Alcoa en fusion

 |   |  272  mots
(Crédits : Tribune)
Porté par un flux de nouvelles positives, le producteur canadien d'aluminium devance, à Wall Street, de plus de 20 points le S&P500 depuis le début de l'année.

La popularité d?Alcoa ne tient pas seulement à son rôle d?ouvreur de bal des publications de résultats trimestriels à Wall Street. Depuis une quinzaine de jours, le producteur d?aluminium s?attire les faveurs du marché pour d?autres raisons. Celles-là mêmes qui ont incité Mark Liinamaa, analyste chez Morgan Stanley, à émettre une opinion positive sur le titre aujourd?hui : des perspectives d?inflation sur les prix de certains métaux non précieux en 2010. En l?occurrence, l?expert, tablant sur des lendemains macroéconomiques plus heureux en 2010, pense voir les cours de l?aluminium augmenter et ainsi impacter favorablement les comptes d?Alcoa. Ces anticipations flatteuses n?ont pas tardé à mettre le cours d?Alcoa, qui bondissait de plus de 8% à la mi-séance de la Bourse de New-York, en fusion. Portant à plus de 20 points son avance sur le S&P500 par rapport au 1er janvier.

Si bien qu?il est difficile de distinguer l?effet d?un tel relèvement d?opinion du projet annoncé, aujourd?hui, par le groupe. A savoir, la création d?une co-entreprise avec le groupe saoudien Ma?aden, destinée à exploiter une mine capable de produire 4 millions de tonnes d?aluminium par an. Soit des revenus potentiels annuels supplémentaires de 1,6 milliards de dollars, sur la base d?un prix à 2000 dollars la tonne et d?un taux de participation de 20% dans la joint-venture. A titre de comparaison, le canadien pèse aujourd?hui 15,5 milliards de dollars outre-Atlantique. Une chose est sûre : l?une comme l?autre, chacune des nouvelles nourrit l?espoir d?un gisement de valeur à moyen terme.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :