Paris s’endort, Europa City se réveille

 |   |  567  mots
Un temple des Loisirs. Le complexe imaginé par les architectes qui ont remporté l’appel d’offres prévoit un espace de 80 ha dédié au shopping, aux loisirs et à la culture. / DR
Un temple des Loisirs. Le complexe imaginé par les architectes qui ont remporté l’appel d’offres prévoit un espace de 80 ha dédié au shopping, aux loisirs et à la culture. / DR (Crédits : DR)
Le projet pharaonique porté par le groupe auchan verra le jour en 2020 dans le val-d’Oise. Un ensemble unique où se mêleront commerces, tourisme, loisirs et culture.

Europa City, c'est un ovni. Le seul énorme projet privé (Auchan y investit 2 milliards d'euros) labellisé Grand Paris ; le seul pour lequel la Commission nationale du débat public prévoit un débat en 2014 (après les municipales, comme la plupart des débats publics autour du Grand Paris) ; le seul qui comporte aussi un important volet aménagement du territoire, empiétant ainsi sur les traditionnelles attributions des pouvoirs publics ; enfin, le seul qui va se mêler, dès son ouverture en 2020, d'une autre prérogative traditionnelle de l'État : la culture. Car en plus des surfaces commerciales, des bars, restaurants et sites de loisirs, sont prévus 50 000 m2 de lieux culturels (salles de spectacle et d'exposition, piste de cirque, résidences d'artistes et autres centres culturels pour enfants). C'est beaucoup ! Et c'est ce qui fait l'originalité de ce projet en gestation dans le Val-d'Oise, dans le triangle de Gonesse, au nord-est de Paris, à quelques encablures de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.

« OffrIr ce que ParIs ne peut pas offrIr »

« Le projet culturel, c'est un élément structurant d'Europa City, peut-être même le premier, celui qui va nous donner une identité forte et nous permettre d'attirer des gens qui ne seraient pas venus spontanément, explique Christophe Dalstein, le directeur d'Europa City. L'idée n'est pas de faire Paris en mieux ou Paris en plus petit. L'idée c'est, pour être fortement attractif, d'offrir ce que Paris ne peut pas offrir, d'être différent. »

Si ce n'est pas de la contreprogrammation, ça y ressemble quand même beaucoup… Europa City constituera une ville à part entière, de la superficie du IIIe arrondissement de Paris. Mais avec un avantage : il n'y aura pas d'habitant, puisque la proximité de Roissy interdit d'y construire des logements (seuls les hôtels y seront tolérés).

En d'autres termes, « y faire du bruit, même en pleine nuit - surtout en pleine nuit -, ne gênera personne ».

Les hauts lieux branchés et festifs de Paris (comme le IIIe arrondissement justement) sont confrontés au problème des nuisances sonores qui dérangent les riverains de ces quartiers. Dans la capitale, pas de terrasses ouvertes toute la nuit, pas de concert improvisé à partir de 3 heures du matin. Un créneau à prendre pour Europa City qui va s'éveiller au moment où Paris s'endormira. Car le méga centre commercial et ludique du Vald'Oise pourra fonctionner 24 heures sur 24. Un lieu qui ne dort pas et situé, en RER, à seulement 10 minutes du IIIe arrondissement…

Un concept quI ne cesse d'évoluer

Mais amener les Parisiens en banlieue pour faire la fête est un pari osé. C'est pour cela que Christophe Dalstein avance sur la pointe des pieds.

« Je pense qu'il faut progresser de manière humble, explique-t-il. Personne ne comprend très bien ce qu'un groupe comme Auchan veut créer avec Europa City et je sais que nous ne sommes pas forcément perçus comme légitimes sur ce que nous voulons faire. Alors, nous expliquons constamment et, surtout, nous évoluons en fonction de ce que l'on nous dit, notre projet n'est pas statique. »

Europa City, après s'être doté d'un conseil d'orientation scientifique prestigieux, a lancé des « ID Factories » où l'on débat entre spécialistes et créateurs aussi bien des nouvelles pratiques culturelles que des liens entre commerce et culture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :