Ingérable ? La génération Y demande un droit de réponse

 |   |  1441  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Adultes rois, égos surdimensionnés, refus de se remettre en cause, rois de la procrastination, de la mauvaise foi et des stratégies d'évitement, le psychologue clinicien Didier Pleux n'est pas tendre avec la génération Y. Si ce constat pousse à l'humilité, la génération Y demande à répondre à certaines allégations, notamment par quelques arguments de contexte.

Remontée, la Génération Y (née après 1978-1980), souhaite réagir au portrait critique que dresse d'elle le psychologue clinicien Didier Pleux, auteur de "De l'adulte roi au tyran roi". Si chacun se retrouvera dans des bribes de propos du psychologue, ceux qu'il définit comme étant des d'adultes rois aux égos surdimensionnés veulent prouver qu'ils savent se remettre en cause et ne pratiquent pas à coup sûr la mauvaise foi et les stratégies d'évitement.

Pour Baptiste, 27 ans, jeune cadre fraîchement diplômé et chef de projet dans l'Edition, le malentendu qui divise aujourd'hui les générations est patent : « notre génération qui « court après le milieu idéal, un environnement où ils pourront faire ce qu'ils veulent dans un travail tout le temps motivant », selon Didier Pleux, a en vérité été trompée. Le sacro-saint papy-boom (départ à la retraite des nés après 1945) qui allait permettre à toute cette génération de jouir du plein emploi, lui avait en effet été promis. Il était dit que les Y profiteraient de rémunérations confortables et prospéreraient dans la passion de leur métier. Le papy-boom devait en théorie s'enclencher dès 2005. Crise oblige, il n'en a rien été. Et il faut le dire, la génération Y n'en profitera jamais, elle qui doit faire face à un taux de chômage au plus haut. D'autant que l'âge de la retraite a été repoussé. Du coup, les Y s'adaptent. Au regard de la situation macro-éconmique, ils sont aujourd'hui davantage dans une optique de trouver un logement et un métier que dans « une quête d'une solution miracle pour trouver une réalité confortable », comme le dit Didier Pleux. Désormais, ils travaillent en fait plus pour bénéficier d'un pouvoir d'achat inférieur aux générations précédentes ».
Certes ils admettent être frustrés et avoir du mal à composer avec cette réalité truquée par leurs soixante-huitards de parents un brin exaltés. « Alors que certains ont été bercés dans un idéal libertaire véhiculé par leurs parents, bénéficiaires des avancées post mai 68 et qui ont pu profiter d'une liberté de choix total dans leur vie professionnelle, force est de constater qu'ils n'ont pu ni jouir des mêmes « privilèges » que leurs aînés, ni envisager de faire mieux ou au moins aussi bien qu'eux. Alors oui, les Y sont déçus voire frustrés. D'où cette relative « allergie à toute frustration » pointée du doigt par Didier Pleux » reconnaît Baptiste.

Dure réalité, en effet

Mais il rappelle qu'une bonne partie de la génération Y a, en parallèle, vu ses parents maltraités par des entreprises qui n'hésitent plus à se séparer d'eux quand les temps sont durs. Egalement influencés par la surmédiatisation des plans sociaux de grande envergure, les Y se sont endurcis, et, depuis le plus jeune âge, voient la réalité de l'entreprise avec le plus froid pragmatisme. « Ils sont en conséquence plus opportunistes, plus entreprenants et plus individualistes, mais pour des raisons réalistes, contrairement à ce qu'argue Didier Pleux. De là ne peut aussi découler qu'une conception différente du « sens de l'effort », de l'« engagement », et de la « fiabilité » dans l'entreprise, demandés aux Y par les générations précédentes », analyse le jeune Baptiste.

Cécile, 28 ans, exerçant dans le pôle RSE d'une grande entreprise du CAC 40, la tête sur les épaules, épingle fougueusement cette « réalité » en apostrophant les redresseurs de torts : « peut-être ne voulons nous pas accepter la réalité par ce que c'est la vôtre dans laquelle nous vivons, et que nous la trouvons bien contradictoire. Puisque posséder tout ce qui est imaginable a été une réalité pour vous et que cela n'a pas suffit à votre bonheur, pourquoi devrions-nous nous en contenter ? Vous nous avez voulu indépendants puisque vous désiriez vous-même jouir de votre vie, nous voici armés pour changer les règles du jeu ».

Alors s'agissant de « désinvestissement quotidien dans l'entreprise », les Y l'explique comme « un mal-être dû à la difficulté de trouver sa place parmi les plus âgés. Cette génération souhaite qu'on lui explique concrètement quelle est son utilité dans l'entreprise et n'aime pas les efforts vains, car contrairement à ce que dit Didier Pleux, elle se remet constamment en question. La génération Y a, il faut le dire, forgé en grande partie ses raisonnements sur Internet, temple de la remise en question permanente de toutes les idées reçues ». D'où le besoin impérieux de trouver un sens à leur action, ce qui, selon Cécile, « est impossible avec la verticalité et l'immobilisme qui en découle ».

En quête de sens

De fait le divorce menace : « nous refusons de vivre pour travailler, pour gagner de l'argent et consommer en suivant votre modèle, quand nous voyons où il nous a mené. Nous ne voulons pas nous restreindre, réduire nos idéaux à cause de vos erreurs. Alors comment procéder en entreprise ? Crise économique, écologique, sociale.... Votre besoin de hiérarchie, de garder le contrôle, n'a pas réussi à gérer la complexification intense de la société. N'a pas laissé de place adéquate à la créativité, et n'est pas adapté au monde en devenir. Nous n'avons pas vraiment envie de rentrer dans le moule que vous avez créé, car il tue toute perspective d'évolution sensée de la société ».

Résultat : pour Cécile ce n'est pas l'autorité qui est contestée par des « enfants rois trop gâtés » mais plutôt la confusion des genres que nourrit constamment la société d'aujourd'hui et dans laquelle les jeunes Y aimeraient qu'on leur organise quelques repères sensés...c'est-à-dire porteur de sens. « On ne supporte pas qu'on nous impose des choix qu'on juge incohérents, non l'autorité en général. Ce n'est pas « vérifier et contrôler l'avancée des travaux », qu'il nous faut, mais c'est de nous guider. Pour nous aider à déployer notre énergie dans le bon sens. Dans ce monde qui part un peu dans tous les sens et nous laisse parfois perplexe, nous avons besoin de votre expérience, mais non de contrôle abusif. Vous nous dîtes narcissiques, mais vos modèles verticaux n'incitent pas à la collaboration », dénonce la jeune femme.

D'où une sorte de revendication en forme de cri du c?ur poussé à l'intention de leurs aînés pour plus de dialogue et de compréhension mutuelle. « Il faut absolument mêler les générations, afin de créer des synergies et que chacun soit apte à prendre le meilleur dans ce que l'autre a à lui offrir : nous avons énormément à apprendre des autres, mais il ne faut pas croire qu'il n'y a rien à apprendre de nous. Nous n'avons jamais été aussi ouverts sur les autres et sur le monde, friands de découvertes, voyageurs invétérés...Nous ne sommes donc pas réfractaires au savoir des générations précédentes, mais à la forme qu'elle prend, c'est-à-dire un sens unique », argumente Cécile, admettant que peut-être, elle et ses congénères manquent « un peu de tact pour faire accepter cette idée ».

Acteurs de leur vie

C'est qu'ils sont à vifs ces Y, stigmatisés de tous côtés car dotés d'une personnalité beaucoup plus affirmée que les générations précédentes, moins dans le « moule », et dont l'idéalisme n'est que la traduction de leur volonté de s'impliquer dans la transformation du monde. Pour preuve, le coup de gueule de Cécile, en guise de conclusion. « Nous voulons être acteur de nos vies, de nos sociétés et non nous conformer docilement aux codes sociaux qui prévalent actuellement. Nous souhaitons contribuer à changer la société dans laquelle nous vivons. Beaucoup d'entres nous ne demandent qu'à se réaliser dans notre travail et à relever des défis, à se donner à fond pour une mission qui nous motive ; nous mettre à un poste adapté, crée de la richesse pour l'entreprise. C'est l'ennui et le manque de responsabilités, de reconnaissance qui nous enferment dans une procrastination et un désengagement, ennui provoqué par des modes de management figés et à sens unique. Nous sommes des moteurs pour les entreprises, à condition d'écouter ce que nous avons à vous dire». A bon entendeur....

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2012 à 10:49 :
La génération "68" est celle qui a enclenché ce rêve idiot de l'acquisition pour tous et par tous, une bagnole chacun, des chalêts sur des belles pentes enneigées, un "apart sur la plage", golf sur terrains inconstructibles, l'arrogance ne s'arrête jamais, "je gare mon 4*4 la ou j'veux", mes cigares qui daubent, on quitte le taf à l'heure de l'apero, on vote à gauche pour casser le système puis à droite pour le maintenir, par içi la monnaie...les rois du shit et des soirées DSK, guères coloniales, ouaih super en effet comme donneurs de leçon, le nucleaire, infoutus de vendre une poile à frire (TGV anybody ?) etc etc allez vous faire voire chez les Grecs...
a écrit le 11/10/2012 à 9:58 :
"Internet, temple de la remise en question permanente de toutes les idées reçues".... laissez moi rire !!!
a écrit le 11/10/2012 à 0:38 :
après avoir lu cet article où on monte une génération contre une autre, il vaudrait mieux se poser la question pourquoi ça va si mal en 2012
argument relevé : les générations des 30 Glorieuses ont mis la France dans la mouyze d'aujourd'hui..? ils seraient responsables de tous les maux,
_ la DETTE publique... par exemple... c'est une plaisanterie... les vrais responsables la DP sont Pompidou-Rootschild, Giscard d'Estaing, son ministre des Finances qui a fait voter, en 1973, une loi scélérate (procédure qui a été reconduite au niveau de l'Europe par ce même personnage a contribué à l'élaboration de la Constitution européenne) pour interdire à l'Etat d'emprunter directement à la Banque de France (à 1 à 2 %) et l'oblige à emprunter aux banques privées (à 7 ou 8 %) qui empruntent à la Banque de France à 1 ou 2 %, d'où une plus-value sans risque de 4 à 6 %, ce qui augmente considérablement les intérêts et fournit une rente confortable aux banquiers-prêteurs...actuellement la DP est de 1800 milliards d'?, nous payons 50 milliards d'intérêts par an et l'Etat a besoin d' argent (1 milliard d'? par jour, 365 jours) pour payer ses militaires, ses policiers, ses fonctionnaires, ses enseignants, ses ministres, députés, sénateurs... etc...etc... je ne vois pas en quoi les anciens sont plus responsables que les actuels gouvernants qui dépensent encore plus... 3 chiffres, sous Mitterand, DP=35 milliards d'? par an, sous Chirac DP=55 milliards d'? par an, sous Sarkozy DP=120 milliards d'? par an... pourquoi 4 fois plus sous Sarko que sous Mitterand...?
_ la mondialisation mise en place par les multinationales US pour faire plus de profits... a tué des centaines de milliers d'emplois par les délocalisations d'entreprises de patrons cupides avides de faire du fric avec de la main d'oeuvre 10 fois moins chère qu'en France
_ le management des entreprises importé des USA avec des méthodes de rendements démentielles, inhumaines, cause de suicides de salariés, de cadres dans certaines grandes entreprises (France-Télécoms, EDF et d'autres)
_ rajoutons les dérégulations, les déréglementations, la suppression du Code du Travail demandé par le Patronat mondial, européen (Seillère) et Français (IFOP-Parisot) et nous avons tous les ingrédients de la situation désastreuse que vivent les nouvelles générations
Sur ces points importants je ne vois pas de responsabilités des anciennes générations par rapport aux actuelles qui subissent les mauvais coups du Nouvel Ordre Mondial qui voudrait faire de nous, tous les humains de la Planète... des esclaves
Taper '' maitres du Monde '' et vous serez édifiés sur notre futur
N'oublions pas que ceux qui ont vécu les 30 Glorieuses (avec pas mal d'inflation et ce qui en résulte en bien et en mal...) ont bien souvent subi la tragédie de la Deuxième Guerre mondiale et ont eu pour mission de reconstruire la France, en partie détruite par les nazis... pour les jeunes d'aujourd'hui... c'est de l'histoire ancienne... alors à quoi ça sert de monter les générations les unes contre les autres... à rien... on ferait mieux de se mobiliser, de s'indigner pour faire changer les choses car au train où elles vont (crise financière provoquée par les banksters-spéculateurs avec de l'austérité chronique et éternelle, la prise du pouvoir de l'Europe par les Goldman Sachs, à la BCE, en Grèce, en Italie...), la main-mise des capitaux étrangers sur l'appareil économique et financier français n'augurent rien de bon pour l'avenir.
Cette petite guéguerre entre les générations d'avant et les générations actuelles me font penser aux tentatives de certains dirigeants politiques, patronaux d'opposer public-privé et de tirer les petits avantages des uns vers le bas, comme les salaires d'ailleurs... au lieu de faire le contraire... on nous dit qu'il n'y a plus d'argent... foutaise... les spéculateurs détiennent 3 ou 400 000 milliards $ dans des sociétés-écran aux Caïmans et ailleurs et sont près à martyriser les Etats et les humains, aucune loi n'est faite pour les mettre hors d'état de nuire (même Rotney, le candidat républicain US a des comptes aux Caïmans...)... les milliards d'? de profits sont partagés par les actionnaires au détriment des salariés qui sont à la base des bénéfices... par leur productivité... les riches toujours plus nombreux deviennent de plus en plus riches... les pauvres progressent et deviennent de plus en plus pauvres... c'est un constat pessimiste de l'avenir de notre (nos) société que les nouvelles générations auront à affronter... mais ne l'oublions pas, les responsables de tous leurs maux sont hors de l'Hexagone... nos dirigeants de Droite comme de Gauche ne sont que des courroies de transmission des pratiques du libéralisme (des pantins) et obéissent aux entités supérieures qui dictent leurs lois...à la Planète entière
Un enfant de la guerre qui a 70 ans en 2012, qui a donc vécu toutes ces périodes de l'après-guerre
Réponse de le 11/10/2012 à 11:03 :
Allez encore un qui dit n'importe quoi... "pour interdire à l'Etat d'emprunter directement à la Banque de France (à 1 à 2 %) et l'oblige à emprunter aux banques privées (à 7 ou 8 %) qui empruntent à la Banque de France à 1 ou 2 %, d'où une plus-value sans risque de 4 à 6 %, ce qui augmente considérablement les intérêts et fournit une rente confortable aux banquiers-prêteurs..." c'est complement faux (2 points notamment: on ne compare pas un taux d'emprunt a 3 ans (LTRO) et a 10 ans. + on ne compare pas des emprunts collateralises et non-collateralises...), c'est une contre-verite consommee sans moderation par Melenchon-Le Pen & co... J'arrete ici ma lecture tant vous perdez toute credibilite la-dessus, affligeant le manque de comprehension du monde economique chez certains...
Réponse de le 11/10/2012 à 11:49 :
MICH27 fait partie de la generation Z ..........Il doit tout apprendre :))
Réponse de le 12/10/2012 à 17:58 :
@ AT et Tyler... quelle prétention... au lieu de critiquer ma façon de voir les choses... tu ferais mieux d'expliquer pourquoi nous sommes tous X, Y ou Z dans la mouyze en 2012, c'est trop facile d'accuser les anciens... vous devez savoir que ce n'est pas en France qu'on décide de tout... mais aux States... et ce n'est pas en défendant la loi scélérate de Giscard qui enrichit les banques que l'on pourra se sortir de cette crise que certains voudraient éternelle. c'est vrai que Mélenchon a eu raison de dénoncer ces pratiques financières scandaleuses en mettant en cause les banksters qui nous saignent
a écrit le 10/10/2012 à 23:28 :
très difficile à gérer c'est Y et en plus lorsqu'il faut leur apprendre le travail . .....
ils écrasent tout comme des salops . les seniors devraient être payés le double .
( mais il ne faut pas généraliser = parfois ils sont bien élevé (mais c'est rare)....
Réponse de le 11/10/2012 à 8:54 :
Pathétique comme généralisation ... Surtout, ne vous remettez pas en question, vous avez raison ! Comme tous les hommes d'une cinquantaine d'années qui nous prennent de haut en pensant avoir tout vu tout fait, alors que ça fait 20 ans qu'ils sont dans la même boîte, dans la même ville, et qu'ils n'ont jamais quitté la France. Arrêtez de vous prendre pour Dieu, vous êtes bien trop fermés pour voir toutes les richesses humaines qui vous entourent.
Réponse de le 11/10/2012 à 9:12 :
Le voila le problème, les évolutions socio-économiques ont favorisé la confrontation des générations...
a écrit le 10/10/2012 à 20:59 :
Pauvres Y européens !!!! Vous avez consulté les Y asiatiques ??? :))
a écrit le 10/10/2012 à 20:12 :
Une petite question d'un lecteur alarmé, si vous le permettez: est-ce que le français demeure la langue de la république?
a écrit le 10/10/2012 à 15:48 :
« Les jeunes d'aujourd'hui aiment le luxe, méprisent l'autorité et bavardent au lieu de travailler. Ils ne se lèvent plus lorsqu'un adulte pénètre dans la pièce où ils se trouvent. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société, se hâtent à table d'engloutir les desserts, croisent les jambes et tyrannisent leurs maîtres. Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l'autorité et n'ont aucun respect pour l'âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans. »

... Socrate, 470-399 av. J.C.
Réponse de le 10/10/2012 à 15:59 :
Ah ah ah, tres bon!
Réponse de le 10/10/2012 à 21:53 :
:))))) trop bien trouvé!
Réponse de le 11/10/2012 à 0:13 :
Bravo :D
C'est quand même la preuve que des gens sont payés à rien faire d'autre que sortir des généralités consternante mais en faisant passer cela comme qqch d'intelligent et surtout de rechercher.
merci d'avoir prouvé que ca fait plus de 2000 ans qu'on dit ça de la génération suivante...
a écrit le 10/10/2012 à 15:13 :
Étonnant à quel point les prétendus qualificatifs de la génération Y s'appliquent bien à cette génération 68 : refus de se remettre en cause (pas touche à nos acquis, on a bossé pour, et pas question de prendre en compte la génération actuelle qui doit se coltiner la crise et les dettes qu'on lui a laissé), rois de la mauvaise foi (le boulot ça se trouve, à mon époque moi, on me proposait bien 5 postes à la sortie de l'université, quand on veut on peux), adultes rois à l'égo surdimentionné (je suis sénior mais aussi jeune que vous dans ma tête- j'ai fait 68- avec en plus une capacité d'analyse et une maturité folle- j'ai tout fait, tout vu- ne prenez pas ma place ), rois de la procastination (payez nous d'abord nos retraites, on verra comment payer la crise ensuite).

Ce côté donneur de leçon de vieux enfants pourris gâtés par les 30 glorieuses envers une génération qui doit en baver pour s'en sortir est insupportable !

ps: je précise que bien évidemment je ne parle pas là des ouvriers, employés, mère célibataires... qui ont trimé toute leur vie, mais bien des CSP+
Réponse de le 10/10/2012 à 15:37 :
+10 millions.
Réponse de le 10/10/2012 à 16:30 :
Très bon commentaire !
Réponse de le 10/10/2012 à 17:40 :
Parfait!
Réponse de le 11/10/2012 à 8:12 :
bravo,

"à mon époque moi, on me proposait bien 5 postes à la sortie de l'université" c'est plus le cas depuis longtemps...
a écrit le 10/10/2012 à 15:11 :
Ce qui est sur c'est que je préfèrerais travailler 45h00 par semaine avec un travail stable dans le temps, pas de RTT mais de réelles perspectives d'avenir plutôt que 35h00 les RTT et un travail où on est en CDI mais on enchaine les missions et les déplacement.

Quand aux 68ards, maintenant quand on arrive dans une entreprise on nous demande d'être opérationnel tout de suite et aucune entreprise ne souhaite former.

De plus, côté immobilier, en province si on veut une maison c'est 300 mois de SMIC pour rembourser que le câtital du coup c'est un emprunt sur 30ans difficile quand un emploi stable est un emploi sur 5 ans max !!!

Maintenant une chose qui est sure c'est que ce qui pensaient qu'ils partirais avec la caisse sous le bras (à la retraite) et qu'ils auraient une retraite vont déchanter car si l'économie va mal et que l'état est sur endetté il ne pourra pas les payer vos retraites.

PS : je ne suis pas de la génération Y mais pour les 68ards, il y a eu de bonnes choses et pour la génération de leur parents, il y a eu la guerre et pour leur enfants, il y aura le chômage, la précarité et l'immobilier hors de prix !
a écrit le 10/10/2012 à 14:21 :
Les 68ards et consorts n'ont rien à nous apprendre, à la limite on peut les considérer comme un modèle de décadence.
Après eux le déluge qui va les emporter dans leur ignoble solitude.

C'est un refus d'héritage qu'il va falloir faire.
Inspirons nous de la génération d'avant CNR & co.
Elle avait le sens des responsabilités, de l'effort, des couilles.
Réponse de le 10/10/2012 à 20:50 :
Génération d'avant CNR ... = ?? merci d'éclairer ma lanterne
Réponse de le 11/10/2012 à 6:20 :
Je n'ai jamais été aussi d'accord avec un commentaire. Les générations d'avant avaient autrement de la gueule.
a écrit le 10/10/2012 à 14:18 :
avant on apprenait sur le tas, formes par nos anciens;
la generation qui nous a precedée, en a profité, mais a tout gardé pour elle... on les considerait adulte bian avant 18ans, aujourd'hui , ils voient les generations suivantes comme des branleurs, meme si tu en as 30.. bizarre cette generation de vieux...
a écrit le 10/10/2012 à 14:06 :
Je trouve ça assez marrant que des jeunes gens soient contents de se réclamer d'une catégorie inventée par un magazine de marketing. Moi j'ai 40 ans (donc generation X si on se fie à la "classification" - lol) et à leurs âges, la dernière chose que je voulais c'était qu'on me colle une étiquette dessus et qu'on m'associé à un comportement prédéfini. Bizarre.
Réponse de le 10/10/2012 à 14:13 :
la generation a tout recu de leur parents, et eux ne donnent rien a leurs successeurs... une generation de crevard !
Réponse de le 10/10/2012 à 14:39 :
Hades ne sait pas ce qu'est une génération
Réponse de le 10/10/2012 à 14:50 :
hein? une generation est une generation !! y a t il plusieurs sens???
a écrit le 10/10/2012 à 13:59 :
Ce debat est ridicule... Ce pays est specialiste des luttes des classes a tous les niveaux. Patrons contre ouvriers, capital contre travail, jeunes contre vieux, francais contre non-francais, regimes speciaux contre regimes ordinaires... On se marre bien quand meme... Les commentaires ci-dessous des (presumes) generation X (Patrickb, Vincent, parasite, Eva...) sont aussi limites que ceux de (presumes Y) Tycho, Kevin et autres Mika... C'est l'apanage du modele social francais et de cette fameuse "egalite" par laquelle les uns et les autres jurent a longueur de temps... Cotisons a notre propre retraire par capitalisation, coupons les vivres a l'Etat, abolissons les usines a gaz qui rendent la fiscalite illisible et largement arbitrable (ou qu'une partie paye pendant que l'autre encaisse). Bref, replacons l'individu au centre, il n'y aura plus de bouc-emissaires a trouver une fois que chacun se retrouvera en face de ses responsabilites.
Réponse de le 10/10/2012 à 15:16 :
C'est très politique comme vision ;o)) Le constat me parait lucide en revanche. Il me semble que le maintien de l'état et d'une solidarité entre les générations est nécessaire dans une nation. Mais, je pense que je comprends le raisonnement: que chacun se démerde par ses propres moyens, et on coupe court à tte polémique. C'est un principe que j'essaye de m'appliquer. Quelque part, on a ce qu'on mérite. Pour moi, c'est un mécanisme de défense me permettant une certaine remise en cause et une prise de recul. Mais, il faut être assez humble face aux évènements, ce qui n'est pas tjs facile. Je le prends comme une philosophie perso, mais je ne voudrais pas voir de tels principes appliqués à la collectivité.
Réponse de le 10/10/2012 à 16:05 :
"mais je ne voudrais pas voir de tels principes appliqués à la collectivité" et pourquoi pas :) ? Pardonnez-moi, je ne suis qu'un jeune Y, il m'arrive encore de revasser de temps a autres ^^...
Réponse de le 10/10/2012 à 16:55 :
Je te pardonne jeune effronté, fainéant et adolescent, d'autant plus qu'il le faut.
Pour résumer, je suis un homme de gauche avec une philosophie de droite...Et j'en connais plein dans ce paradoxe. En fait, on a compris qu'il ne fallait pas attendre grand chose des autres, et se donner les moyens d'arriver où l'on veut. Si on peut t'aider: super, sinon, on va qd même y arriver. En tout cas, il faut y aller et pas se décourager, et tout vient à point à qui sait attendre. Je vous suggère d'investir dans les maisons de retraites, comme vous reprendrez l'argent des "vieux" qui apparemment vous mettent des freins...
a écrit le 10/10/2012 à 13:34 :
Il ne faut pas generaliser. Je constate qu'une majorite de "Y" francais sont de sales gosses gates pourris, mais certains sont tres valables. Par contre ce qui est clair, si je les compare aux Mexicains, Chinois, Russes... de la meme generation, c'est que notre vieux pays va se faire bouffer dans 15 / 25 ans! D'un cote on ne pense que ses "droits", on pleurniche, on en veut toujours plus, de l'autre cote on ne se pose pas trop de questions philosophiques, on bosse et on construit l'avenir. Je le vois au quotidien et ca fout la trouille.
Réponse de le 10/10/2012 à 14:38 :
Vous ne connaissez certainement pas l'équivalent de la génération Y en Chine. Allez y faire un tour...leurs aînés qui ont vécu les affres de la révolution culturelle n'en reviennent pas...
a écrit le 10/10/2012 à 12:48 :
Il y a plus de 40 ans déjà, les 1ers punks marginaux en parlant de l'avenir nous disaient no future. C'est aujourd'hui la norme de vouloir éluder l'avenir, de vivre sans espérance, mais aussi sans but et sans possibilité de projection... Mettre dans la bouche de cette fille le soi disant discours d'une soi disant génération Y n'est que la tentative de pseudos sociologues astigmate de se protéger la face de la lumière violente et brulante de la Vérité. Comprenez bien que si le monde s'effondre de tous les cotes sous nos yeux, que si le monde comme je le lisais aujourd'hui dans un commentaire devient un asile a ciel ouvert, ce n'est certainement pas pour des problèmes d?autorité mal placée mais bien plutôt de métaphysique, de morale, de croyance.
La Mort de Dieu devient sensible, son absence est présente.
a écrit le 10/10/2012 à 12:34 :
Avant il y avait la "Direction du personnel".
Maintenant, c'est la "Direction des ressources humaines".

L'homme, l'employé n'est plus qu'une ressource qu'on exploite (au sens premier du terme) jusqu'à tarissement. Il suffit alors de la remplacer pour un nouveau "jeune".

Les entreprises ont décidé de casser le modèle socio-économique basé sur la longévité et la stabilité pour passer sur un modèle d'immédiateté et de profit rapide.
Elles en payent aujourd'hui la conséquence...

Réponse de le 10/10/2012 à 14:28 :
on ne base pas sur ... On fonde sur, on construit sur mais on ne base pas. Ce n'est pas de l'orthographe, juste du français.
Réponse de le 11/10/2012 à 1:12 :
baser, prendre pour base....
se baser, verbe pronominal
Sens S'appuyer, se fonder sur. Ex Son argumentation se base sur des éléments précis. Synonyme s'appuyer Anglais to base (oneself) on
Conjugaison voir la conjugaison du verbe se baser
Trop vouloir jouer au puriste et se faire ramasser....
a écrit le 10/10/2012 à 12:00 :
Quand on voit les reponses de vieux cons ci dessous on comprend bien le phenomene... Les Y ont su ouvrir leurs yeux et sont bien conscients d'etre des pigeons au sein de cette société si individualiste.. Les vieux, donner des leçons c'est bien, mais n'oubliez pas que les temps changent et que bientot on s'occupera de vos couches, ou pas.
Réponse de le 10/10/2012 à 14:32 :
Vilain chantage. M'enfin, si tu crois que cela va t'apporter satisfaction, ne te gêne pas.
a écrit le 10/10/2012 à 11:57 :
Article génial, je me reconnais à 100% dans cette description de la génération Y. Des gens capables de se donner à 300% dès lors qu'ils trouvent leur utilité pour l'entreprise ou pour la société. Des gens qui ont besoin de trouver un sens à leur vie, dans une société occidentale en plein malaise au niveau de ses valeurs.

Des branleurs et des prétentieux qui savent qu'ils se feront entuber à la première occasion par le "système", tenu par les plus gros roublards la génération précédente.
a écrit le 10/10/2012 à 11:37 :
"Moins dans le moule ....." Je rigole !!!! ils aspirent a une vie pépère de fonctionnaire refusent les etudes scientifiques car trop lourdes , aspirent à faire psy ou autres conneries ....
Les Y sont des adultes ados.
Réponse de le 10/10/2012 à 11:59 :
Analyse poussée et très adulte...
Réponse de le 10/10/2012 à 12:05 :
@AT: les jeunes de la generation Y sont a l'image de leurs parents: certains cons eleves par des cons, d'autres brillants eleves par des bons... Je n'ai aucun doute sur la categorie qui vous concerne...
Réponse de le 10/10/2012 à 21:08 :
Nul besoin de sombrer dans l'insulte , question d'éducation !!!!.....Des bons soixantes huitards sont devenus de bons bourges, et , je pense que des Y deviendront des bourges également....
Réponse de le 11/10/2012 à 10:29 :
@AT: avouez que vous ne l'avez pas vole...
a écrit le 10/10/2012 à 11:10 :
que d ineptie lue de la part de la generation Papyboom, on va faire simple et court. je regardais hier une emission allemande ou un sociologue, un economiste, un medecin, des membres de cette generation Y Francais et Allemande recevais des "anciens" salaries et representant syndicaux Francais et Allemand. A un moment un des retraite Francais partis a 45 ans a argue de sa carriere lonnnnnngue et difffffficillle >>> On lui a retorque et a juste titre "si votre carriere avait ete si difficile et longue vous ne seriez pas la aujourd hui a 76 ans a critiquer les generations suivantes et le systeme "Allemand". Et la PAF rien a ajouter, pas de contre arguments cela l a seche et il est reste pratiquement muet le reste de l emission..... La realite elle est la la generation Papyboom francaise n a pas eu de carriere si difficile et dure..... sinon effectivement comme celle de ses parents l esperance de vie n aurait pas cru si vite. Allons plus loin les raleurs de la fonction publique et associes (RATP, SNCF....) qui prennent cet arguement feraient de regarder du cote du chauffeur poid lourd qui a un metier d autant plus dur que le leur et partira lui a 64 voir 70 ans.....; le debat sur les 35H, quelle generation l a vote???? celle des papyboomer.....
Quand a ceux qui disent que le Bac vaut plus rien, c est en partie vrai mais je les invite tout de meme a le passer en candidat libre s il a un niveau plus faible que leur certificat d etude cela devrait etre une promenade de sante n est ce pas?????? Il ressort donc de ce debat que la generation 68ard Francaise a effectivement ruine et detruit le systeme a son profit....... et C est surement cela que rejete aujourd hui les Y......
Réponse de le 10/10/2012 à 11:19 :
38 ans et bien d'accord avec vous. Une génération de pilleurs irresponsables nous a précédé, nous sommes une génération économiquement sacrifiée.
Réponse de le 10/10/2012 à 13:30 :
Vous vous trompez dans les dates. La génération qui aura le plus profité de notre système de retraite et de la croissance des Trente Glorieuses est la génération des "crocodiles", Celle qui précède 1968, c'est à dire les gens nés entre 1935 et 1945. Les soixante-huitard commencent depuis 2005 à partir à la retraite et n'en ont pas encore réellement profité. Quant à leur carrière, ils l'ont majoritairement effectué pendant les 20 (30?) Piteuses. C'est une génération qui fut donc solidaire de ses aînés en leur obtenant des "acquis" sociaux et cela au détriment de la génération dite Y.
Réponse de le 10/10/2012 à 21:11 :
@Pol75 : Tu es un comique ou c'est plus grave ????
a écrit le 10/10/2012 à 10:48 :
Nous avons simplement bien compris le message de Mme Parisot sur la précarité voulu du travail et nous la vivons. Nous cherchons donc à nous réaliser ailleurs que dans notre travail. Mais qu'une entreprise montre de la bonne volonté et nous sommes prêts à faire beaucoup.
a écrit le 10/10/2012 à 10:24 :
C'est vrai que la génération de nos parents a bénéficié d'un plein emploi et de meilleures retraites et c'est vrai que nous devrons travailler plus tard mais nous vivrons aussi plus longtemps et nous avons généralement fait des études plus longues, grâce à leur contribution financière. Nous sommes donc entrés plus tardivement sur le marché du travail. Je ne vois pas l'intérêt de perdre du temps à se plaindre, se positionner en victime de la génération précédente n'a jamais fait avancer personne. Oui, les temps sont plus durs, mais pour ceux qui n'ont pas encore atteint la retraite, c'est la même chose. Désigner un responsable bouc-émissaire ne vous fera pas grandir. Ouvrez les yeux, retroussez vos manches, l'adolescence est passée. J'ai 37 ans et je ne me reconnais pas dans les dénonciations de la génération Y. Comme si le monde était beaucoup moins pollué, le travail beaucoup plus passionnant., il y a 25 ans....
Réponse de le 10/10/2012 à 10:49 :
"J'ai 37 ans et je ne me reconnais pas dans les dénonciations de la génération Y." C'est sans doute parce que vous n'en faites pas parti. J'en ai 38, je n'en fais pas parti mais je m'y reconnais et je dois dire que j'ai une longue liste de reproches à faire à la génération qui nous a précédé.
Réponse de le 10/10/2012 à 10:53 :
je suis bien d'accord avec toi.
Le problème c'est l'attaque en règle contre les Y que l'on voit dans les médias qui est vise à opposer les X et les Y.
Par mimétisme l'argumentaire pour répondre à ces attaques est grossièrement le même : vous dites qu'on est fainéant, on dit que vous êtes hypocrites et égoïstes.

Des troll comme patrickB et retraitéRATP qui se vantent d'avoir une belle retraite a 50 ans avec le cul assis sur leur patrimoine ne font qu'empirer les choses et ils doivent même énerver les cadres, médecins, avocats et autres travailleurs qui y sont encore a 60 passés.
a écrit le 10/10/2012 à 10:15 :
Au lieu de critiquer, pourquoi ne pas réfléchir ensemble à trouver une solution aux problèmes ? Chacun a à gagner à écouter l'autre. C'est malheureusement ce que notre société a perdu, (l'écoute, entre autres), et pas à cause des nouvelles générations ! Je fais partie de l'ancienne génération et je comprends le malaise de la nouvelle car nous reproduisons les mêmes erreurs, conditionnés à nous fondre dans un moule. Penser AUTREMENT nous permettrai d'avancer et pour cela nous devons penser tous ENSEMBLE. 1+1=3 !
a écrit le 10/10/2012 à 9:03 :
JE ne suis pas ds le monde de l'entreprise mais je suis consternée par le comportement de la génération Y ds le quotidien. Ils ont un manque de souplesse surprenant. Je ne parle pas d'une incapacité à déménager ou se délocaliser, mais de la vie du quotidien. Si une envie leur prend soudain de faire qqch, il faut qu'ils le fassent tout de suite et en leurs termes.Tant pis s'ils plantent leurs potes là. S'ils sont invités à dîner mais qu'ils avaient faim avant, ils mangent et arrivent au repas déjà rassasiés. Ils annujlent leurs RV à la dernière minute sans étés d'âme.Et ils vivent à la petite semaine. Beaucoup d'entre eux se plaignent d'être seuls, sans amis. Mais qd on voit le peu d'efforts de compromis qu'ils font pr pouvoir être ensemble ça n'a rien d'étonnant. En fait, je plains la génération Y car il faut être souple ds la vie affectivement, un peu négocier et faire des compromis. La vie leur donnera bcp de fil à retordre!
Réponse de le 10/10/2012 à 10:16 :
ce n'est pas la vie qui nous donne du fils a retordre mais votre génération d?égoïste.
L'état de l'économie actuelle et la situation de précarité qui en découle c'est VOUS !!

Votre génération reste le cul assis sur sa richesse et son patrimoine acquis avec 30 ans d'endettement.
Voila ce que votre génération va laisser a ses enfants, à vos enfants : une économie en ruine et de la misère !!

Donc arrêtez de donner des leçons et faites un peu le bilan de vos 40 dernières années.
Réponse de le 10/10/2012 à 10:32 :
Votre commentaire est surréaliste. Nous manquons de souplesse, laissez moi rire? En entreprise, les codes ne changent pas malgré les 35h et la féminisation (forcée) des équipes, il faut toujours faire du présentéisme pour se faire bien voir. Où sont les postes en télétravail et autres ? Parler de souplesse à la génération précarité, vous en manquez pas d'air.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:19 :
Ce que vous décrivez ressemble plus à un problème d'éducation et de politesse.
Je vous rassure, je connais bcp de personnes qui ne sont pas comme ça.
a écrit le 10/10/2012 à 1:00 :
Alors à quand un grand débat entre générations? Les esclavagistes et les spoliés... c'est à l'image de l'Espagne ou de l'Europe du Sud, pas d'accès à la vie active. Voila l'enfer qu'on nous fait!
Réponse de le 10/10/2012 à 3:11 :
@Kévin; L'enfer c'est pas la faute des autres. Tu n'as qu'à créer ton propre emploi au lieu de regarder la télé en attendant que quelqu'un vienne te supplier de travailler pour lui :-)
Réponse de le 10/10/2012 à 7:02 :
d'accord avec patrickb.kévin croit que notre petite retraite nous l'avons eue sans travailler et sans efforts.j'aimerai bien voir si kevin est aussi usé que nous a 50 ans!
Réponse de le 10/10/2012 à 7:26 :
@kevin le problÚme avec la génération de nos anciens c est qu'il s'agit d'une "génération d'égoïste"
Réponse de le 10/10/2012 à 9:36 :
Retraité à 50 ans ! nous nous allons bosser jusqu'a 70 ans ! un peu de décence !
Réponse de le 10/10/2012 à 10:24 :
patrickb et retraité ratp, un peu de décence.
Votre génération nous laisse 30 ans de dettes accumulé pour financer votre train de vie et vos retraite a 50 ans.
du travail; créer sa société serait possible dans une société ou vous n'auriez pas spolier toutes les richesses avec cette dette que nous nous laisser.

Voila le résultat pour nous : de la dette a payer pour vos 40 ans de retraite (espérance de vie 90 ans, retraite a 50, bravo !! ), de la misère, un rapport cout de la vie/salaire misérable.
vous vous êtes gavé et vos enfants vont payer.

ALORS OUI Kevin sera peut être en forme a 50 ans mais LUI travaillera surement encore a 70 !!

Vous êtes hypocrite et égoïste.
Réponse de le 11/10/2012 à 10:43 :
J ai 50 ans et je sais déjà que je vais devoir travailler jusqu'a 70 ans évidemment je travaille dans le privé et qui plus est je suis à mon compte.
Qui prend sa retraite à 50 ans les conducteurs de TGV avec 4500? de retraite par mois, la RATP, les gendarmes, l bref des fonctionnaires au systeme de retraite tres avantageux. Sans parler des fonctionnaires europeens qui pendant plus de 25ans avaient leur comptes rémunérés à 24% s'ils ne prenaient pas tout de suite la totalité de leur remunerations! et qui plus est ne paient pas d'impot! Merci de dire à François de remettre à plat toutes ces gabegies!
a écrit le 09/10/2012 à 21:42 :
Nos parents 68tards ont dilapidé toute la richesse accumulée des 30 glorieuses et vivre au dessus de leurs moyens. Maintenant il n'y a plus d'argent dans la caisse et ils nous laisse un monde en crise pendant qu'eux profiteront de la retraite que nous n'auront jamais mais qu'on doit malgré tout financer. Désolé mais les "rois" ce ne sont certainement pas nous...
a écrit le 09/10/2012 à 20:56 :
Les tablettes numériques sont dans les mains des écoliers, plus rien à voir avec le cahier et le stylo et pourtant on y apprend les mêmes bases : grammaire, histoire, orthographe ... ce qui change c'est la technologie employée, encore faut-il l'utiliser à bon escient .Alors les différences générationnelles semblent être un sujet de discussion à la bobo . Les salariés sont restés en bas de l'échelle et les grands patrons en haut , là on parle de hiérarchie sociale .
Réponse de le 09/10/2012 à 23:34 :
C'est la luuuuutteuuuuh finaaaleuh !
a écrit le 09/10/2012 à 19:26 :
J'ai publié en début de semaine sur mon blog un coup de gueule contre ce que je considère étre une création 100% marketing, la "Génération Y". Je l'ai intitulé "Le management classé X" mais j'aurais pu tout autant l'intituler quand l'arbre Y masque la foret de nos incompétences managériales et de notre gestion du changement. En étant propriétaire, je me permets donc de vous le replacer ici :

La génération Y a 20 ans ?

Le terme même de Génération Y est apparu pour la première fois en 1993 dans un magazine américain « Ad Age » il y a donc bientôt 20 ans. La seule chose a retenir de cette information, c?est que si l?on parle de la « Génération Y » depuis 20 ans c?est qu?on à pas réussi à résoudre le problème et plus certainement que l?on se trompe de problème.

Force est de constater que la « Génération Y » fait parler et divise. Elle fait parler tant elle alimente les débats sur les réseaux sociaux et dans la sphère médiatique et elle divise car au delà de grands principes édictés en évidence par un ensemble de cabinets conseil en management, aucune étude scientifique sérieuse n?a réellement prouvé l?existence de la génion Y. Pire encore différentes études contredisent l?existence même de cette génération Y et de celle que l?on nous annonce la génération Z. L?une des rares études comparant les générations, réalisée sur un échantillon français aboutissant même à l?absence de différences entre les X et les Y dans le rapport au travail. (l?on se reportera notamment aux travaux de Jean PRALONG repris dans les Actes de l?AGRH, 2009 : La génération Y au travail : un péril jeune ?)

Alors la génération Y nouvelle idéologie managériale ?

A grand renfort de « storytelling », de retours d?expériences, etc? l?on a donné un semblant de matérialité à ce concept. Ceci est d?autant plus simple que nous avons tous en tête des exemples ou la matérialité de la génération Y prend forme. Mais fondamentalement, quand on s?intéresse à ce que nous disent les collaborateurs, y a t-il des différences ? non?

Donc des différences existent mais il n?y a pas de différences, qu?est-ce que ce charabia ? A mon sens il convient de prendre un peu de hauteur et de replacer la notion de relation au travail dans l?entreprise et les organisations et de ne plus parler de génération Y mais de culture Y.

L?engouement autour du produit « Génération Y » se justifie simplement, voilà une clef de lecture simple (j?ai envie de dire simpliste), qui rejette les problèmes que rencontrent certaines de nos organisations sur un « bouc émissaire » et qui m?évite de faire m?interroger sur les évolutions de l?organisation du travail dans mon organisation. Parfait pour éviter les remises en cause non ?

Plus qu?une génération Y ne faudrait-il pas plutôt parler du développement d?une culture Y et de logiques de fonctionnement Y des organisations ?

Des organisations Y ?

Lors d?une conférence organisée par le Master Management des Ressources Humaines de l?Université de Lille, j?ai écouté avec intérêt Daniel RATIER de la Direction Générale du Travail qui présentait les résultats du rapport « L?impact des TIC sur les conditions de travail » et le flot de questions qu?il a suscité dans l?assistance sur le thème de modification et de l?affaiblissement des collectifs de travail. Et si nos organisations, dans leur évolutions au cours de ces dernières années, dans la course à l?intégration des technologies pour toujours être plus rapides, plus performantes, plus intelligentes avaient crée le monstre contre lequel nous essayons de lutter actuellement ?

Les technologies ont profondément modifié notre exercice professionnel (Mails, PGI, Lean Management?) en impactant les processus, la prescription du travail, le rapport au temps, etc? mais ils n?ont pas nécessairement modifié notre rapport au travail au niveau des attentes des collaborateurs. Nombre de collaborateurs, et singulièrement les plus jeunes (par le jeu des logiques de progression de carrière qui fait que les managers sont souvent des X) se retrouvent donc dans un environnement** de travail qui n?est pas en phase avec leurs attentes, ce qui pose un ensemble de problèmes liés à la motivation et à l?engagement professionnel. Il convient de convoquer la gestion du changement sur le banc des accusés.

La culture Y ?

Aborder le « Y » (prononcer « waïe » cela fait plus branché) sous l?approche de la culture c?est éviter certains écueils (comment expliquer l?existence de cinquantenaires « Y » ou de jeunes diplômés X par exemple), mais c?est aussi replacer l?entreprise dans le débat en examinant les évolutions (passées et en cours) des organisations et du rapport que ces organisations entretiennent avec le travail. Remplacer la génération Y par la culture Y permet alors d?envisager d?avoir une action sur les « Y » tout en tenant compte des réalités du travail et des conditions d?exercice de celui ci. C?est mettre en avant la nécessité d?observer en permanence les grandes tendances de fond face auxquelles nos organisations sont souvent en phase d?interrogation et de recherche d?un positionnement et d?en anticiper les impacts non pas nécessairement sur les évolutions qu?elles peuvent induire mais sur les modalités d?expression des attentes des collaborateurs.

C?est (peut être) en essayant de répondre à ces questions et en examinant ce que l?on désire faire dans l?entreprise que l?on pourra proposer une logique de management claire et efficace dans un monde qui n?est pas sans repère mais dans lequel les repères sont peut être trop nombreux. Trop d?information tue l?information, Trop de repères détruit la carte ?

Ce n?est pas en travaillant sur une génération « bouc émissaire » que l?on apportera des solutions, le problème est plus profond, nous devons revoir, comme abordé plus haut, notre approche de la gestion du changement en intégrant les notions de rapport au travail et la nécessité de replacer des repères clairs qui permettront aux collaborateurs d?exprimer motivation et engagement.

Ne succombons pas au caractère simplificateur et dé-personnalisant de la case X ou de la case Y ou Z, je succombons pas aux modes qui ne font que décrédibiliser notre action sur le long terme et donnent l'impression de papillonner sans s'intéresser aux véritables problèmes...

* PGI : Programmes de Gestion Intégrés ou ERP pour Entreprise Resource Planning tels que SAP, Baan, etc?
** Dans le sens de l?organisation, des moyens, du collectif de travail, etc?
a écrit le 09/10/2012 à 19:24 :
On établi un stéréotype de la génération des années 80 en les faisant passer pour ni plus ni moins que des "branleurs". Excusez moi du terme j'essaie de nommer clairement ce que certains décrivent de manière à peine voilée, faisant preuve par la même d'une ouverture d'esprit digne d'un mollusque à marée basse, caractéristique d'une certaine génération (tant qu'on est dans les stéréotypes). La véritable question n'est-elle pas de savoir quels sont les facteurs qui font que les salariés d'aujourd'hui n'ont pas les mêmes aspirations que leurs aînés. Est-ce un bien pour l'économie du pays et si ce n'est pas le cas qu'elles sont les actions à mener au niveau pédagogique, social, industriel? Quels phénomènes nous ont amenés à cette situation (oui, une évolution s'effectue sur plus d'une génération cf Darwin pour ceux qui en doutent).
Réponse de le 10/10/2012 à 0:47 :
En cours, ils ne prennent pas les cours, n'ont pas leur livre et dorment sur leur sac après avoir fumé.
Réponse de le 10/10/2012 à 10:30 :
EVA si c'est du premier degré, votre cliché a 10 centimes, vous êtes allé le chercher ou ? sur TF1 surement ?
Quelle intelligence !!!!! digne d'un mollusque...

Si c'était de l'ironie, lol :)
a écrit le 09/10/2012 à 18:29 :
Bien joué La Tribune !! Tout mon respect pour cet article qui ENFIN reconnait notre talent et nos émotions.
Réponse de le 09/10/2012 à 19:10 :
@xavier: au risque de te décevoir, saches que les émotions des uns et des autres, tout le monde s'en tape :-) Quant aux talents, en dehors de la pleurniche, ils restent à démontrer :-) mais, une fois de plus, c'est votre (les jeunes) avenir qui est en jeu, pas le mien :-)
Réponse de le 09/10/2012 à 19:26 :
@Patrickb : Eu égard à l'ensemble des commentaires que tu laisses sur ce site internet, il me semble que tu es un Modératroll.

Ne t'inquiète pas on prend notre avenir en main :)
Réponse de le 09/10/2012 à 21:11 :
@xavier: tant mieux si enfin tu décides de te prendre en main. Et ne vois mes commentaires en noir, car je n'exprime que la réalité de la vie que tu découvriras sans doute dès que auras atteint la maturité :-)
Réponse de le 10/10/2012 à 11:04 :
Et ca continue encore et encore. Le "daron" qui veut faire la morale au "djeuns". "moi, je travaillais à mon époque et toi tu glandes et tu ne comprends rien à la vie." Caricatural à souhait. Mais merci Patrick de nous donner raison...C'est déjà bien que votre petit-fils vous ait montrer comment utiliser le net...Bonne retraite à vous.
a écrit le 09/10/2012 à 18:17 :
C'est la génération des enfants rois qui se croient tout permis, sans qu'un adulte puisse leur donner une claque pour les punir. Résultat, ils ne respectent pas les adultes ni aucune autorité. C'est la génération gâtée pourrie, qui ne connait pas le respect.
Réponse de le 10/10/2012 à 10:04 :
Mais de quel respect parlez vous? Vous avez vu le monde que vous nous laissez? Pas de travail, pas de logement, de la violence et de la haine partout. Vous avez eu tous les avantages de vie possible et vous les avez consommés jusqu'à la dernière miette sans un moment penser aux conséquences pour les générations futures...
Personnellement je ne trouve pas cela très respectable. Alors vous pouvez crier et pleurer lorsqu'on vous dit que vous aller travailler 3/4 années de plus, mais nous la retraite on ne saura même pas ce que c'est... hormis le fait d'avoir financé la votre!
Alors ne venez pas nous parlez de respect, et continuez à tenir le plus longtemps les rênes du pouvoir (gouvernement et entreprise), car le jour ou la génération de branleur que nous sommes y sera, cela vous fera mal croyez moi.
Réponse de le 10/10/2012 à 13:03 :
@encoreY
Je suis de la même génération que toi.
Tu trouves que les plus anciens ne méritent pas le respect parce que le monde qu'il te laisse n'est pas assez confortable pour toi.
La génération au dessus de toi t'a nourri et jusqu'à preuve du contraire, elle n'est pas encore à la retraite. Donc, cette génération ne te doit rien.
Telle ou telle génération n'a pas à dire du mal d'une autre.
Réponse de le 10/10/2012 à 15:51 :
Le respect, on le doit toujours aux ainés, car ils ne sont pas responsables du monde actuel, du chômage, du logement, de la violence, des retraites... Les responsables, ce sont les politiques et le système capitaliste. La génération mai 68 n'a pas eut le choix, ni ceux d'avant, ni ceux d'après. Personne n'est responsable, sauf le dieu argent.
a écrit le 09/10/2012 à 17:59 :
Et moi ma génération elle a fait la guerre, et la mienne elle a pas de travail, bah moi chui payé une misère....pfff vous en avez pas marre de vous regarder le nombrile ?
a écrit le 09/10/2012 à 17:54 :
si l'on m' ajoute un X , cela donne un bébé femelle et un autre Y, un bébé mâle . Où est le changement ?
a écrit le 09/10/2012 à 17:34 :
Chaque génération veut les mêmes choses : se réaliser personnellement et professionnellement ! Même si je ne nie pas les difficultés actuelles, les générations d'avant ont aussi eu a se battre pour y arriver face aux seniors bien établis !
Réponse de le 09/10/2012 à 17:52 :
et étaient certainement aussi mal considérées que les Y de maintenant, et ca révoltait certainement certains d'entre eux... un éternel recommencement en somme.
Réponse de le 10/10/2012 à 9:34 :
Analyse partielle. Les générations précédentes ont été élevées dans la logique de l'obéissance car on avait besoin de main d'oeuvre nombreuse et docile.
Les temps ont changé, on attend de l'initiative et donc de la personnalité, et ce dés l'école primaire. Le revers de la médaille, c'est la remise en cause de la hiérarchie et de l'obéissance. Le changement apparu dans les années 60-70 n'est pas une spécificité française mais a concerné tout le monde occidental.
Les générations précédentes en période de plein emploi et de développement économique n'ont pas eu a se battre mais à remonter les manches sans se poser de question.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:39 :
L'histoire se répète, et c'est bien tout ce qu'il y a à conclure
Je comprends pas bien le concept de génération "Y", mais soit...En tout cas, je ne vois pas bien de ce qui diffère de la génération"X" dont je fais partie. Nous avons tous galéré pour trouver un job, sans surprise il est vrai car on nous avait promis l'enfer. Tous ceux que je peux connaître et qui y arrivent, ce sont tous sortis les doigts et ont bouffé des pâtes aux beurre avant de pouvoir les agrémenter d'un steak. A moins d'être issu d'un monde privilégié, je pense même qu'il n'y a pas d'autres méthodes. C'est très rare que les choses tombent du ciel, même si ça peut arriver.
Je partage néanmoins quelques analyses lucides des Y quant à l'état du pays qui nous est laissé (salaires, âges de la retraite,dette etc...), mais que pourrait dire les générations qui ont été envoyées dans les tranchées, les jeunes et moins jeunes grecs, espagnols etc...Notre sort me parait bien plus enviable non? Par ailleurs, ces "vieux cons" et "riches" de surcroit, sont nos parents n'est-ce pas? Je ne comprends pas bien certaines volonté de vouloir leur faire "payer" une situation qu'ils ont "subi" autant que les nouvelles générations. Auraient-ils eu de tort de profiter, alors que c'est exactement ce que demande la "génération Y"?
Enfin, pour conclure, on ne devient pas "riche" du jour au lendemain sauf sur TF1! Il faut se battre, s'accrocher, prouver et plus dur : confirmer. Selon moi, on ne peut reprocher à quelqu'un de posséder. Mais, à la lecture de certains commentaires, je dois avouer que je suis inquiet sur le principe de solidarité des générations en place dans ce pays, et je me demande si les gens qui se plaignent aujourd'hui de leur place dans la société, de leur rémunération, de leur difficulté à se loger (apparemment c'est bien, tout le monde part en vacances! Ouf...) sauront faire preuve de la générosité, du pragmatisme qu'ils réclament aujourd'hui, lorsque dans 20 ans, alors qu'ils se seront endettés sur 25 ou 30 ans et auront une situation confortable, ils devront laissé leur place au travail à leurs enfants et renoncer à leur retraite du privé (puisqu'il n'y aura aucun fonctionnaire fainéant dans cette "génération Y")...? Vous aurez compris, je trouve qu'il y a trop d'échanges de courte vue et caricaturaux empêchant un débat constructif, car il doit y avoir débat, c'est une certitude, sur la place du travail, la répartition des richesses, l'accès à la santé... En sommes, pour l'établissement d'un équilibre acceptable pour la majorité.
Réponse de le 10/10/2012 à 13:11 :
Désolé Seb,t'as rien pigé... la génération Y est créative, indépendante... On a juste pas envie que ce soit à sens unique... Et la retransmission du savoir ? et la retransmission de société ou d'emploi ou il y aurait encore des choses à Faire ? Non la génération X s'accapare de tout sans arret pour pouvoir en profité encore plus et on peur de changer et d'évoluer voila votre triste sort, peur de voir vos mauvais choix, peur pour votre image peur du quant dira t on est ce que c'est la confirmation ? NON c'est meme pas du bon sens c'est de l'égoisme a l'état pur et le seul subterfuge que vous avez trouver... c'est de tout garder pour soi puisqu'on a galérer donc on l'a mériter c'est pire que tout !
Réponse de le 10/10/2012 à 13:44 :
Mika, je suis justement inquiet qu'il vous arrive ce que tu décris. Je ne sais pas si le gen X est plus égoïste que les autres, peut être après tout...Ce que je sais, c'est qu'elle n'a pas revendiqué grand chose dans la mesure où on ne lui avait promis du chômage et la fin des retraites: n'avons nous pas été dans les mêmes écoles? N'empêche que j'ai aussi en tête la gen 68 libertaire, créatrive et dans la même querelle des anciens et des modernes que vous, et nous pouvons tous constater qu'aujourd'hui, il n'y a plus gd monde dans le larzac, qu'ils se sont embourgeoisés, qu'il nous laisse bien des cadeaux en héritage et qu'ils ne renonceront pas à leurs acquis d'eux-même(et non privilège, j'insiste). Alors que fait-on, on nivelle vers le bas?
Réponse de le 10/10/2012 à 22:03 :
C'est peut etre ca le souci... finalement niveller vers le bas... pourquoi ne pas trouver un juste milieu... peut importe si c'est haut ou bas c'est le fait de regarder droit vers l'avenir tout en restant vigilant... 'est peut etre ca le problème de la génération X.
Tout simplement.
a écrit le 09/10/2012 à 16:44 :
La génération Y (pourquoi ce nom ?) garantie par son travail et sa précarité le niveau de vie et les acquis sociaux des générations précédentes.
Alors les critiques sont mal venues.

Réponse de le 09/10/2012 à 16:56 :
Y en anglais se prononce comme le mot "why" qui signifie "pourquoi". C'est tout.
Réponse de le 09/10/2012 à 17:10 :
@née en 80: Y pour être gentil, car on aurait pu choisir Z comme zéro :-) Les acquis sociaux sont le fruit d'âpres combats des générations antérieures. L'avenir appartient aux générations futures qui doivent également se battre pour avancer ou du moins conserver les acquis sociaux acquis par les autres. Mais avec la génération Y, c'est plus qu'une gageure :-)
Réponse de le 09/10/2012 à 17:15 :
la generation Y paye pour la precedente qui a sur-endetté le pays et connue le travail alors que maintenant on ne connait que les crises a repetition. pour preuve comparez l'evolution des salire de la generation X et celle de l'Y ; on est pas aussi bien loti que vous dites
Réponse de le 09/10/2012 à 18:59 :
@né aussi: 1) il ne faut pas hésiter à rencontrer ton patron pour renégocier ton salaire 2) le lit douillet dans lequel tu te trouves est tout de même plus confortable que celui de nombreux pays même si ce sont tes parents qui le borde tous les soirs pour toi :-) et je me répète, mais c'est bien aux générations futures d'assurer leur avenir !!! Personne n'a jamais été bien loti, il faut constamment se battre, c'est ça la vie, pas les pleurniches continuelles dont personne n'a rien à faire !!!
Réponse de le 09/10/2012 à 19:43 :
C'est vrai, "il faut constamment se battre" : si la génération Y souhaite s'en sortir et ne pas etre ecrasée sous les cotisations sociales, elle doit procéder à un génocide massif de vieux... Attention: cela risque de réduire grandement le nombre de commentaires sur latribune.fr (vu le nombre d'entre eux qui y traine entre deux tours de France en camping car et les visites des appartements défiscalisés)
Réponse de le 09/10/2012 à 21:06 :
@Exact: parce que tu crois qu'éliminer les vieux règlerait les problèmes ? Comme si c'était eux qui prennaient les décisions :-) C'est vrai que tuer la mémé du palier est plus facile qu'affronter les troupes gouvernementales. Comme si c'était les vieux qui prennaient les décisions :-) Encore une fois tu te trompes de cible :-)
Réponse de le 10/10/2012 à 7:12 :
@née en 1980 cessez de geindre et battez vous!si vous croyez que nos carrières ont été faciles!a 50 ans nous étions usés!
Réponse de le 10/10/2012 à 9:18 :
@Patrickb & retraité ratp : c'est la generation X qui ce plaint tout le tps de la Y. Nous on ce plaint des meme pb que vous (travail, société, vie cher) mais on passe pas notre tps a dire ho eux ils ont que la vie facile et ce sont de fainéant. oui on doit se battre et on le fait alors arretez de tjs tout dénigrer
Réponse de le 10/10/2012 à 9:18 :
@Patrickb & retraité ratp : c'est la generation X qui ce plaint tout le tps de la Y. Nous on ce plaint des meme pb que vous (travail, société, vie cher) mais on passe pas notre tps a dire ho eux ils ont que la vie facile et ce sont de fainéant. oui on doit se battre et on le fait alors arretez de tjs tout dénigrer
Réponse de le 10/10/2012 à 9:18 :
@Patrickb & retraité ratp : c'est la generation X qui ce plaint tout le tps de la Y. Nous on ce plaint des meme pb que vous (travail, société, vie cher) mais on passe pas notre tps a dire ho eux ils ont que la vie facile et ce sont de fainéant. oui on doit se battre et on le fait alors arretez de tjs tout dénigrer
Réponse de le 10/10/2012 à 13:17 :
@Née en 1980: le travail de TOUTES les générations "garantit" le niveau de vie du pays, et je connais très peu de jeunes ayant décroché un CDI à 40k? par an en sortant de l'école: où avez-vous vu ces exemples? Je ne vois pas ce qui change par rapport aux autres générations, même si je reconnais que la période n'est pas "drôle".
a écrit le 09/10/2012 à 15:33 :
Je dirais juste que la "generation Y" est bcp plus stressé, oppressé et contrainte. On lui demande tjs plus en moins de temps! il ne faut pas s'etonner si on exige plus d'eux qu'ils exigent plus des autres.
Réponse de le 09/10/2012 à 16:19 :
Et vous avez oublié, pour le moins cher possible
Réponse de le 09/10/2012 à 16:32 :
c'est sûr, demander un travail, correct de plus, ça oppresse...... Au vue des résultats, quand l'y daigne faire acte de présence, c'est déjà trop cher!
Réponse de le 09/10/2012 à 17:46 :
@stress: vous devez pas en connaitre beaucoup, des jeunes de la génération Y pour dire ce genre d'aneries...
a écrit le 09/10/2012 à 15:33 :
Je dirais juste que la "generation Y" est bcp plus stressé, oppressé et contrainte. On lui demande tjs plus en moins de temps! il ne faut pas s'etonner si on exige plus d'eux qu'ils exigent plus des autres.
a écrit le 09/10/2012 à 15:33 :
Je dirais juste que la "generation Y" est bcp plus stressé, oppressé et contrainte. On lui demande tjs plus en moins de temps! il ne faut pas s'etonner si on exige plus d'eux qu'ils exigent plus des autres.
a écrit le 09/10/2012 à 15:29 :
Quand je lis ça, je me dis que les "pauvres" boomers, dans quelques temps, risquent fort de se prendre un gros retour du bâton ...
Réponse de le 09/10/2012 à 16:54 :
Tout à fait d'accord: à commencer par les taxes qui vont attaquer leurs pensions de retraite pour lesquelles ils se sont tant mobilisés...En même temps, c'est un juste retour des choses; ce n'est pas qu'aux "Y" de rembourser la dette abyssale...que les baby-boomers ont allègrement creusé, ces 30 dernières années!!!
Ils nous devraient presque des excuses officielles pour l'état dans lequel ils laissent l'économie des pays développés!!!!
a écrit le 09/10/2012 à 15:23 :
sans doute mal tomber, mais des salariés y c'est : je prends, prends, prends encore, ne donne rien, vous prends pour une tâche, et se casse quand je peux pas prendre assez vite, ou si c'est trop fatiguant.
Sans parler d'un comportement sans le minimum d'éducation pour vivre en société :
des ingénieurs a briffer pour : non, on salue d'abord, oui, il y a une tenue minimum avec un client...
Pour l'anecdote, c'est la première fois la semaine dernière, qu'un DAF m'a avoué recruter uniquement à partir de 40 ans, il ne veut plus s'emmerder avec des parasites....
Réponse de le 09/10/2012 à 17:39 :
Donc probleme d'éducation, ce que je ne conteste pas. Par compte c'est vrai qu'un jeune doit s'éduquer tout seul c'est bien connu, les parents n'ont jamais eu leur responsabilité dans l'éducation... Donc, et a la lecture de votre commentaire, je peux postuler que c'est une sorte de retour boomrang qu'est cette génération Y si "parasitaire....
Réponse de le 09/10/2012 à 18:20 :
Hi hi hi ca doit surement etre parce que vous ne savez pas ou trouver les bons, que vous les payez en-dessous du marche ou encore que vous ne savez pas leur vendre votre projet et les motiver... Mais d'autres y arrivent tres bien et ca donne d'excellents resultats! Mais continuez-donc, ainsi que le DAF que vous evoquez, a booster l'emploi des seniors plutot que d'embaucher des jeunes, ca c'est de la solidarite nationale (a defaut d'etre un choix economiquement optimal...)
Réponse de le 09/10/2012 à 19:04 :
@Tyler: si tu considères que leposte qu'on t'offre est mal payé, je ne pense pas qu'on t'oblige à l'accepter. Le marché dont tu parles, c'est l'offre et la demande et si tu acceptes un poste à un prix donné, c'est que tu acceptes le prix du marché dans lequel tu opères.
Réponse de le 09/10/2012 à 19:36 :
@Patrickb: Bien d'accord, je repondais au propos de "parasite" qui me semblent absurdes ("faut pas embaucher les jeunes ils sont nuls") et totalement sous-optimaux economiquement parlant (se priver d'une ressource bon marche, bien formee, avec des idees neuves, qui partira a la concurrence au lieu de venir bosser dans sa boite...). D'ou ma question, "parasite" match-t-il le market range pour avoir des propos aussi categoriques? Si non, il ne faut pas s'etonner qu'il ne garde pas les bons... A titre plus personnel (et en toute humilite...), je suis jeune, bon, je bosse dur, et il y en a beaucoup dans ce cas-la dans la generation Y... Fort logiquement, je gagne d'ailleurs tres bien ma vie. Par contre, quand je passe des entretiens, c'est a double-sens, et j'evalue egalement ma future equipe potentielle et la culture d'entreprise, histoire de ne pas tomber sur un boss aussi ferme et archaique que "parasite"...
Réponse de le 10/10/2012 à 0:22 :
@Patrickb: bien d'accord avec vous! Et de mon cote ca va tres bien... Mais quand je vais passer des entretiens, c'est a double sens, et j'evalue egalement ma future equipe potentielle et la culture d'entreprise associee, histoire de ne pas me retrouver avec un boss archaique et fermee comme "parasite"... Si ce dernier ne parvient pas a garder les bons, on peut legitimement se demander si il match le market rate...
Réponse de le 10/10/2012 à 3:15 :
@Tyler: le népotisme a toujours existé et les nuls ont souvent eu des postes qu'ils ne méritaient surement pas, mais c'est aussi cela la vie. Quand j'ai commencé à travailler, le droit de cuissage était même de rigueur !! Il faut constamment s'adapter au lieu de constamment avoir le mouchoir à la main comme la jeunesse d'aujourd'hui. Réveillez-vous les gars avant qu'il ne soit trop tard !!!
Réponse de le 10/10/2012 à 11:24 :
@Patrickb: la mouchoir a la main n'est pas une attitude propre a la jeunesse d'aujourd'hui; elle est propre aux Francais en general...
a écrit le 09/10/2012 à 14:54 :
Je dirais simplement que cette génération actuelle est beaucoup plus proche, dans sa culture, de l'esprit des pays anglo-saxons que de l'esprit de la génération X. Pour le mieux à mon sens.
Réponse de le 09/10/2012 à 16:30 :
Copier les usa est pour le mieux ? Grosse blague ?
Réponse de le 09/10/2012 à 17:12 :
@Matthieu: c'est sûr que l'herbe est plus verte chez les autres et qu'aux US, on paie les gens à ne rien faire :-)
a écrit le 09/10/2012 à 14:43 :
C'est bien de parler de génération Y d'employés mais est-ce qu'on ne pourrait pas aussi parler d'un nouvelle génération d'entreprises ? Quand on voit que la plupart des jeunes ingénieurs commencent leur carrière comme prestataires pour des marchands de viandes avec une rémunération faible, des managers les considérant comme des produits à placer et une stabilité proche de zéro à cause des changements de mission, il ne faut pas s'étonner que les valeurs des ces jeunes "sauvageons" soient différentes de leurs aînés.
Réponse de le 09/10/2012 à 16:43 :
Mais la génération X (ma génération - 1960 et 1979) a composé avec ces mêmes marchands de viande! Les SSIIs ne sont pas une nouvelle génération d'entreprise. Ca fait plusieurs décennies que ces entreprises là sévissent et leurs méthodes n'ont jamais changé d'un iota depuis qu'elles existent.
Réponse de le 09/10/2012 à 17:48 :
Et le fait que le salaire d'embauche n'ait que tres peu augmenté, quand l'immobilier, l'alimentation et autres montent en fleche, c'est pas une différence importante selon vous? De plus, il suffit de regarder les chiffres pour voir que la proportion de SSII dans l'ingénierie est sans commune mesure avec ce qui existait il y a 20 ans.
Réponse de le 09/10/2012 à 19:31 :
Dans certains pays anglo-saxon, il y a des agences de placement qui prennent une commission de 10% du salaire versé par l'employeur. En France, les SSII facturent entre 350 et 450 euros par jour des ingénieurs qui coûtent entre 190 et 250 euros par jour. Cela s'appelle le modèle social français. Cela sert à entretenir une pyramide d'inactifs qui eux sont grassement rémunérés. Alors, c'est vrai que j'oublie les frais de fonctionnement. Parlons-en. Les locaux sont ceux du client. Le matériel de bureau est fourni par le client. Le matériel informatique est fourni par le client.
a écrit le 09/10/2012 à 14:42 :
Les pigeons de l'immobilier.
a écrit le 09/10/2012 à 14:12 :
OUF. Le dernier article était effectivement atterant, celui là vise juste.
a écrit le 09/10/2012 à 14:07 :
Comment voulez vous apporter de la motivation au travail à une jeune recrue quand vous la payez au smic, et qu'elle restera (au mieux) en CDD (à reconduction permanente) car l'entreprise ne recrute pas ? Comment voulez vous la motiver et l'intéresser, quand vous même, employé depuis 25 ans, vous ne comprenez plus la finalité de votre propre travail, les décisions prises par vos managers, qu'il n'y a plus de communication descendante ni de tentative d'impliquer et faire adhérer vos employés, quand votre entreprise n'a pour unique plan stratétique depuis 10 ans que de faire des économies (et alors que dans le même temps les profits sde portent très bien), .... ?
Réponse de le 09/10/2012 à 14:30 :
merci pour votre commentaire qui remet bien les accents, parce qu'avec ce qu'on doit déjà subir dans ce monde crée par les génération précédentes, ils nous traitent en plus de tous les noms!
Réponse de le 09/10/2012 à 17:14 :
@assez: commentaire symptomatique de la génération Y :-) Un conseil simple au lieu de pleurnicher: si t'es si compétent et intelligent, crée ta propre entreprise :-)
Réponse de le 09/10/2012 à 17:44 :
Et j'ajouterai, un brin pessimiste, que a la vue de l'économie mondiale pour la prochaine décennie, de l'écologie qui est bien loin des préoccupations, de l'augmentation du cout de la vie, et je ne parle même pas du prix de l?immobilier, et bien d'autre exemples, il n'ya rien de gai dans la société laissé par nos donneur de leçons.... et donc pour notre avenir
Réponse de le 10/10/2012 à 11:11 :
@Patrickb. Non tu n'as pas compris mon propos et je t'invite à me (re)lire. Comme indiqué, je travaille depuis 25 ans, donc je ne suis pas de la génération Y. Mon commentaire était un témoignage de ce qui se passe dans mon entreprise depuis une décennie. Je ne pleurniche pas sur mon sort, car je pense être très bien payé pour ce que je produis (car les seules pré-occupations des dirigeants de mon entreprises depuis 10 ans sont de faire des économies - malgré des profits déjà conséquents -, pas de se développer en utilisant aux mieux ses capacités actuelles).
a écrit le 09/10/2012 à 13:50 :
Tout ce qui divise...n'a pas sa place dans notre pays.
Il faut de la place pour tous...il faut des créations de postes!!! voilà la solution
Après la baisse du chômage plus personne ne parlera de Y...W...X...K...
Réponse de le 09/10/2012 à 17:13 :
Merci pour cette solution, personne n'y avait pensé...
a écrit le 09/10/2012 à 12:47 :
Accessoirement, on ne peut pas demander à un stagiaire de 25 ans payé au lauce-pierres de s'investir autant qu'un salarié en CDI avec un véritable salaire. Faut arrêter de se foutre de la gueule des gens 5 minutes.
a écrit le 09/10/2012 à 12:34 :
oui bon, ft pas etre a une contradiction pres; personne ne veut ' vivre pour travailler', c'est clair! proposez un emploi a temps partiel, et '' bizarrement'', les memes personnes vous repondent ' je ne veux pas un salaire de misere, je veux bien vivre, avoir un iphone , une voiture neuve, des vacances aux seychelles''; forcement si les parents de baptistes et cecile leur ont dit ' ne vous foulez pas, le travail ca fatigue, faites faire le travail par qqun d'autre', oui ils ont ete leurres..... moi mes parents et mes profs m'ont enseigne le contraire...
Réponse de le 09/10/2012 à 12:49 :
Et vous dites quoi de la réalité du monde du travail pour beaucoup de Y, à savoir des postes à responsabilités à plein temps de cadre, ou on ne doit pas compter ses heures, mais payés moins bien qu'un mi-temps de caissier ? Vive les stages ?
Réponse de le 09/10/2012 à 13:59 :
Comme dhab Churchill s'egare, le pourvoir politique et l encadrement sont au main de papyboomer qui n ont rien compris a l evolution du monde economique mondialise et qui "craignent" cette generation Y. Rien que dans ma societe j en suis rendu a un encadrementa n+7.......donc systeme opaque, patiarcale, qui freine la prise de decision.... Si on va du cote recrutement pareil, les RH ne s interessent quaux diplomes, au parcours sans tenir compte de la volonte de bien faire, de la motivation, et en excluant tout parcours atypique.......
Réponse de le 09/10/2012 à 14:38 :
je doute qu'on vous donne les memes postes que des cadres pdt les stages, meme s'il y a de nombreux abus ( dans toutes les tailles d'entreprises, d'ailleurs, et a ts les niveaux de responsabilites)
Réponse de le 09/10/2012 à 14:42 :
@Désabusé je ne craint pas grand chose et pas grand monde; votre pbs, c'est qu'on vous a ft croire que le monde ne pouvait pas tourner sans vous et ' qu'on n'attendait que vous'; l'education de l'enfant roi qui a droit a tout en faisant sa petite crise de cinema, en entreprise, c'est fini.... faites vos preuves dans la duree, ca ira aussi.... et faire ses preuves, ca veut aussi parfois dire ' donner de sa personne'... voila les vrais regles.. si vous ne voulez pas jouer avec, soit devenez independant, soit prenez un abonnement immodium a vie..........pour le n+7, je croyais que ca n'existait plus qu'en coree du nord; ce type de hierarchie est morte.. question de temps
Réponse de le 09/10/2012 à 14:48 :
@Désabusé pour les drh, oui il y a un gros soucis de ce cote, c'est AUSSI un secret de polichinelle..... je vais quand meme vous raconter une petite histoire ( de la semaine derniere).... un bon copain gere un service info, avec de gros chantiers; il a engage il y a 2 ans un ingenieur qui certes ft son travail , mais part a 5 heures ' car il ne veut pas vivre pour travailler'... il lui a ete signifie que ca serait bien que pour finaliser le projet en cours il reste plus tard, comme tt le monde.... il ne voulait pas et on ne pouvait pas le forcer.....mon copain a donc donne le poste convoite par l'ingenieur au technicien en dessous, certes mois ' diplome', mais autrement plus motive; vos diplomes, ca va a l'embauche, apres ce qui est important c'est que le travail soit fait et justifie votre paye; le reste c'est de la foutaise.... si ca peut un peu vous remonter le moral ;-)
Réponse de le 09/10/2012 à 14:50 :
En utilisant l'ancienne définition de cadre ca aurait été parfaitement vrai. Mais maintenant il y a les cadres du 21 eme siecle : un employé d'une boite de presta payé moins de 30k à qui l'on confie toutes les tâches ingrates et qui ne connait pas les 35 heures.
Réponse de le 09/10/2012 à 14:58 :
Sinon vous sortez de chez vous parfois ? Vos commentaires datent d'hier. Voire d'avant hier.
Réponse de le 09/10/2012 à 16:32 :
Donner de sa personne ? Je ne donnerai rien, je vends de ma personne à la rigueur. C?est fini l'entreprise à papa, maintenant le monde est bcp plus dur. Les embauches ne se font plus, les salaires sont gelés, les compétences demandées toujours plus élevées (comme les impôts à la sortie). Sans compter l'enfer des transports en Ile de France, faudrait donner encore plus. Vous avez créez un monde où tout se monnaye, voici le résultat.
Réponse de le 09/10/2012 à 16:38 :
Aujourd'hui être indépendant dans l'informatique est devenu très difficile. Les grands groupes ne veulent plus travailler avec pour mettre la pression sur les salaires.
Quant à votre collègue qui part à 17h, qui a voté les 35h, laissant croire que le travail se partageait ? Ce n'est pas la génération Y. Ensuite ne sont-ce pas vos enfants ?

Bref, aujourd'hui, les femmes doivent travailler aussi, ceci explique sans doute pourquoi la génération Y ne peut pas donner beaucoup plus que ce qu'elle donne déjà.
Réponse de le 09/10/2012 à 17:13 :
Je comprends bien que les conditions de travail et financières sont misérables mais pourquoi penser que ces conditions ne concernent que la génération Y? Des prestas précaires et mal payés, il y en avait déjà quand la génération Y avait 5 ans. La génération Y n'est pas plus sacrifiée que celle d'avant (la mienne, par exemple, je ne suis pas une baby-boomeuse).
Réponse de le 09/10/2012 à 18:36 :
t'enerve pas @churchill, quand je disais ' donner de sa personne', c'est donnant donnant; j'ai donne un exemple plus haut pour etre un peu plus clair.... le jeune qui deboule 'tt frais diplome' , veut une a5 de fonction avec iphone et carte platinium pour les frais, c'est le lot courant, c'est toi qui devrait sortir de ton monde... ca marche pas forcement.... c'est pas mon collegue qui a vote les 35 heures, lui il cherche des collaborateurs qui font le travail, ft lire avant de critiquer.... maintenant je vais vous dire un truc, si vous n'etes pas content de la france qui est un pays bloque, bienvenu au royaume uni; tt le monde se fout de vos diplomes, il n'y a que le resultat qui compte... moi je conseille aux jeunes francais motives de partir, les moins bons resteront; apres c'est pas la peine de gesticuler, ca sert a rien, la france a une preference macroeconomique pour le chomage, meme les economistes de gauche ( cahuc, p ex) le savent, c'est dire quelle heure il est... sauf que personne ne va dire que les jeunes servent en france de variable d'ajustement...... c'est pas moi qu'il faut pendre, c'est ceux qui vous ont menti, et ceux qui vous ont berces d'illusions et de droits acquis depuis votre naissance ( parents, instits, etc...)........... le maire de londres a dit qu'il accueillait toutes les bonnes volontes !! ;-)))))))))
Réponse de le 09/10/2012 à 18:40 :
ah, et petite precision, je ne suis pas baby boomer, des jeunes francais j'en ai formes ( et des jeunes etrangers aussi); churchill a dit ' je n'ai a vous offrir que du sang, de la sueur et des larmes'... meditez et agissez en consequence, vous aller vous faire arracher la tete sinon... des droits acquis ca n'existe pas, tt se merite ( oui c'est pas ce qu'on vous a enseigne? eh ben bienvenu dans le monde ou ceux qui parlent sont ceux qui payent ( a la difference de ceux qui font des cadeaux ' payes par personne' comme il est d'usage dans votre pays)
Réponse de le 09/10/2012 à 19:00 :
@Churchill. Je reconnais et respecte les propos de votre génération. Mais il ne sont plus adaptés à la réalité du moment. La réalité du moment, c'est que quelqu'un qui travaille dur, plus et mieux que les autres, n'en retirera aucun bénéfice. Aucun. Il continuera de percevoir le même faible salaire. Il continuera d'occuper le même poste. Son évolution ne dépend en rien de son mérite, mais des bonnes relations avec son responsable, et des feux verts "d'en haut" pour accorder des enveloppes d'augmentation. Une bonne relation, de nos jours, cela peut être le même pétard, le partage de films illégalement téléchargés, la pinte de bière du midi. Et ce responsable, dans une SSII, c'est quelqu'un qui peut n'avoir strictement aucune idée de ce qui est réellement fait chez le client! Quant au feu vert d'en haut, il est plutôt gelé au rouge... Bref, et en résumé, la génération Y on ne l'a pas inventé. Elle a déjà existé chez nos voisins de l'Est, et mature elle déclarait "ils font semblant de nous payer, alors on fait semblant de travailler". Mais comme aujourd'hui on a d'autres centres d'intérêts que de s'oublier dans la vodka, on ne fait semblant que jusqu'à 17h, puis on débauche.
Réponse de le 09/10/2012 à 19:21 :
@churchill: je confirme, il n'a pas menti Boris ^^. On est d'ailleurs de plus en plus de jeunes francais a partir... Pourtant la conjoncture n'est pas non plus folle en ce moment, mais tout de meme, ca n'a pas de prix de ne pas avoir Melenchon sur France Inter au reveil, ou encore la rubrique des plans sociaux ecrases dans un journal repute comme etant "serieux"; on se leve d'un bien meilleur pied et on est pret a en decoudre!
Réponse de le 09/10/2012 à 19:30 :
Mais c'est quoi ces pleureuses?
Je fais partie de la generation Y, je suis partie pendant 2 ans travailler au quebec (paye a l'heure, plus de 50h par semaine et j'ai du prendre 10 jours de vacances en 2 ans. pourtant je ne m'en suis jamais plein).
ensuite un petit tour a londres.
Ensuite je devais retourner au quebec mais probleme de papier j'ai commence a cherche en france mais ce pays est une blague.
Je suis donc actuellement en suisse ou je n'ai pas de 35h, pas de RTT ni 5 semaines de vacances mais je m'en fou j'aime mon job.

Sinon niveau RH, au quebec bon ecoute votre diplome je m'en fou je le connais meme pas. Par contre la j'ai un tableau alors demain vous allez chez un client il a ca comme probleme vous faites quoi?
La meme chose en suisse.
en france a mais vous avez fait cette ecole tres bien signer la...

P.S la generation Y si vous n'etes pas content de votre salaire de vos vacances ... je vous dis comme je dis a tous mes collegues de lycee bouger votre cul le monde est grand
Réponse de le 10/10/2012 à 1:08 :
C'est pas aussi simple que ça... car la société explose et croule sous les dettes parce que certains veulent se payer à rien faire alors que les autres doivent trimer en entreprise et dans la précarité. La performance de l'Europe est plus que nulle... c'est un problème économique majeur car la conséquence est que le chômage monte en flêche et le niveau de vie s'écroule... on a mené de bien mauvaises politiques, latitudinaires... Quelle place dans la société après les études? Aucune... on ne veut pas de vous! D'ailleurs les services du chômage ne vous aident pas. Avec un master on vous propose de distribuer des pub dans des boites aux lettres. On croit rêver!
Réponse de le 10/10/2012 à 3:19 :
@Isa: en effet décevant pour ceux qui en veulent et qui de toute manière s'en sortiront. Mais il faut aussi dire que tout le monde a bac + aujourd'hui parce que les politiques ont rabaissé le niveau. Le résultat, c'est que la plupart de ces diplômes n'ont aucune valeur et les employeurs le savent.
Réponse de le 10/10/2012 à 10:37 :
Génération X ou Y quelle importance? Comparons ce qui est comparable et il y a un fossé économique entre les deux générations qui font que malheureusement , aujourd'hui n'est pas comparable avec hier. La vie est dure pour tout le monde. Les Y , croyez bien que tout n'était pas tout rose pour nos parents non plus. Ils en ont chiés comme nous parfois plus. Ce qui est sur c'est qu'on ne peut pas avoir une belle voiture , une belle maison , un beau téléphone sans rien faire. Il faut accepter de se bouger les fesses , de faire parfois plus d'heures au boulot pour montrer que l'on est investi et que l'on n'est pas un branq pour gravir les échelons ou obtenir des postes à responsabilité. La plupart des gens démarrent au bas de l'échelle (voire à la cave) quelque soit leur diplômes , leur niveau d'études ou leurs compétences. Je suis entre les deux générations , j'ai des beaux biens matériels mais j'ai du m'arracher le cul pour les avoir. Je n'ai pas volé l'argent que j'ai gagné. Et quand je vois comment mes parents m'aide (pour des travaux ou financièrement quand j'ai eu des périodes difficiles) , je suis contente qu'ils soient toujours là notamment parce que je finance leur retraite.
Réponse de le 10/10/2012 à 11:05 :
Je rajouterai que si X et Y il y a ; alors celle d'après serait la Z? Et bien celle la me fait encore plus peur !! Z comme la fin ! Parce que la violence et la haine dont les médias nous parle tous les jours , ce n'est pas la génération Y de 25-28 ans mais celle d'après de 15 à 20 ans !
Réponse de le 10/10/2012 à 11:32 :
Tout ça tient de la guéguerre... Les "vieux" critiquent les "jeunes cons", ce à quoi les jeunes répondent "c'est vous qui nous avez éduqués".
Si les papys boomers étaient jeunes aujourd'hui, ils feraient comme nous. Et si nous avions vécu leur époque, nous aurions fait comme eux. On ne se comporte différemment que par ce que les époques sont différentes.

En plus on reste dans la généralité... Tous les papy boomers ne se sont pas gavés, et tous les jeunes ne galèrent pas forcément aujourd'hui.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:25 :
Génération Y...c'est la mienne.
On critique on critique...mais il faut voir la réalité des choses:
- On vous dit "il faut avoir un diplôme pour s'en sortir". On fait (et je parle de bac+5 gestion ou ingé). En s'endettant souvent.
- Arrivé sur le marché du travail: "pas assez d'expérience". Alors on prend ce qu'on trouve, stage ou CDD, mal payé, on ne sait pas où on est dans six mois.
- Au bout de deux trois ans comme ça, on vous dit "vous avez diverses expériences, vous êtes instable, vous ne vous fixez pas". Mais c'est que j'aurais bien aimé me fixer moi! J'aurais bien aimé avoir un vrai boulot en rapport avec mon diplôme, j'ai pas trouvé parce que je n'avais pas d'expérience. Et tu viens me le reprocher?

Et quand enfin tu trouves un job, tu te retrouves dans une organisation "figée", avec parfois (souvent en analyse fonctionnelle) des personnes en interne propulsées chef de projet qui n'y connaissent rien (sauf expérience indéniable de l'entreprise, mais ce n'est pas suffisant), et tu dois les regarder faire idioties sur idioties sans rien dire...

Et le temps passe, 5 ans après le diplôme, tu as fini de rembourser tes dettes, tu as un job qui ne correspond pas à ce que tu voulais, aucune marge de progression (dix attendent la retraite de Mr G pour prendre sa place depuis 10 ans), quand tu songes à monter ta boîte tu ne peux pas avoir de financement à cause de ta situation trop précaire...Alors t'attends les RTT. Elle est pas belle la vie?

Ah oui aussi: l'expérience à l'étranger, ça marche pas non plus...

Signée: un génération Y dégoûtée.
Réponse de le 10/10/2012 à 18:20 :
Compliqué comme débat. Pour ma part, je suis un Y dans l'esprit (né en 79). Je me plains peu, mais je divague dans un monde du travail complètement psychorigide et paranoïaque. Les études, elles sont finies depuis longtemps, et pourtant ma vie professionnelle consiste à écouter les recommandations, réprimandes et salves d'autosatisfaction de supérieurs tous plus abrutis les uns que les autres. De temps en temps, une perle rare, X ou Y peu importe, qui donne envie d'aller de l'avant, de s'investir. Encore faut-il pouvoir rester dans cette boîte et ne pas se faire assoir de force dans une charrette (plan social septembre 2012 me concernant). Bon... c'est pas la mort, car voyez-vous j'ai un toit pour moi et ma famille, ma bedaine me dit qu'elle ne va pas trop mal, et je sais prendre du RECUL.
Les arguments des uns et des autres sont certainement recevables (j'ai pas tout lu), mais prendre comme constat la situation actuelle et hurler qu'elle ne devrait pas être comme elle est, au final, cela ne fait rien avancer, même si c'est juste.
Faîtes comme moi, divaguez de postes en postes, mal payés, ingrats, chronophages, inintéressants, et quittez les, de votre chef ou parce qu'on vous y oblige, car la vie est courte, et mieux vaut à mon sens des moyens financiers limités en étant heureux que ces hordes de cadavres sur pattes bien lotis.
Il faut pour cela avoir des couilles.
Réponse de le 10/10/2012 à 23:20 :
Oh la la que de bruit pour rien ! Ces Y qu'ont-ils de différent des jeunes adultes d'il y a 20 ou 40 ans ? Et eux, ils ont l'air de croire que mal payé et trimballés de poste en poste sans espoir d'avancement c'est un truc nouveau que personne n'a vécu avant et que la génération de leurs parents est bien confortable !! Moi j'ai 20 ans de plus et j'ai vécu et vit toujours ça. Pourquoi se plaindre des générations précédents ou de celles qui nous suivent ? A quoi cela sert-il ? Chaque génération a ses difficultés qui se valent plus ou moins non ? Les générations actuelles travaillent plus pour gagner moins que leurs parents ? Mais c'est exactement ce que je pense de ma génération aussi !! Faut arrêter ce délire paranoïaque et retrouver le sens de la solidarité intergénérationnelle qui est bien perdu dans ce pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :