La Bourse de Stockholm couronnée par le marché

 |   |  321  mots
(Crédits : Tribune)
Meilleur élève boursier européen de l'année, la Suède bénéficie, tout comme l'Allemagne, d'un statut de valeur refuge sur le compartiment des actions. La dynamique exportatrice de ses fleurons nationaux et la bonne résistance de son système bancaire y sont pour beaucoup.

A Stockholm, on salue la toute puissance boursière du royaume suédois. Avec un gain de plus de 1% depuis début janvier, l?indice OMX 30, occupe la première place des élèves européens. Seules six entreprises s?inscrivent en territoire négatif sur la période, parmi lesquelles figure le groupe pétrolier Lundin Petroleum dont le cours a cédé 11%. Mis à part cet incident de parcours, le bilan est globalement très positif. Notamment du côté des poids lourds de l?indice. Le groupe de prêt-à-porter H&M, dont la pondération dépasse les 13% dans l?OMX30, a surfé sur la crise grâce à un positionnement bon marché et affiche aujourd?hui une progression de près de 14% depuis début janvier. En outre, à l?instar d?autres compatriotes du secteur financier, qui constitue 25% de la Bourse de Stockholm, Nordea, la première banque du pays a nettement mieux résisté au contrecoup de la crise grecque que ses cons?urs européennes.

Tout comme l?Allemagne, le compartiment des actions suédoises bénéficie de ce que les anglo-saxons appellent un mouvement de "flight to quality", autrement dit de retour vers la qualité dans un contexte chahuté par le boulet de la dette publique sur le Vieux Continent. Le gouvernement suédois, qui avait entamé une cure d?austérité au début des années 2000, partage avec son cousin germanique une politique budgétaire rigoureuse de nature à rassurer les investisseurs. Mais les deux pays ont également en commun la force exportatrice de leurs fleurons nationaux, notamment à destination des pays émergents.

Cette dynamique a notamment permis à des sociétés comme le constructeur automobile Volvo, l?équipementier Assa Abloy ou encore le spécialiste en ingénierie Sanvik de doper la Bourse de Stockholm. Peut-être est-ce là un nouveau moyen de trouver refuge en période d?incertitudes conjoncturelles.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :