Quand le nucléaire bascule vers les émergents

 |   |  811  mots
(Crédits : Reuters)
L'industrie nucléaire française va devoir s'adapter à cette nouvelle donne: l'avenir du nucléaire est dans les pays émergents, et en tous cas hors d'Europe. par François Lévêque Professeur d'Economie / Centre d'économie industrielle (Cerna) - Mines ParisTech*

L'énergie nucléaire est marquée par de nombreuses incertitudes, en particulier sur le coût, le risque d'accident et la part de marché dans la production future d'électricité mondiale.  Un rapport récent de l'Agence Internationale de l'Energie (World Energy Outlook 2014) vient opportunément de nous le rappeler. Il montre néanmoins que nous pouvons être sûr d'une chose : l'énergie nucléaire bascule du monde développé ancien vers le reste de la planète. Longtemps l'apanage des nations industrialisées (Amérique du Nord, Japon, Union européenne), cette technologie migre vers de nouveaux territoires. Le parc nucléaire chinois dépassera en taille le parc américain en 2030. La part du nucléaire dans le mix énergétique des pays de l'OCDE baisse tandis que celle des pays non OCDE s'accroît.

Jusqu'en 2000, cinq pays détiennent les deux tiers du parc

Jusqu'en 2000, les centrales nucléaires sont construites pour plus des quatre cinquièmes dans les pays développés. Cinq pays, les Etats-Unis, la France, le Japon, la Corée et le Canada détiennent alors à eux seuls plus des deux tiers du parc mondial installé. Parmi, les pays non OCDE, seule la Russie se distingue. Elle est à l'époque la plus engagée, de très loin, dans cette technologie. Le monde de l'énergie nucléaire se divise alors schématiquement en deux : le bloc OCDE dans lequel le nucléaire représente 23% de la production d'électricité et le bloc non-OCDE avec 5%.

En Chine, mais aussi ailleurs

Aujourd'hui, la majorité des centrales nucléaires en construction est localisée hors des pays de l'OCDE. 56 GW de capacité y sont en cours d'installation contre 20 dans les pays de l'OCDE. Notons que la Chine où l'essor du nucléaire est le plus rapide n'est pas l'arbre qui cache la forêt. Même sans la Chine, les pays non-OCDE construisent aujourd'hui plus de centrales nucléaires que les pays OCDE. En termes de constructions nouvelles le basculement géographique s'est déjà produit.

Un basculement vers 2050

Selon l'AIE, le basculement en termes de puissance installée devrait se produire au milieu du siècle. On comptera alors plus de centrales nucléaires dans les pays non-OCDE que dans les pays de l'OCDE. Ce basculement se produira encore plus tôt si la durée de vie des centrales construites dans les pays de l'OCDE n'est pas allongée comme prévu à 50 ou 60 ans. La transition géographique du nucléaire est en effet le résultat d'un double mouvement.  D'un côté l'addition de nouvelles unités de production, d'un autre la fermeture des anciennes. Les pays de l'OCDE, les premiers à s'être équipés, sont à la tête d'un parc âgé, 30 ans en moyenne.

Un parc nucléaire constant dans les pays de l'OCDE

La plupart de ces centrales seront donc fermées en 2040. Or il est probable selon l'AIE que l'on construira dans ces pays à peine plus de centrales nouvelles que l'on fermera de centrales anciennes. Le parc nucléaire OCDE devrait ainsi rester à peu près constant en nombre d'unités. Bien évidemment si la fermeture des centrales existantes est accélérée, à l'instar de ce qui s'est passé en  Allemagne, ou de ce qui pourrait se passer au Japon si les centrales aujourd'hui toutes à l'arrêt ne sont pas majoritairement redémarrées. Dans un tel scénario, l'AIE prévoit une capacité nucléaire installée en 2040 dans les pays de l'OCDE moitié moindre de celle d'aujourd'hui. Le nucléaire régresserait. La situation est tout autre dans les pays non-OCDE car le nombre de nouvelles centrales nucléaires surpassera de très loin le nombre de centrales âgées qu'il faudra fermer. Le nucléaire progressera. Il y progressera, selon l'AIE, même légèrement plus vite que la production d'électricité tous moyens de production confondus, conduisant ainsi à une part du nucléaire dans le mix énergétique supérieure à celle d'aujourd'hui.

Une forte diminution en Europe

Le rapport de l'AIE éclaire de façon beaucoup plus précise, en particulier par pays et par grandes zones géographiques, cette transition géographique du nucléaire qui a  été uniquement examinée ici selon le découpage OCDE et non-OCDE. Une de ces précisions est fondamentale à citer pour conclure. L'Union européenne contrairement aux Etats-Unis ou à la Corée devrait voir dans tous les cas de figure une diminution forte de sa capacité nucléaire installée. Ce serait faire preuve d'aveuglement de penser que l'avenir de la filière nucléaire française à long terme réside principalement en France et Europe.

François Lévêque

Professeur d'Economie / Centre d'économie industrielle (Cerna) - Mines ParisTech

Dernier ouvrage : "The Economics and Uncertainties of Nuclear Power", Cambridge University Press, December 2014

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2016 à 20:15 :
Les discussions sont toujours intenses entre les tenants et les opposants à l’énergie nucléaire. Malgré que celle-ci ne représente que 6 à 7% de la totalité de l’énergie consommée dans le monde, elle représente l’avenir pour des pays non OCDE. Elle est de forte croissance dans ces pays comparativement au pays de l’Europe. Ceci est logique puisque l’énergie nucléaire est nouvelle pour ces pays et donc pour s’y investir il faut toujours construire des nouvelles centrales d’où la croissance de l’activité nucléaire contrairement à d’autres pays de l’Europe principalement la France qui investissait dans le nucléaire depuis les années 70 et donc qui se trouve devant la fermeture de certaines centrales qui arrivent à leur fin de vie.
Il est vrai que, comme disaient les opposants à l’énergie nucléaire, ce choix représente un vrai risque. Son principal inconvénient, et ce qui la rend plus dangereuse, est que la sécurité de son utilisation est sous l'entière responsabilité de l'homme. Bien qu'il existe de nombreux systèmes de sécurité automatisés dans les centrales nucléaires, les personnes peuvent prendre des décisions erronées ou irresponsables. Sur le plan civil, un des grands inconvénients est la production de résidus nucléaires et la difficulté pour les gérer étant donné qu'ils tardent des années à perdre leur radioactivité et leur caractère dangereux.
Mais les grands avantages de l’énergie nucléaire principalement l’intérêt pour l’environnement peuvent pousser les pays à prendre le risque et lever les défis en s’investissant dans le nucléaire. En effet, son principal atout est le remplacement des combustibles fossiles (comme le charbon et le pétrole) ce qui réduit énormément l’émission du CO2 ainsi que d’autres polluants. Ceci est l’enjeu de tous et surtout les pays les plus polluants comme la Chine par exemple ce qui explique cette tendance de la Chine à s’orienter vers le nucléaire. De plus les réacteurs nucléaires permettent de produire une quantité énorme d’énergie à partir d’une faible quantité de carburant ce qui permet d’économiser la matière première. Autre point important c’est d’éviter l’instabilité des prix, qui existe pour d’autres sources comme le gaz et le pétrole, grâce à la continuité de fonctionnement des centrales nucléaires environ 90% du total de l’année.
En résumé l’énergie nucléaire est une des principales sources qui contribue à la diminution de la consommation des combustibles fossiles et donc en la réduction du réchauffement climatique. Ceci représente une vraie incitation pour les pays pour réduire leur pollution comme en particulier la Chine malgré le risque sérieux qu’elle peut engendrer.
a écrit le 04/12/2014 à 10:57 :
D APRES LES EXPERTS ?IL NE RESTE QUE 50 ANS DE STOK D URANIUN DANS LE MONDE? SI NOS ELITES ET NOS SAVANTS NE REAGISSENT PAS? ON VA RETOURNEZ A LA BOUGIES DANS NOS GROTES???
a écrit le 03/12/2014 à 6:00 :
Nucléaire, OGM, pesticides, gaz de schiste, chemtrails, surexposition aux ondes électromagnétiques...Au secoooours, trouvez moi une autre planète où habiter !
a écrit le 28/11/2014 à 13:17 :
L ERNERGIE NUCLEAIRE EST UNE DES SOLUTIONS POUR EVITEZ DE BRULEZ DU CHARBON PLUS POLLUANT? MAIS ON ECONOMISERAIS TOUS EN CONNECTANT TOUTES LES CENTRALES DE TOUS LES PAYS? CELA AUSSI CEST DE L ECONOMIE UTILES ? CAR TOUT LE MONDE DEVRAIS ECONOMISEZ LES MATIERES PREMIERE DONT L URANIUN???ET EN FAISANT D AUTRE ENERGIES NOUVELLES PAR CAPTAGE SOLAIRE ET AUTRE???
a écrit le 28/11/2014 à 13:10 :
Mr Lévêque l'apôtre de l'atome comme tout bon X mine des années 60-70. Le nucléaire est une technologie non maitrisée, polluante, chère, et inutile.
a écrit le 28/11/2014 à 9:18 :
@ Micde

Si cette énergie tient la promesse des coûts bon marché,
1) ce n’est pas grâce à nos géants de la construction nationaux ( 400% des devis pour l’EPR !! )
2) ce n’est pas parce que le risque est maitrisé ( un accident comme à Fukushima pourrait nous arriver, et nous n’y sommes pas préparés. Sans compter la possibilité du pays à se relever après la perte d’une région entière )
3) ce serait plutôt parce qu’on ne provisionne pas les fonds nécessaires aux démantèlements ( rien que pour Fegersheim, seulement 50% du coût de démantèlement Estimé est provisionné, sachant qu’on ne sait toujours pas quel sera le montant final de la facture )
4) ce serait aussi et surtout parce que la matière première est extraite dans des mines du Sahel, au prix d’exploitation pleinement en dessous du prix du marché, sans aucun retour économique local, ceci à grand renfort de vieille diplomatie françafrique, et déstabilisations pseudo islamo/touarègues.
a écrit le 28/11/2014 à 2:51 :
Avant de vouloir faire plus de centrales nucléaires il faudrait bien savoir faire comment les éliminer a leur fin de vie.
a écrit le 28/11/2014 à 2:46 :
Mais bravo, Tchernobyl et Fukushima ne sont pas suffisants, Monsieur François Lévêque ?
a écrit le 27/11/2014 à 16:14 :
Dans un mix énergétique le nucléaire à sa place. C'est une énergie peut chère et de base de plus Française. Seul quelques personnes assises sur leur convictions politiques pensent le contraire. Pour notre industrie, le marché local n'est pas suffisant, mais les Français comme d'habitude veulent trop en faire, plus tôt que d'adapter leur produit aux clients potentiels, ils posent des cœurs trop gros et trop sophistiqués . Écoutons les besoins du client . Cette démarche est elle trop difficile pour des techniciens fiers de leurs savoir??? De plus le constructeur Areva a toujours eu beaucoup de mal à finaliser seul ses ouvrages et le monde entier le sait alors pourquoi s'obstiner ...
Réponse de le 28/11/2014 à 13:37 :
Mr Lévy, nouveau PDG demande une hausse du prix du kWh pour faire face aux couts de maintenance, demantelement, stockage de dechets du nuke. Mais c'est sur que ce mr est plus farfelu et moins bien documenté que vous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :