Camille Freisz, au service de la santé 2.0

 |   |  1235  mots
Camille Freisz, fondatrice de Valwin.
Camille Freisz, fondatrice de Valwin. (Crédits : DR)
La cofondatrice de Valwin déploie des solutions numériques pour les pharmaciens et les patients. Une première étape pour cette entrepreneure de 30 ans, qui veut injecter de nouvelles technos dans le suivi médical.

Améliorer le suivi médical des patients grâce au numérique, c'est son dada. Camille Freisz, 30 ans, s'y emploie à travers Valwin, la société qu'elle préside et qu'elle a cofondée il y a un an avec Jonathan Winandy et Alexis Gueganno.

« Nous sommes un éditeur de logiciels d'e-santé, qui aide les pharmaciens à avoir de la visibilité sur Internet, en valorisant leurs spécialités comme les produits vétérinaires ou l'homéopathie, par exemple. Les échanges avec les patients sont simplifiés », précise la pimpante entrepreneure.

Une trentaine d'officines basées à Paris, Strasbourg, Annecy ou Nantes ont déjà recours à ses services.

« Une dizaine d'autres vont rejoindre la plate-forme ce mois-ci. »

Rieuse et volubile, Camille Freisz détaille l'ambition de Valwin avec une précision chirurgicale.

« Nous voulons aider les pharmaciens à devenir le référent santé vers lequel on se tourne quand on a une question. Savez-vous que les forums en ligne spécialisés - y compris les plus connus - contiennent 70% d'informations erronées ? Et que l'intoxication médicamenteuse est la première cause d'hospitalisation en France, avant les accidents de la route ? »

Elle insiste : pas question d'assimiler Valwin à une simple vitrine en ligne pour les pharmacies.

« Nous nous sommes donné une mission d'éducation thérapeutique des patients, avec des fiches rigoureuses et précises. »

À l'avenir, elle aimerait que sa plate-forme réunisse les médecins, les infirmières et tous les autres professionnels de santé autour du patient, pour un suivi partagé.

L'idée lui tient à cœur : elle en a fait son sujet de thèse, qui a donné lieu à l'édition d'un carnet de consultations, enrichi de conseils pratiques et d'un porte-ordonnances pour faciliter le suivi des patients en cancérologie à l'Hôpital Percy, la structure d'instruction des armées, basée à Clamart.

Du particulier au général, elle ambitionne que Valwin puisse épauler aussi les chercheurs en quête de statistiques.

« Notre technologie permet "d'anonymiser" les données. De quoi intéresser les sociétés savantes qui veulent utiliser les mégadonnées pour leurs études. »

Les projets foisonnent

Mais priorité au recrutement d'un commercial, et au lancement d'une première application mobile, en février. Elle permettra d'envoyer à son pharmacien la photo de son ordonnance, pour que l'ensemble de la prescription soit préparé lors du passage à l'officine.

Camille Freisz a l'habitude d'enfourcher plusieurs chevaux de bataille simultanément. Depuis ses 17 ans, cette passionnée d'équitation suivait ses cours et travaillait pour financer ses études... et payer la pension de son cheval.

« J'ai travaillé dans une quinzaine de pharmacies, grandes et petites, en ville ou en zone rurale. Au début, ma mission se limitait à ranger les stocks, puis après quelques années, j'ai pu délivrer des médicaments au comptoir », sourit la jeune femme, qui a aussi occupé des postes temporaires de guichetière de banque, serveuse, conductrice de tracteurs, animatrice en accrobranche et assistante vétérinaire.

Jeune, elle rêvait de soigner les animaux, mais à l'issue de son Deug de biologie, son classement (36e) ne lui permet pas d'accéder à cette filière.

Changement de direction

Contrainte à la volte-face, elle s'oriente vers la pharmacie, afin d'ouvrir un jour une officine. Pour arrondir les fins de mois, elle effectue des missions à la Junior Entreprise de la faculté. L'une d'elles la conduit chez Vidal, éditeur de l'encyclopédie de médicaments bien connue des médecins. Elle est chargée d'indexer des posologies. Elle y est finalement recrutée comme chef de projet, chargée de la relation avec les éditeurs qui diffusent la base de données sous forme logicielle.

« De son propre chef, Camille est entrée en contact avec chaque éditeur pour s'enquérir de la façon dont notre base Vidal était intégrée chez chacun d'eux. Elle est une battante, une fonceuse, qui prend des initiatives et qui cherche à comprendre précisément les choses », se souvient Gaspard Desgeorge, directeur du département Professionnels de santé chez Vidal.

« Je ne connaissais rien au développement Web et j'avais besoin d'en savoir plus pour dialoguer efficacement avec les éditeurs. Alors, je me suis rapprochée de nos équipes techniques », expose Camille Freisz.

Parmi ces développeurs se trouvait Jonathan Winandy, cofondateur de Valwin :

« Camille se distinguait par sa curiosité et sa pluridisciplinarité. Et elle avait déjà cette colossale capacité de travail qui lui permet aujourd'hui de développer l'entreprise tout en s'acquittant de la paperasse sans aucun retard, même pour les dossiers complexes. Elle est ouverte mais sait se faire respecter dans l'équipe ».

Soigner la timidité

Parmi les sept personnes qui composent Valwin, Camille Freisz est la seule femme. Et tout le monde l'appelle « patronne ». Pour autant, nombreux sont ceux qui la trouvent encore trop humble, presque timide, voire tendre. Mais elle se soigne ! Notamment en suivant les formations du Startup Leadership Program, qu'elle a rejoint pour six mois en septembre dernier. Responsable parisien de ce programme international, Xavier Milin salue son engagement :

« Camille a toujours le sourire, même dans des situations difficiles. Elle est tout le temps dans l'action, et elle partage volontiers son expérience. »

Ce que confirme Mehdi Amour, le cofondateur de CompareAgences et de MinuteApp, qui a participé au projet Scientipôle Initiatives avec Camille Freisz :

« Camille est d'une bienveillance rare. Elle ouvre son carnet d'adresses et conseille. Elle est un tourbillon d'énergie et de fraîcheur, capable de présenter son projet au pied levé devant des pointures, et de susciter l'enthousiasme chez chacun. »

Pour sa première levée de fonds, de 320.000 euros, Camille Freisz a convaincu Éric Pérouse, pharmacien entrepreneur et investisseur :

« Camille est courageuse, travailleuse acharnée. Elle a une bonne vision des besoins de son marché, et elle a déjà prouvé sa capacité à faire évoluer Valwin. »

Lui connaissait bien son père, disparu dans un accident de voiture quand elle avait deux ans. Mais elle a découvert sur le tard, bien après avoir débuté ses études en pharmacie, les travaux de son père, qui a écrit un dictionnaire de référence sur les articles médico-chirurgicaux.

Au regard de son propre parcours dans le domaine de la santé, choisi presque fortuitement, elle juge la coïncidence étonnante.

Et elle conclut : « J'avais ça dans le sang. »

_____

MODE D'EMPLOI

Où la rencontrer ? : IRL (« In Real Life ») de préférence. « Je préfère échanger autour d'un café à Paris, ou lors des rencontres du Club Digital Santé, tous les deux mois. Mais je suis aussi joignable via Twitter. »

Comment l'aborder ? Simple. « J'apprécie l'honnêteté et la franchise. Je ne m'arrête pas à la première impression. Je m'intéresse à de nombreux sujets, et à tous ceux qu'on me présente avec passion. »

À éviter ! Ne pas tenir ses engagements. « Il y a des gens toxiques dans le business comme dans la vie. Des hypocrites, des jaloux, des bavards qui font perdre du temps. Qu'ils restent à distance ! »

__

TIMELINE

  • Novembre 1984 Naissance à Boulogne-Billancourt.
  • 2007 Commence à travailler en pharmacie.
  • Septembre 2011 Chef de projet chez Vidal.
  • Décembre 2012 Soutient sa thèse en pharmacie à l'université Paris Sud XI.
  • Mars 2013 Cofonde Valwin
  • Juillet 2014 Finalise une première levée de fonds de 320 000 euros.
  • Septembre 2014 Rejoint le Startup Leadership Program.
  • 2017 Valwin fédère 1 000 pharmacies et étend ses services à d'autres spécialités médicales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2015 à 18:29 :
Bel article. Camille est dynamique, volontaire. Une entrepreneure de talent!
a écrit le 25/01/2015 à 21:48 :
J'ai eu la chance de rencontrer Camille autour d'un café et je confirme le contenu de cette jolie description de ses qualités professionnelles et humaines !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :