L’engagement intellectuel des Français de l’Etranger

 |   |  744  mots
Le Club Praxis, à New York, fournit un travail impressionnant : notes, rapports, études sont systématiquement remis aux responsables politiques. | La Tribune
Le Club Praxis, à New York, fournit un travail impressionnant : notes, rapports, études sont systématiquement remis aux responsables politiques. | La Tribune (Crédits : AP La Tribune)
Les expatriés n'oublient jamais la mère-patrie. Mieux : il profitent de leur expérience à l'étranger pour réfléchir à la France de demain... et même faire des propositions. Tour d'horizon de Sébastien Laye, notre contributeur aux Etats-Unis, des cercles existants, dont le point commun est d'être plutôt d'obédience... libérale !

Les élections législatives de Juin 2012, avec l'instauration des premières circonscriptions pour les Français de l'Etranger (11 députés à part entière représentant les ressortissants français de par le monde), auraient pu symboliser l'avènement d'une conscience politique parmi les expatriés français.

Force est de constater que depuis, ces nouveaux députés - mais faut-il blâmer la fonction imprécise ou le manque de charismes des individus élus ? - n'ont pas su ou pu trouver leur place et répondre aux espoirs surgis durant la campagne.  A cet égard, le dynamisme intellectuel de nombre de français expatriés a plutôt trouvé refuge en des institutions, qui sont, par essence, anglo-saxonnes de nature même si elles ont pu connaitre un essor récent en France même: il s'agit des fameux think tank ou clubs de pensée.

De Londres, l'on aperçoit Paris

Inspirés par leur proximité et familiarité avec les think tanks anglo-saxons, nombre de Français expatriés ont su s'organiser par le truchement de telles structures, non pas uniquement pour disserter sur leurs propres problèmes en vase clos, mais bien pour participer aux grands enjeux du débat économique, social et politique en France, à l'aune de leurs expériences bien particulières.

Londres est probablement le fer de lance de l'intelligentsia française à l'étranger, entretenant des rapports privilégiés avec la proche Paris. Le Cercle d'Outre-Manche, par exemple, rassemble des dirigeants français de groupes internationaux opérant au Royaume Uni et en France, en tentant de mettre en avant les meilleurs pratiques au Royaume Uni. Ce think tank produit régulièrement des analyses sur le marché de l'emploi, le droit du travail et l'enseignement supérieur et se veut pragmatique.

A Londres aussi, Gaspard Koenig, écrivain et penseur d'obédience libérale, vient de porter sur les fonts baptismaux Génération Libre : il s'agit d'un think tank d'orientation libérale avec comme objectif de concevoir et de promouvoir des politiques publiques reposant sur la responsabilité individuelle et les mécanismes de marché.

S'appuyant sur une tradition intellectuelle bien établie, d'Alexis de Tocqueville à Jean-François Revel, Generation Libre a vocation à aborder l'ensemble des sujets d'intérêt général, qu'ils soient économiques, sociaux ou institutionnels. Cette jeune organisation peut se targuer de prestigieux parrains au sein de son Conseil Stratégique, dont Guy Sorman, Jean Marc Daniel ou Matthieu Laine, et d'excellentes relations avec d'autres think tanks sur Washington ou en Asie.

A New-York, un think tank français... à l'américaine

Aux Etats-Unis justement, Club Praxis de Yann Coatanlem peut s'enorgueillir d'un travail impressionnant accompli au cours des dernières années en termes de notes et d'études, directement remises à des responsables politiques (c'est la particularité de ce think tank new-yorkais de se prévaloir d'un pragmatisme à l'américaine, c'est à dire "de faire des propositions concrètes en vue de remettre la France sur les rails, de préparer les générations futures à redécouvrir le goût d'entreprendre en dehors du giron d'un Etat providence moribond", nous précise Y.Coatanlem). 

Ses contributions ont porté sur le sujet des retraites, la réforme de l'éducation et de la recherche, les institutions, la réforme financière, le gaz naturel.

Les Français expatriés n'oublient jamais la France 

On citera enfin Citoyens Français de l'Etranger, une émanation de la communauté française en Russie/Asie /Océanie (la 11e circonscription législative). Notre initiative avec la Tribune, le blog "La Tribune des Expats", bien que non institutionnelle puisque nous sommes un simple collectif de plumes de par le monde, participe aussi de ce réveil intellectuel.

Ces institutions, souvent jeunes et en cours de développement, nous rappellent que les Français expatriés n'oublient jamais la France, ses problèmes et leurs résolutions possibles. Forts de leurs uniques expériences, ils ne se résignent pas au déclin de leur pays d'origine, et c'est en vivant pleinement leur double appartenance ou double culture qu'ils souhaitent un réveil français, en dehors des débats purement politiques et partisans auxquels ils ont souvent tourné le dos. "Nul n'est prophète en son pays" nous dit l'Evangile de Luc, mais la France elle-même manque cruellement de visionnaires et d'innovateurs ces jours-ci…

>> Lire aussi : Ce que les expatriés aiment (ou pas) en France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :