Deways encourage les particuliers à partager leur voiture

 |   |  358  mots
Copyright Reuters
Cette plate-forme d'autopartage se veut plus économique qu'un loueur traditionnel. Plus souple et conviviale aussi.

L'idée a démarré sur le campus de l'Essec avec 2 étudiants, Alexandre Grandremy et Gary Cohen. L'un prêtait sa voiture à l'autre quand il ne s'en servait pas. « Comme cela revenait de plus en plus souvent, on s'est penché un peu plus sérieusement sur le partage des coûts (essence, assurance...) », racontent-ils. Peu à peu, leurs amis se sont mis dans la boucle. « C'est devenu un club avec une gestion artisanale faite sur tableau Excel. » Puis, cette idée d'étudiants est devenue Deways après « deux ans de maturation » : une plate-forme communautaire d'échange de voitures destinée à mettre en contact les personnes qui utilisent peu leur voiture avec celles qui en cherchent une ponctuellement. Alternative aux agences de location traditionnelles, la start-up insiste sur l'idée de « rendre service » en louant sa voiture à ses amis, aux amis d'amis, collègues... Avec des économies à la clé.

Pour le prêteur qui amortit davantage sa voiture et pour l'utilisateur à qui cela coûte moins cher que de passer par un loueur. En effet, si les prix sont fixés librement, Deways conseille des tarifs standard basés sur les frais kilométriques : environ 4 euros l'heure, 35 pour la journée et 50 pour le week-end avec une berline citadine, soit 30 % à 50 % moins cher que chez un loueur. Sans parler de la souplesse du système, notamment pour le lieu et les heures de l'échange puisque les particuliers s'arrangent entre eux. La start-up se rémunère en prélevant une commission de 12,5 % sur chaque transaction. Tout se fait en ligne : la mise à disposition des voitures, le calendrier des véhicules disponibles, la réservation, le contrat, le paiement (via Paypal) et la notation de la prestation.

Le propriétaire du véhicule doit au préalable souscrire auprès de sa compagnie d'assurances un contrat multiconducteurs et, de préférence, une assurance tous risques. Apparemment devenu incontournable pour les étudiants de l'Essec, le site attend sa première levée de fonds d'ici à la fin de l'année pour se déployer. Sa sélection pour le rendez-vous annuel des start-up, LeWeb'10, pourrait accélérer les choses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :