trop négatif pour la France. »

 

La nostalgie du dirigisme étatique

Derrière le programme économique et budgétaire du FN, il ne faut pas oublier qu'il y a la volonté de capter l'attention puis les voix d'un électorat pessimiste et inquiet constitué de « petits », salariés modeste (ouvriers, employés), indépendants et d'une partie de la classe moyenne se considérant déstabilisés et affectés par la précarisation économique et la mondialisation tout en ayant perdu confiance dans les autres offres politiques. D'où un programme budgétaire et fiscal désormais centré sur le maintien du niveau de protection sociale et un étatisme crédité de pouvoir corriger les déséquilibres les plus sévères d'une mondialisation vécue de façon fondamentalement négative tant en matière économique (isolationnisme et attrait du protectionnisme) que dans les flux de personnes (refus de l'immigration).

Plusieurs solutions apparemment simples sont ainsi proposées par le programme FN. D'abord le protectionnisme avec le recours à la dévaluation compétitive permise par l'euro et les « écluses douanières ». Le FN revendique ici une stratégie économique non coopérative, mais une telle approche ne laisserait probablement pas les partenaires économiques de la France indifférents : peut-on taxer les importations sans rétorsion sur les produits et services français ? Quel impact sur le pouvoir d'achat de l'augmentation des importations de pays à bas prix ? Quel impact sur la hausse des prix et le pouvoir d'achat d'une large monétisation de la dette publique ?

Les économistes Jean-Marc Daniel et Charles Wyplosz ont mis en avant dans un récent article du Monde le caractère fondamentalement nostalgique du programme du FN : idéalisation de la politique économique française des années 1950 avant la construction européenne (planification à la française, protectionnisme), politiques économiques argentines de Juan Peron et de ses successeurs (protectionnisme commercial, interférence de l'Etat dans l'économie et le marché du travail, manipulation des prix, prise de contrôle de la banque centrale pour financer les déficits publics), politique économique et sociale des travaillismes anglo-saxons des années 1960-1970 (relance redistributive, recentrage de la croissance économique sur le marché intérieur et l'amélioration du niveau de vie des plus défavorisés).

Les deux économistes considèrent que les conséquences de moyen terme de ces politiques n'ont pas été à la hauteur des attentes de leurs promoteurs et encore moins de leurs électeurs (inflation très forte voir hyperinflation déstabilisant les économies et érodant revenus et patrimoines, déficits extérieurs nécessitant des ajustements brutaux…), ironiquement jusqu'au point de justifier précisément les choix de politiques économiques et budgétaires que le FN dénonce aujourd'hui : des banques centrales indépendantes du pouvoir politique et des politiques économiques renforçant la concurrence et libéralisant l'économie.

Il faut toutefois avoir conscience des limites des arguments sur l'irréalisme du programme FN, qui soigne un positionnement anti-système (« contre l'UMPS ») l'amenant de ce fait à ces positions nécessairement sécantes vis-à-vis du cœur du dispositif politique (liquidation de l'euro), et dont nombre de ses électeurs savent probablement que le programme tel qu'il est présenté aujourd'hui est loin d'avoir vocation à s'appliquer.

 

Lire aussi : 

>> Le programme du FN au crible : paresseux sur l'emploi

>> Le programme du FN au crible : le rêve fou d'une sortie de l'euro

>> Le programme du FN au crible : rien d'original en faveur des PME

>> Le programme du FN au crible : logement, l'obsession de la préférence nationale

>> Le programme du FN au crible : "la négation du génie français"

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2014 à 11:21 :
2 defaut majeur sortir de l euros? pas de proges économiques et industriel ? MAIS elles reprend tous ce que les Français dissent tous bas? BEUCOUP DE PROMESSES, comme tous les parties ? DONC RIEN DE NOUVEAUX???
a écrit le 23/01/2014 à 10:40 :
Marine le Pen croit que pour résoudre les problèmes économiques de la France, il faut dévaluer la monnaie de 30 % pour booster les exportations et régler le problème du chômage en France.
Je vais plus loin, en proposant que tous les pays du monde dévaluent leur monnaie de 30 %.
Je règle ainsi tout aussi simplement qu'elle le problème du chômage cette fois dans tous les pays du monde, car chaque pays augmentera ainsi ses exportations.
De plus, l'argument contre, du fait de la hausse des prix des importations tombe car les autres pays auront dévalué également.
Le coût des importations restera le même.
Plus de baisse du pouvoir d'achat des Français.
De même , plus besoin d'un contrôle des mouvements de capitaux pour interdire au gens de placer AVANT la dévaluation leur argent à l'étranger car l'argent étranger sera également dévalué.
Ils n'y auront aucun intérêt.
La panique prévisible s'évaporera.
Il ne faut pas que Marine le Pen réserve sa trouvaille uniquement à la France.
Il faut qu'elle soit beaucoup plus généreuse et qu'elle glisse également à l'oreille de chacun des pays du monde cette idée géniale.
Ah, s'il pouvait y avoir une Marine le Pen dans chaque pays du monde ?
Réponse de le 24/01/2014 à 17:24 :
La monnaie ne représente que l'économie d'un pays, si le niveau économique de tout les pays du monde est le même pourquoi pas? Mais déjà nous voyons qu'en Europe ce n'est déjà pas le cas et que l'euro n'est pas adapté a chacun!
a écrit le 22/01/2014 à 14:47 :
Si le FN arrive au pouvoir et fait ce qu'il dit, ses électeurs n'auront plus assez d'argent pour faire le plein de leurs Peugeots. Qu'on se le dise.
Et qu'au FN, qui ressemble souvent aux partis revanchards d'avant la guerre de 14, on n'oublie surtout pas que l'Euro sert avant tout à faire la paix en Europe. Le reste, on s'en f...
Réponse de le 27/01/2014 à 19:02 :
Oh oui c'est sur ... Bientot avec l'euro les électeurs n'auront non seulement plus d'argent mais aussi plus de boulot et bientot plus d'aides ... Vous vaez vu la Grèce, et bien c'est chacun son tour ... Surtout ne louper pas le votre ...
a écrit le 22/01/2014 à 9:02 :
oui ou abolir tout simplement la 5 eme république et ces idées a la con qui nous font que patauger dans la semoule et revoir completement tout notre système !!!

ou bien faire un peu comme au état-unis mettre en place un gouverneur de région élu pour 2 ans , ou chaque région aurait ses propres loi .
a écrit le 21/01/2014 à 12:15 :
Quand on commence une construction par la fin (euro), afin que le but ne soit pas remise en cause. Que l'on augmente les embûches par l'intégration d’États au lieu d'en approfondir les convergences. Que l'on nie l'existence d'une opinion publique qui c'est prononcé par les urnes. On ne peut que conclure qu'il y a eu manipulation par la création d'un dogme Européiste!
Réponse de le 24/01/2014 à 17:28 :
L'Europe n'est qu'une création U.S., nous n'en avons pas la maitrise!
a écrit le 20/01/2014 à 19:51 :
c'est le projet du PS? Non? et bien cela pourrait!
a écrit le 20/01/2014 à 19:04 :
Quand on veut une monnaie unique il faut un modele social commun et non une guerre economique entre "amis"
Pour l alignement de notre modele sociale vous pensez que les autres etats vont s aligner sur nous ou que l'on va prendre le systeme le plus economique ? donc le moins renumérateur (indemnisation de chomage allemand, salaire a bas cout, CDD pour tout le monde et j ne passe)
Car actuellement nous avons des emplois detachés (charges du pays d'origine qui fait varier le cout de salaire de 30 à 45%), augmentation de l autorisation de l importation de tabac alors que nos buralistes survivent, ecotaxe qui penalisent les circuits courts ....
Donc avant de mettre en place une nouvelle monnaie il faut avoir le meme modele economique et social !!!! Sinon c'est la mise en place de guerre economique en tirant vers le bas les modeles sociaux.
Paris 13 et la correze ont le meme modele economique, donc peuvent avec une meme monnaie et non la france avec les pays bas l italie, ou l allemagne.
Donc l europe n est pas un modele viable, il y a bcp de grand economiste qui ont changé d avis sur l euro et l europe actuelle (sapir par exemble, berruyer est pas mal)
Réponse de le 21/01/2014 à 11:00 :
Commencer par la "fin", oblige a franchir toute les étapes sans que le but puisse changer en court de route. Pour cela on a créer des embûches pour accélérer le mouvement; par l'intégration de nouveau États au lieu d'en approfondir les convergences.C'est de la simple manipulation contrarié par le résultat des urnes!
a écrit le 20/01/2014 à 12:09 :
Excellent programme donc digne de "Russie unie", ses 7 % de croissance annuels, le pouvoir d'achat multiplié par 2.5, les femelles profanatrices et les escrocs comme Khodorkovski en cellule de dégrisement
a écrit le 19/01/2014 à 18:46 :
Reconnaissons tout de même à cet article un décryptage relativement honnête et complet du programme du Front National, loin de la caricature que l'on en fait parfois. C'est déjà ça. Le soupçon de mauvaise foi qui persiste peut être la cause du recul journalistique (qui n'est pas condamnable) tout autant que du désaccord politique.
a écrit le 19/01/2014 à 16:36 :
Relancer nos exportations en pratiquant une politique protectionniste.
Ce simple projet est déjà voué à l'échec.
Le reste est d'un clientélisme à rendre jaloux n'importe quel démagogue .
S'il y a un risque, les épargnants avisés seront bien inspirés d'expatrier leurs avoirs ou d'acheter de l'or.
a écrit le 19/01/2014 à 14:19 :
Reconnaissons tout de même à cet article un décryptage relativement honnête et complet du programme du Front National, loin de la caricature que l'on en fait parfois. C'est déjà ça. Le soupçon de mauvaise foi qui persiste peut être la cause du recul journalistique (qui n'est pas condamnable) tout autant que du désaccord politique.
a écrit le 19/01/2014 à 14:08 :
regardez moi les commentaires des électeurs de l'UMPS...
critiquer le programme du FN..qui est pourtant suivi par de nombreux économistes Français...et puis la sortie de l'€ Aujourd'hui il y a 8 Prix Nobel d'économie qui préconise la Fin de l'Euro..selon les électeurs de l'UMPS le FN n'a pas de programme économique lollll il est vrai que Seul l'UMPS bénéficie des meilleurs économistes Français..et c'est d'ailleurs pour ça que la France est en Faillite 2000 millards € de dette, 5 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres un déficit commercial record un déficit budgétaire record, des milliers de fermeture de PME PMI je ne parle pas des industriels qui fuient le pays faute de compétitivité monétaire...enfin bref arrêtez d'enfumer les internautes aujourd'hui ils ont les moyens de s'informer autrement que VIA les médias du système !!
a écrit le 19/01/2014 à 12:01 :
Marine le Pen croit que des dévaluations successives, c'est à dire l'appauvrissement régulier des Français par rapport au reste du monde pour vendre le moins cher possible dans une guerre mondiale des prix (ou elle ne fait pas le poids) va régler tous les problèmes économiques de la France alors que la solution d'avenir est dans l'amélioration de la QUALITE de la production dans toutes ses composantes lui permettant de revendiquer des prix plus élevés.
Réponse de le 19/01/2014 à 12:47 :
Avant d'améliorer la qualité, il faut pouvoir produire. La compétitivité prix est un préalable nécessaire. Or MMGiscard et Barre l'ont enlevé voici 40 ans à l'industrie française avec le franc fort dont on n'est jamais sorti et avec lequel on est entré dans l'euro.
a écrit le 19/01/2014 à 9:49 :
Sciences Po est l'école où on enseigne la pensée unique; On le voit bien là! Puisque ce maître de conférences est historien, il n'a sans doute jamais entendu parler du mercantilisme, mais peut-être connait-il un peu l'histoire économique des années 30. Sinon qu'il se renseigne, et son point de vue changera s'il est intellectuellement honnête. Que l'euro soit une catastrophe, c'était parfaitement prévu, notamment avec une économie internationale dominée par les mercantilismes allemands et chinois. Faire un marché et une monnaie uniques dans ces conditions était une aberration. Même Bruxelles commence à renâcler contre la politique salariale allemande, vrai scandale, mais instrument privilégié de son mercantilisme, c'est à dire de la guerre économique qu'elle conduit contre ses "partenaires" pour que "le 21ème lui donne ce que le 19ème et le 20ème lui ont refusé" (Gerhard Schröder). Il faut sortir de l'euro, non pour dévaluer car on risque de choisir comme en 81/82/83 un taux inadéquat, mais pour mettre le franc en flottement libre comme le sont toutes les grandes monnaies. En quoi cela serait-ce protectionniste? Ce serait au contraire parfaitement conforme aux canons du libéralisme authentique! En quoi avons nous besoin de la loi de 1973 qui est à l'origine d'une bonne partie de notre dette. La France n'est jamais sortie depuis 40 ans du franc fort de Giscard et Barre, elle est entrée avec lui dans l'euro, et tous les problèmes viennent de la perte de compétitivité de son industrie. Ce n'est donc pas en abaissant ses charges (qui sont des revenus) que l'on résoudra le problème, mais en lui rendant la compétitivité nécessaire par un franc en flottement libre. L'erreur est la même qu'au cours des années 30, et encore une fois c'est la Grande-Bretagne qui a raison contre nous.
Réponse de le 19/01/2014 à 15:29 :
excellent commentaire...ça fait plaisir de lire une autre analyse bravo..
Réponse de le 21/01/2014 à 8:03 :
Effectivement, la Grande-Bretagne est plus intelligente car elle pense avant tout à son bien propre plutôt qu'à l'adhésion aux théories et concepts idéologiques ou au respect fatal d'engagements irresponsables pris par des dirigeants égocentristes et carriéristes : Ca s'appelle avoir du bon sens. Bien vu, votre commentaire !
Réponse de le 28/01/2014 à 11:24 :
bravo excellent
a écrit le 19/01/2014 à 9:42 :
Ca rime à rien, encore des mesures macro-économiques qui ne fonctionneront jamais. Encore des gens qui veulent prendre le pouvoir et qui n ont jamais travaillé dans une entreprise, y en a marre des incompétents, je pense que seul "l'Anschluss" avec l Allemagne permettra a la France d’éviter la ruine définitive qui va se transformer en Portugal, ou Maroc amélioré.

Je rappelle que malgré la "crise" terme de chialeuse gauchiste incapable, Volkswagen a battu tout ses records de ventes cette année et ses profits son supérieur à Apple depuis 2ans.

De plus dans la dette allemande la moitié est bidon ! car elle a servi a redresser l’Allemagne de l'Est et donc à redresser un espace peuplé de clodos post communiste un peu comme la France du futur, et non a engraisser des fonctionnaires (cout des retraites des ponctionnaires 44 milliards euros à aller cherchez sur les marchés à hauteur de 75 %) et des emplois plus ou moins fictifs. Il n y a pas de crise bande de nains, il y a plus la prééminence du continent asiatique sur le notre. Notre incapacité à faire face n'est juste que de la puérilité économique je rappelle que le solde commercial entre la grande Allemagne et la chine est positif pour les germains.
Vous voulez des emplois ? des vrais ! simple ! avec une mesure forte impôts 0% pour TOUTES les pme l'impot ne sert à rien qu a alimenter des méandres administratives.
a écrit le 19/01/2014 à 6:40 :
Bonjour,
Après 45 ans de mierda politique UMP-PS, on a bien le droit d'essayer le FN
et MARINE LE PEN ! Pardon, mais vous avez choisi une photo défavorable pour le moins dans la posture....L'espérance c'est bien ELLE merci !
Fin de communique.
a écrit le 19/01/2014 à 1:05 :
Incapable de dire comment le FN veut financer ses propositions démagogiques
Ramener la défense à 2% c'est 50 milliards en 5 ans (10milliards /an)
Retourner à la retraite à 60 ans alors que notre système de retraite est de plus en plus déficitaire c'est 24 milliards / an (120 milliards en 5 ans)
Augmenter les bas salaires de 200 euros c'est 20 milliards / an chiffre que Mme Le Pen ignorait avant que Mme Lapix lui démontre que 8. 5 millions X 200 X12 ca fait 20 milliards

Rien que ces 3 propositions couteraient 270 milliards en 5 ans
Elle propose quoi pour financer tout ca ? Et je ne compte pas le cout desastreux pour notre économie d'une sortie de l'euro alors qu'il faut lever 200 milliards chaque année sur les marchés pour financer nos dépenses et de l'isolement et de la guerre économique contre la FRance qui s'en suivraient, l'arret des subventions des PAC pour lesagriculteurs etc.
C'est facile de critiquer Besancenot le fait très bien aussi mais dès qu'on rentre dans les propositions c'est juste du n'importe quoi, de la démagogie à toutes les sauces et sans limites peu importe si ce qu'on propose est financable et crédible ou pas. L'important c'est de ratissser un max en promettant tout et n'importe quoi.
Si qqun est capable de démontrer comment elle finance ces 270 milliards en 5 ans + cout de la sortie de l'euro + arret de la PAC + financement des retraites + 200 milliards chaque année à lever sur les marchés pour financer nos dépenses je suis preneur !
j'ai regardé le programme du FN il n'ya rien de financé et rien de crédible !
a écrit le 18/01/2014 à 21:31 :
TROPHE a tous ces incompétents qui continuent de vendre notre beau Pays aprés l'avoir endetté comme jamais dans l'histoire !!! Voilà la triste réalité jamais dénoncée par ces réveurs qui s'imagine que l'europe actuelle va durer !!!D ' avoir mis la charrue avant les boeufs , voilà le beau résultat de cette umps , qui pour obéir aux loobies, et pour concerver leurs propres intérêts sont prêts à tout et n'importe quoi !!!
a écrit le 18/01/2014 à 17:33 :
Le front national doit être défendu pas pour ses élucubrations économiques mais je pense que ce parti permettrait aux citoyens de descendre dans la rue pour faire la révolution des institutions dont a besoin notre pays et balayer l'ensemble de la classe politique actuelle y compris le FN un parti comme les autres dans son fonctionnement très familial, amis et copains, qui surfe sur la crise pas sur l'avenir. Croire l'avenir de la France dans le FN montre que peu de français voyage dans le monde pour les affaires
a écrit le 18/01/2014 à 12:33 :
C'est bien de citer les économistes pro-euro, mais pourquoi ne pas citer les 4 prix nobel d'économie qui expliquent que l'euro est un échec et qu'il faut en sortir progressivement?
C'est sûr, on ne les lira pas dans le Monde et on ne les verra pas sur TF1, mais pour faire une analyse objective du FN ce n'est pas en citant uniquement ces médias là qu'on fera un article très intéressant.
a écrit le 18/01/2014 à 11:53 :
Monnaie basse et protectionnisme intelligent: rien que le programme des pays qui réussissent.
En Asie notamment, comme le Japon qui a relancé sa croissance en dévaluant le yen ou la Chine qui oblige les entreprises étrangères à s'associer aux locales majoritaires et limite les importations.
Et l'Angleterre comment fait elle sans le "dieu" Euro?
a écrit le 18/01/2014 à 10:40 :
Ta raison Marine.. La solution à nos problèmes c'est de rembourser en francs notre dette en euros. C'est de dévaluer à 20/ 25% la nouvelle monnaie ce qui engendrerait une hyperinflation et runierait les épargnants. Avec un franc le pen dévalué par rapport à l'euro quelqu'un qui aurait 4000 EUROS d'épargne se retrouverait avec près de 3000 euros d'épargne. 1000 euros de perte seche d'épargne qui dit mieux ?
Le rencherrisement des importations ferait exploser le prix du carburant à la pompe les memes catégories populaires qui votent FN et qui vivent dans des zones périurbaines serait les premiers touchés avec un prix à la pompe de près de 2euros le litre
La solution à nos problèmes c'est de faire fuir les investisseurs etrangers en France qui emploient 3 millions de personnes et mettre en danger ces 3 millions d'emplois. Qui dit sortie de l'europe dit sortie du marché unique nos boites ne pourraient plus exporter de manière avantageuse envers nos partenaires européens qui constituent l'essentiel de nos exportations !
La fuite massive des capitaux hors de France et la hausse des taux d'interet ferait exploser la France.
Les entreprises qui verraient leur chiffre d'affaires s'évaporer de 20% avec le passage à une monnaie dévaluée fuierait immedialement la France pour s'installer en zone euro et les delocalisations ajoutés à la fuite des capitaux ferait exploser le Pays
Si quelqu'un s'amusait à faire tout ce qu'elle propose en 3 semaines la France serait ruinée et un paria sur la scène internationale.
IL faut ne rien connaitre ni comprendre à l'économie pour trouver le programme de Mme Le Pen formidable Comme elle sait que son programme ne tient pas la route une seconde son seul argument c'est faisons n'importe qui et votons contre ll''UMPS. Ca ne fait ni un projet crédible ni une élection.
Réponse de le 18/01/2014 à 11:30 :
Il y en a qui nage dans les élucubrations, et répète sans réfléchir, "heureux les simples d'esprit"!
Réponse de le 18/01/2014 à 12:10 :
Pas sûr que ceux qui avaient l'équivalent de 3000€ d'épargne en francs se sont retrouvés avec 4000€ une fois l'euro passé...si ?...
Réponse de le 18/01/2014 à 12:45 :
Que d'âneries, laissez les analyses économiques aux économistes... vous avez justement plusieurs prix nobel pour une sortie de l'euro, par exemple M. Pissarides (ancien pro-euro, disant maintenant qu'il faut dissoudre la zone euro) que vous devriez lire.
Réponse de le 18/01/2014 à 20:40 :
eh Pierrot t'es dans la lune : un litre de carburant = 80 pour cent de taxes qu'il suffirait de diminuer et puis changer des NFN (nouveau francs nationaux) dévalués ou des euros surévalués en USD (parce que malgré l'euro le fuel se paye toujours en USD) !!
Réponse de le 21/01/2014 à 8:20 :
Encore une agitation d'épouvantails !
Les exportations françaises n'opèrent que sur des produits à haute valeur ajoutée; or, en admettant que les autres pays manifestent leur désaveu d'un protectionnisme nouvellement instauré dans notre pays, il resterait que le besoin créé par la "consommation" de nos produits exportables ne pourrait se tarir, et nous continuerions de vendre à l'étranger.
D'autre part, une sortie de l'euro ne manquerait pas de créer de lourds problèmes financiers à notre pays mais ça ne se ferait certainement pas en deux secondes, ne serait-ce que pour des raisons purement "techniques" ! Et nous ne ferions jamais que recaler la France sur le mode de rapport avec l'Europe qu'a aujourd'hui la Grande-Bretagne, qui s'en sort plutôt bien sans la monnaie unique (mais, il est vrai, avec une livre sterling dont la valeur est toute autre que celle d'un éventuel franc français rétabli).
a écrit le 18/01/2014 à 10:35 :
Incapable de dire comment le FN veut financer ses propositions démagogiques
Ramener la défense à 2% c'est 50 milliards en 5 ans (10milliards /an)
Retourner à la retraite à 60 ans alors que notre système de retraite est de plus en plus déficitaire c'est 24 milliards / an (120 milliards en 5 ans)
Augmenter les bas salaires de 200 euros c'est 20 milliards / an chiffre que Mme Le Pen ignorait avant que Mme Lapix lui démontre que 8. 5 millions X 200 X12 ca fait 20 milliards

Rien que ces 3 propositions couteraient 270 milliards en 5 ans
Elle propose quoi pour financer tout ca ? Et je ne compte pas le cout desastreux pour notre économie d'une sortie de l'euro alors qu'il faut lever 200 milliards chaque année sur les marchés pour financer nos dépenses et de l'isolement et de la guerre économique contre la FRance qui s'en suivraient, l'arret des subventions des PAC pour lesagriculteurs etc.
C'est facile de critiquer Besancenot le fait très bien aussi mais dès qu'on rentre dans les propositions c'est juste du n'importe quoi, de la démagogie à toutes les sauces et sans limites peu importe si ce qu'on propose est financable et crédible ou pas. L'important c'est de ratissser un max en promettant tout et n'importe quoi.
Si qqun est capable de démontrer comment elle finance ces 270 milliards en 5 ans + cout de la sortie de l'euro + arret de la PAC + financement des retraites + 200 milliards chaque année à lever sur les marchés pour financer nos dépenses je suis preneur !
j'ai regardé le programme du FN il n'ya rien de financé et rien de crédible !
Réponse de le 18/01/2014 à 11:15 :
L'extrème gauche et l'extrème droite se rejoignent sur l'idée de financer un état fort par la dévaluation. Pas sûr que le peuple qui vote pour eux y trouvera son compte...
Réponse de le 18/01/2014 à 20:47 :
toujours dans la lune le Pierrot :
Budget européen 2013 : orsque l'on compare les dépenses et les recettes, la France se retrouve en deuxième position des contributeurs nets (derrière l'Allemagne), avec un solde budgétaire de -6,4 milliards d'euros en 2011.
a écrit le 18/01/2014 à 10:10 :
Pour tous les désespérés ceux qui ne veulent pas se battre ceux qui voient tout en noir ... L'Europe c'est le truc inespéré pour déverser notre impuissance, c'est tellement facile de dire "c'est la faute de l'Europe" ! Sortir de l'Europe, et après ?
Réponse de le 19/01/2014 à 9:35 :
Une Europe réunissant des pays responsables ou un groupement réunissant des États irresponsables sous tutelle d'un organisme extérieur?
a écrit le 17/01/2014 à 23:24 :
Le Royaume Uni n'est pas dans l'€, il n' a pas disparu pour autant et s'en sort plutôt mieux que nous............
Réponse de le 18/01/2014 à 10:41 :
t la comparaison de la France sortie de l'euro avec des pays n'ayant pas l'euro comme le Danemark, la Suède ne tient pas !
le Danemark, la Suède sont membre de l'Union Européenne. Mme Le Pen veut sortir de l'UE (et donc du marché unique qui nous permet d'impporter et d'exporter de manière avantageuse envers nos partenaires européens)
Ce que propose Mme Le Pen c'est l'isolationnisme de la France (comme si le fait de s'isoler du reste de l'europe et du monde allait faire disparaitre la concurrence internationale) et le protectionnisme (comme si en faisant du protectionnisme il n'y aurait pas de représailles et il n'y aurait pas de guerre commerciale contre la France
Réponse de le 18/01/2014 à 11:12 :
Pas besoin de fédéralisme européen pour échanger. L'OMC suffit. Par contre l'union monétaire supranationale et le fédéralisme européen sont deux sujets très différents à découpler
a écrit le 17/01/2014 à 22:20 :
OK pour récupérer définitivement la souveraineté politique et dégonfler la commission et son administration. Par contre pas OK du tout pour sortir comme ça de l'union monétaire et pour recréer un système aussi colbertiste.
Réponse de le 18/01/2014 à 11:34 :
L'Europe ne serait elle pas colbertiste?
a écrit le 17/01/2014 à 21:50 :
L'analyse de l'UMPS est faite. J'ajouterai que l'inflation (des importations) est un mal nécessaire (conséquence d'un protectionnisme pragmatique) après avoir offert la France aux européomondialistes qui ont massivement franchi les portes qui leur ont été ouvertes pour des délocalisations et l'évasion fiscale. La norme SEPA enfoncera le clou prochainement...
a écrit le 17/01/2014 à 19:21 :
Laissons la parole aux européistes de tout poil qui ne pensent qu'a leur petit confort de rentier sans voir plus loin! N'hésitez pas, vous avez la parole!
Réponse de le 17/01/2014 à 21:41 :
Ne soyez pas trop dur avec ces gens là, à l'heure qu'il est, ils sont en train de bidouiller les chiffres du chômage, de savoir comment ils vont sortir 12 millions de personnes sous le seuil de pauvreté et de faire des cauchemar sur la dette d'état qui enfle de minute en minute sans savoir comment cette dette pourra être remboursée.
a écrit le 17/01/2014 à 15:02 :
Pour donner du grain à moudre aux nationalistes, pourquoi ne pas adopter de monnaies locales, municipales, voire par quartiers ?
Il est clair que les fondamentaux économiques ne sont pas les mêmes entre Paris VII e, Paris XIX e, Aubervilliers et Dunkerque !
Un bon électeur du FN devrait s'insurger qu'on lui impose le Franc Français, plutôt que le Franc de Dunkerque ou de Paris VII. Je vais trop loin ?
Réponse de le 17/01/2014 à 16:50 :
Je vote pour vous ! je pense qu'il faut approfondir cette idée, et pourquoi pas arriver à une monnaie individuelle, voire plusieurs par personne suivant les activités. De même pour la nationalité, revenir aux tribus est un objectif atteignable à mon avis.
Réponse de le 18/01/2014 à 1:44 :
Oui je suis d'accord vous avez raison ! Vive la multitude des monnaies, des monnaies par villes, village, quartier, faubourg etc etc
Réponse de le 20/01/2014 à 10:49 :
Quand on veut une monnaie unique il faut un modele social commun et non une guerre economique entre "amis"
Pour l alignement de notre modele sociale vous pensez que les autres etats vont s aligner sur nous ou que l'on va prendre le systeme le plus economique ? donc le moins renumérateur (indemnisation de chomage allemand, salaire a bas cout, CDD pour tout le monde et j ne passe)
Car actuellement nous avons des emplois detachés (charges du pays d'origine qui fait varier le cout de salaire de 30 à 45%), augmentation de l autorisation de l importation de tabac alors que nos buralistes survivent, ecotaxe qui penalisent les circuits courts
Donc avant de mettre en place une nouvelle monnaie il faut avoir le meme modele economique et social !!!! Sinon c'est la mise en place de guerre economique en tirant vers le bas les modeles sociaux.
Paris 13 et la correze ont le meme modele economique, donc peuvent avec une meme monnaie et non la france et les pays bas et l italie et l allemagne.
Mais votre caricature est rigolote, mais ce n est qu'une caricature
Réponse de le 22/01/2014 à 15:15 :
1 monnaie par personne cela existe !!! c'est le troc...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :