Lëkki ressuscite les vieux téléphones portables

 |   |  382  mots
Cette "start up" parisienne commercialise des mobiles "vintage" auprès d'une clientèle de collectionneurs et d'originaux.

A l'heure où l'on ne jure que par les smartphones comme l'iPhone ou le BlackBerry, qui permettent de surfer sur Internet, de gérer ses e-mails, Lëkki ose un paradis audacieux. Cette "start up" parisienne créée en septembre 2010 commercialise de vieux téléphones portables des années 1990, encombrants et permettant seulement de passer des coups de fil et d'envoyer des SMS.

Cette stratégie peut étonner, sauf que Lëkki se positionne sur le créneau du "vintage", qui fait actuellement fureur dans la mode. La société récupère auprès des sociétés de recyclage les téléphones qui ont été des icônes il y a une dizaine d'années, comme le Motorola StarTAC, un téléphone à clapet et à antenne comme on n'en fait plus aujourd'hui. Lëkki vérifie le bon fonctionnement de ces vieux portables, les dote d'une nouvelle batterie, d'un nouveau chargeur et, surtout, les rhabille, avec des couleurs très tendance, du style rose vif, jaune canari ou vert gazon, loin du smartphone carré et noir de Monsieur tout le monde.

Lëkki cible donc une clientèle d'originaux et de collectionneurs, de personnes qui s'estiment aujourd'hui esclaves des smartphones, si bien qu'elles ont envie d'un retour aux fonctions basiques du téléphone portable, à condition bien sûr que les mobiles en question aient un joli côté rétro. Et comme cette clientèle est prête à payer assez cher pour mettre la main sur des objets devenus rares, Lëkki commercialise ses téléphones "vintage" entre 80 et 150 euros, sur son site Internet, lekki.fr. Le marché de Lëkki est donc un marché de niche, Maxime Chanson, le jeune fondateur du groupe, le reconnaît. Le "business" de Lëkki fonctionne néanmoins très bien, assure son patron, notamment à l'étranger, où Lëkki réalise l'essentiel de ses ventes.

Au-delà du business, il existe une véritable dimension développement durable chez Lëkki, l'industrie de la téléphonie étant l'une des plus polluantes au monde, compte tenu du recyclage souvent peu orthodoxe des portables. Lëkki permet donc de faire d'une pierre deux coups, en s'achetant un sympathique téléphone vintage et en faisant une bonne action pour l'environnement.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2011 à 11:19 :
Encore un article atypique de Christine Lejoux! Un peu d'originalité est toujours la bienvenue et change un peu des suites de résultats semestriels et autre litanies de chiffres ! Félicitations ! :)
a écrit le 06/07/2011 à 13:57 :
A quand la prochaine édition de la Tribune
je me lasse

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :