Le «burn out», grand absent des maladies professionnelles

Le syndrome d'épuisement professionnel, dit de «burn out» n'est toujours pas reconnu en France au titre des maladies professionnelles. Faute de statistiques mais aussi de méthodologie qui permettrait de déterminer la présence de facteurs dangereux pour la santé psychique des salariés. D'où l'urgence d'établir un langage commun autour du travail.

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

Au Japon le fameux et néanmoins tristement célèbre "karoshi", ou "mort par surmenage" de salariés se tuant littéralement à la tâche, est reconnu comme accident du travail depuis les années 70. En France, les cas de suicides au travail ont beau se multiplier et les salariés se «tuer» à la tâche pour surseoir aux exigences de productivité toujours plus intenses, le «burn out» n'est pas répertorié dans les maladies professionnelles. Bien que les CHSCT s'emparent désormais très régulièrement des risques psycho-sociaux et que les avocats tentent de faire reconnaître de plus en plus souvent la responsabilité de l'employeur. Et qu'enfin médecins du travail et syndicalistes s'inquiètent de ce phénomène qui vient bousculer les modèles d'observation, de règlementation, de négociation sociale et in fine de management.

Epuisement émotionnel

Pourquoi un tel vide juridique? Parce qu'il est extrêmement difficile de détecter ces facteurs dans une entreprise, de dénoncer un climat social délétère, de mobiliser un encadrement débordé et de cerner des objectifs contradictoires porteurs d'injonctions paradoxales.
Or le syndrome d'épuisement professionnel est incontestablement lié au travail. Il guette les salariés soumis à d'intenses pressions et un stress permanent. "C'est un sur-engagement professionnel caractérisé par un épuisement émotionnel, une perte d'estime de soi et la déshumanisation de la relation à l'autre", expliquait le Dr Agnès Martineau-Arbes, lors d'un récent colloque sur ce syndrome. Pour ce médecin du travail, le terme anglais résume bien l'état d'une personne qui "se consume, physiquement et moralement jusqu'à épuisement total, jusqu'à avoir brûlé toutes ses réserves". Il atteint des personnes "extrêmement engagées dans leur travail et qui veulent bien faire", précise-t-elle.
"Exposé à un stress permanent, le salarié n'arrive pas à décrocher, augmente les cadences (...) Il en fait de plus en plus pour des résultats de moins en moins bons. Pour finir, le salarié acquiert la conviction qu'il est devenu incapable de faire son travail", résume ce médecin. Les signaux d'alarme, désormais bien identifiés par la médecine du travail, sont, pêle-mêle: troubles du sommeil, fatigue, perte de mémoire et de concentration, symptôme dépressif, problèmes de dos, d'ulcères, hypocondrie, irritabilité et une anxiété qui peut aller jusqu'à la panique. Il y a aussi souvent abus d'alcool, de cigarettes et de drogues. Mais le dépistage est toujours extrêmement complexe, et une fois diagnostiqué, "le traitement est long et difficile", prévient le Dr Martineau-Arbes. "Le retour au travail peut parfois prendre des années. On ne sort pas indemne d'un "burn-out", on en garde des traces et des séquelles", conclut le médecin du travail.

Pour une culture commune des risques

Pour l'initiateur du colloque, Jean-Claude Delgènes, directeur du cabinet de prévention des risques professionnels Technologia, il y a urgence à se saisir du sujet car "les exigences de la vie professionnelle sont de plus en plus fortes" et mettent les salariés "sous pression". Il cite le contexte professionnel actuel, qui se durcit avec un "chômage de masse qui dure, de nouvelles organisations du travail aggravées par l'exigence de rentabilité, des objectifs de moins en moins réalistes et une gouvernance non-respectueuse de l'humain". Mais aussi les nouvelles technologies de l'information qui "font le terreau" du "burn-out" parce que le "temps de la production ne s'arrête jamais". En l'espace d'un siècle, les risques de santé au travail ont complètement changé de nature. A tel point qu'il ne s'agit plus, pour l'entreprise, de protection technique comme par le passé. Avec le risque "psycho-social", on quitte le domaine de la maladie d'une profession, pour entrer dans celui, plus large, du dysfonctionnement collectif menant à des drames individuels. 
Si les syndicats sont tout mobilisés pour faire valoir la reconnaissance du "burn out" en tant que maladie professionnelle, il paraît cependant essentiel d'établir une culture commune des risques allant de la direction générale aux partenaires sociaux en passant par les CHSCT et les équipes de prévention. D'établir en clair une définition partagée de ces risques et du stress en entreprise, afin de se garder de toute perception partisane. Pour ce faire, les chercheurs recommandent de reconstruire la représentation du travail entre direction et salariés dans la droite ligne des travaux sur l'ergonomie. "Si on veut s'attaquer au problème, il faut déployer l'analyse du côté de ce que font les salariés concrètement dans leur travail", défend Philippe Davezies, chercheur en médecine et santé du travail. Il souligne qu'en réduisant les espaces de discussion sur le travail, avec un désengagement de la part des hiérarchies autour des modalités concrètes d'exécution des tâches, "on est allés vers une individualisation du rapport au travail, chacun étant renvoyé à soi-même en ce qui concerne les arbitrages à faire, mais aussi vers une individualisation des conflits. En général, le chef n'attaque pas frontalement le collectif mais vise la frange des gens posant problème vis-à-vis des critères d'évaluation". La nouveauté, ce n'est donc pas la souffrance au travail, selon Philippe Davezies, mais le fait qu'elle s'exprime aujourd'hui de façon extrêmement individualisée. D'où l'urgence de renouer avec des repères collectifs.
 

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 85
à écrit le 15/04/2014 à 13:59
Signaler
Bonjour, Je réalise un mémoire portant sur la conduite du changement et l’épuisement professionnel et j’aimerais pouvoir recueillir vos témoignages sur la manière dont vous avez vécu le changement au sein de votre entreprise. A noter que ce questio...

le 21/12/2014 à 12:48
Signaler
je travaille dans la grande distribution depuis 33 ans sur le rayon chaussure. En 2012 mes enfts etant eleve, j'ai demande pres de ma hierarchie un 28h bien sur ces derniers ont accepte sous la condition que je devai tjs amener a bien mon travail et ...

à écrit le 23/01/2013 à 9:02
Signaler
18 mois de stage de formation classification un turn over pour finir un burn out mon employeur a une envie d'une gpec un truc fait pour les seniors plus facile pour les mises a l'écart 30 ans dans mon entreprise .ha juste une nouveau boss depuis 3 ...

à écrit le 09/11/2012 à 16:57
Signaler
Je m'inquiète pour un parent qui travaille a l'accueil telephonique dans un RSI, on leur demande un taux de décrochage d'au moins 90 % - je dis bien un taux de décrochage, ce n'est pas le service rendu a des assures en détresse qui compte mais bien l...

à écrit le 16/10/2012 à 15:43
Signaler
Moi je soulève la question suivante: pourquoi ont-ce justement les individus les plus travailleurs qui sont victimes du burn-out? J'ai beaucoup parlé de ce sujet autour de moi et ma conclusion est la suivante. Les victimes de burn-out sont les person...

le 16/10/2012 à 21:56
Signaler
A LOLITA : C EST PERTINENT ET C EST EXACTEMENT CE QUE J AI VECU ! LE SEUL HIC EST QU UNE PERSONNE TRAVAILLEUSE AVEC CONSCIENCE PRO QUAND ELLE CRAQUE COMME MOI, PERSONNE NE COMPREND ET S EN PREND PLEIN LA TRONCHE.JE ME SOUVIENS QUE JE VOYAIS LES CLIEN...

le 29/11/2012 à 10:34
Signaler
Je vis également cela depuis des mois (ma 1ère grossesse en fait). Des conditions de travail complètement différentes des autres collègues, des "oublis" de paiement de notes de frais à devoir relancer pendant des mois, des humiliations en réunion, un...

le 15/01/2016 à 20:50
Signaler
Commentaire simple, clair, intelligent et lucide . Bravo et bonne continuation.

à écrit le 11/10/2012 à 13:46
Signaler
Une piste de réflexion pour avoir une stratégie de contrôle de son stress. Partager avec tous les collaborateurs de l'entreprise les sujets suivants: Vision: quelle est la vision de l'entreprise, ses objectifs, ce qu'elle veut atteindre. Mission: la ...

à écrit le 11/10/2012 à 13:21
Signaler
Bel article, commentaires très touchants ci-dessous qui prouvent la pertinence du sujet. Quel dommage que certains se saisissent de l'occasion pour égrener leurs obsessions et leurs aigreurs sur les fonctionnaires par opposition au privé ! Pourquoi f...

à écrit le 11/10/2012 à 9:48
Signaler
Justement le "burn out» est connu depuis plus de 20 ans (surtout aux USA !), faite un tour sur les plates-formes de télémarketing, l'esclavage moderne de salariés élevés en batteries, à lire sur leur écran le même discours 200 fois et plus par jour à...

le 16/10/2012 à 22:06
Signaler
c est exactement ce qu il m est arrivé....dur à vivre et à accepter et puis quand on tombe on en prend plein la gueule....je me souviens avoir dit à mon manager à mon retour d arret maladie qu'il fallait que je fasse moins d heures sup.........;sa ré...

à écrit le 11/10/2012 à 0:22
Signaler
Bonjour, J'y suis en plein dedans depuis 7 mois et donc j'aurai le droit de m'inscrire à pole emploi la semaine prochaine (licenciement pour perturbation de l'ensemble de l'entreprise du fait de mon absence, moi, bombardé "cadre dirigeant" pour ne ...

le 11/10/2012 à 12:23
Signaler
bjr, mon mari vit la meme chose que vous depuis quelques mois. Il a peur de faire appel au medecin pour avoir droit a un arret maladie à cause des conséquences lourdes par rapport à son travail et ses supérieurs ( de se faire licencier..) quels cons...

le 03/03/2014 à 17:56
Signaler
URGENCE:medecin traitant, délégué syndical, inspection du tracail, représentant du slalrié, médecine du travail,

à écrit le 10/10/2012 à 17:34
Signaler
Le burn-out est un syndrome mal connu. On l'assimile trop facilement au stress. Même si il est intimement lié au stress chronique il n'est pas que cela. La fatigue est un des symptômes mais ils sont nombreux. Il touche généralement les personnes très...

à écrit le 10/10/2012 à 16:34
Signaler
on vit dans une société où le mot FATIGUE est TABOU . Il faut toujours être performant au travail , en amour , famille , amis ,loisirs etc ... Mais bon sang , il n'y a pas de maladies plus HONTEUSE que d'autres ! et un bon conseil : éviter les donn...

à écrit le 10/10/2012 à 14:11
Signaler
Moi aussi je me remets doucement d'un burn out qui m'a valu 6 mois d'arrêt de travail, une reprise en mi-temps thérapeutique pendant 10 mois. la reprise à temps complet est prévue début novembre. Depuis un an et demi je me bats pour que cette maladie...

le 11/10/2012 à 11:48
Signaler
Ta dernière phrase me parle beaucoup et moi aussi j' avais des doutes sur ma résistance au stress et au travail. Tu imagines la gravité d' écrire cela....et oui, au travail il faut être un robot en bonne santé et surtout accepter des cadences débiles...

le 11/10/2012 à 15:02
Signaler
Moi j ai trouve la solution, elle vient aussi du Japon>>> Le "Sepuku", au moins couché a l ombre d un cerisier en fleurs j aurais plus l impression que quoique je fasse ca ne sert a rien

le 11/10/2012 à 16:42
Signaler
Chris il faut garder espoir! ne pas se tuer pour le travail ou quoi que ce soit, il y a une vie en dehors et vous êtes utile. Même si vous ne le croyez plus pour le moment, ce n'est qu'un moment et il faut tenir bon car cela vaut le coup

à écrit le 10/10/2012 à 14:06
Signaler
Le Burn Out est certainement un des maux de notre monde avec son opposé "la touffe dans la main" que d'autres cultivent allègrement comme les "Y a Qu'à Faut qu'On!". Ce qui est effrayant c'est que les deux peuvent cohabiter dans le même groupe sans q...

le 10/10/2012 à 18:06
Signaler
je répond à l'indépendant,le burn out syndrome ou syndrome d'épuisement professionnel existe bel et bien chez les privés,je suis médecin motivé et soucieux de répondre toujours aux attentes de mes malades,il m'arrive de bosser de 8h jusqu'à 22H je s...

le 10/10/2012 à 22:25
Signaler
J'ai fait un burn out l'année dernière alors que j'étais une fille si motivée et passionnée par son travail de thèse universitaire, j'ai pas choisi, du jour au lendemain, plus rien, le vide total, tout avait "cramé" en moi, j'aime pas les donneurs de...

le 11/10/2012 à 7:19
Signaler
Un medecin qui divise!,,, je suis fonctionnaire mais seulement maîtresse.....2100euros par mois.après 30 ans de bon travail d'après mes supérieurs, j'ai le choix entre continuer et préparer à coup sûr un ulcère ou prendre une retraite anticipée pour...

le 11/10/2012 à 7:41
Signaler
ma mère etait maitresse d'ecole en retraite comme vous : elle touche plus 2000 euros par mois : alors arretez vous plaindre , nous les privés : 50% ; faites la différences

le 11/10/2012 à 9:38
Signaler
Passez les concours de fonctionnaire dans ce cas si c'est si génial !! vous faites partie de ceux qui ne connaissent pas et passent leur temps à juger ! ça vous donne l'impression d'être plus crédibles dans vos gémissements

le 11/10/2012 à 10:02
Signaler
réponse à Léon, les fonctionnaires sont justement plus touchés par le stress, je rappelle aux gens qui ne savent pas ce que veux dire "être fonctionnaire" : c'est du service public en continuité, de la polyvalence, des salaires en dessous largement d...

le 12/10/2012 à 13:43
Signaler
je vois que leon reste avec de grands préjugés sur les fonctionnaires; merci à chamboise. Il y a fonctionnaire et fonctionnaire. Je travaille dans une collectivité territoriale au niveau du social (assistante de gestion : j'instruis les dossiers) et ...

à écrit le 10/10/2012 à 13:50
Signaler
Bonjour à tous, Le "burn out" un sujet comme tout le monde le dis de plus en plus à la "mode" mais ne mélangeons pas les personnes qui ce sentent fatigué par le fait de ne jamais avoir vraiment travaillé au par avant et que du jour au lendemain ils o...

le 10/10/2012 à 14:10
Signaler
ouf !.... déjà, travaillez la ponctuation :) un point, une virgule, un double point, un point virgule, etc..... Là il faut vraiment que vous arrêtiez tout !!!!!

le 10/10/2012 à 14:14
Signaler
Bonjour Si vous êtes conscient de tout cela, le plus difficile est d'admettre que l'on est malade. Mais soignez vous... autrement dit arrêtez tout. Quand on est hyperactif, qu'on ne pense qu'à ses obligations, à s'en rendre malade, c'est une réponse...

le 10/10/2012 à 22:38
Signaler
merci Laurent concernant les cas similaire mon médecin m'en a présenté aussi et m'a expliqué les risques, mais je n'arrive pas à décrocher avez vous réussi? si oui comment ? merci

le 11/10/2012 à 0:46
Signaler
moi aussi je suis dans le meme cas que i am brun out...mais la avec l'aide de Dieu je arrive a m'en sortire..je me dis une chose..j ai q'une vie...pas la peine de la raté en se tuant au travail..il faut trouver autre sens de vie..le travail c'est tre...

le 03/01/2013 à 11:45
Signaler
Bonjour à tous, Je suis de retour et depuis maintenant quelques semaines, je vais mieux, non pas grâce au cachet ou autre mais j'ai pris conscience que la vie n'était pas que le travail. j'ai demandé début décembre une rupture conventionnelle, qui à ...

à écrit le 10/10/2012 à 13:10
Signaler
C'est ce que je vis actuellement !

à écrit le 10/10/2012 à 12:42
Signaler
Quand on est seul(e) avec ou pas un enfant et vu la conjoncture on ne choisit pas forcément un métier où l'on va s'épanouir et puis choisir c'est déjà en avoir les moyens financiers personnels ou familial ce n'est pas toujours le cas, et honnêtement ...

à écrit le 10/10/2012 à 11:44
Signaler
En arriver là pour un travail, excusez moi mais c'est de la connerie. Un jour j'ai vraiment été au bout du rouleau à mon taf, j'ai juste dis "salut, je me casse" et je suis définitivement parti. Faut être vraiment pigeon pour imaginer un seul instan...

le 10/10/2012 à 11:57
Signaler
Ben tu paies comment ton loyer et l'alimentation de tes enfants toi ? Tu fais "salut je me casse" ?

le 10/10/2012 à 12:16
Signaler
je ne suis pas totalement d'accord avec votre avis parce que dans un travail, on cherche aussi un épanouissement personnel, ce n'est pas que la paie qui entre en jeu. quand vous choisissiez un métier, c'est par une vocation, quand vous voulez un trav...

le 10/10/2012 à 12:16
Signaler
je ne suis pas totalement d'accord avec votre avis parce que dans un travail, on cherche aussi un épanouissement personnel, ce n'est pas que la paie qui entre en jeu. quand vous choisissiez un métier, c'est par une vocation, quand vous voulez un trav...

le 10/10/2012 à 14:00
Signaler
Absolument d'accord avec les réponses précédentes. On peut effectivement voir son travail d'un point de vue financier ou alimentaire, ou avoir les moyens de prendre le recul nécessaire. Ou s'impliquer dans un métier par vocation et conviction. Seule...

à écrit le 10/10/2012 à 10:58
Signaler
Interessant. Il faut agir pour faire bouger les entreprises. J'ai moi-meme ete victime du burn out et mon entreprise m'a licenciee apres 12 ans d'investissement fort parce que j'allais mal!!! Jr me reconnais bien dans vos sympthomes.

le 10/10/2012 à 14:13
Signaler
et vous pensez bien sûr que l'entreprise est coupable de vos maux ?...

le 10/10/2012 à 15:51
Signaler
Marco3434: OUI, l'entreprise est responsable lorsqu'elle donne tant de travail à un employé que celui-ci en tombe malade. D'autre part, aprés 12 ans de bons et loyaux services (si ce n'était pas le cas, son employeur l'aurait licenciée bien avant, vo...

à écrit le 10/10/2012 à 8:37
Signaler
L'incompétence et la fainéantise seront-elles bientôt considérées comme maladies professionnelles ?

le 10/10/2012 à 11:25
Signaler
Bonjour Monsieur, Je suis moi même en train de me remettre d'un burnout. Je vous souhaite de ne pas en connaître un. Je pensais comme vous, qu'une dépression ou un burn out, c'est bon pour ceux qui ne savent pas se mettre un coup de pied au c.l pour...

le 10/10/2012 à 12:41
Signaler
Mon commentaire ne fera pas avancer le "schmilblik", mais merci Laurent, je n'aurais pas mieux dit.

le 10/10/2012 à 22:26
Signaler
Cher Laurent, je vous souhaite un prompt rétablissement. Ce qui est éminemment contestable, c'est de faire peser la responsabilité du burnout sur l'employeur. Il ne s'agit évidemment pas de contester la réalité de la maladie. Mais la maladie, aussi d...

le 16/10/2012 à 22:25
Signaler
CE N EST PAS CA ....KO PAR TROP DE TRAVAIL STRESS ET SURMENAGE

le 29/11/2012 à 11:48
Signaler
Incompétence, vous portez décidément bien votre pseudo. Moi même atteinte d'un burn out, je suis une personne qui ne supporte pas l'inaction, mais un jour, "burn out" vient à vous et vous prend toutes vos forces. Pour ma part, ça a commencé par nausé...

à écrit le 10/10/2012 à 8:31
Signaler
Un article qui prouve en creux l'imbécillité de la notion même de maladie professionnelle ou de médecine du travail. Il y a certes quelques accidents (ou des empoissonnements) pour lesquels il n'y pas de doute. Dans ces cas très limités, des assuranc...

le 10/10/2012 à 11:49
Signaler
"Cas très limités" ? L'amiante, les troubles muculo-squelettiques, etc., ca vous parle ? "Des assurances classiques sont suffisantes" ? Les assurances sont peut-être suffisantes pour réparer les dommages (quoique je ne suis pas sûr que les victimes ...

le 10/10/2012 à 11:51
Signaler
je pense que vous n'avez jamais lever le bras pour vous engager dans les travaux titanesques comme un travailleur consciencieuse. vous vous montrez très condescendant envers les gens qui prennent à coeur leur travail en étant débordant tout de même p...

à écrit le 10/10/2012 à 5:49
Signaler
Je suis en plein dedans. Ce matin je n'ai pas pu me rendre a mon travail. C'est dur.

le 10/10/2012 à 12:07
Signaler
Mieux vaut une petite pause qu'un gros claquage ... Le temps partiel tu en as parlé avec un médecin? le temps de reprendre le dessus ça peut être un excellent compromis (bien entendu si ton employeur n'exige pas 100% du travail en 50% du temps !)

le 10/10/2012 à 13:08
Signaler
@p james=mon medecin m a donne de tres tres legers anxiolitique et ca marche un peu

à écrit le 09/10/2012 à 23:17
Signaler
l'avantage, c'est que les fonctionnaires ne risquent rien de ce côté là !!! (je mets à part flics, santé et pompiers !)

le 10/10/2012 à 11:31
Signaler
Ainsi que je répondais à une personne précédemment, je suis victime d'un burn out... et si si je suis un "fainéant" de fonctionnaire (je ne suis ni flic, ni santé, ni pompie

le 10/10/2012 à 11:31
Signaler
Ainsi que je répondais à une personne précédemment, je suis victime d'un burn out... et si si je suis un "fainéant" de fonctionnaire (je ne suis ni flic, ni santé, ni pompier, et pourtant un travail qui consiste à protéger les consommateurs). Je ne f...

le 10/10/2012 à 13:26
Signaler
Oui je suis d accord avec Laurent, des feneaint y en a partout dans le privé et dans le public.Ceci étant dans le privé tu peux les licencier pour leur oisiveté mais pas dans le public qui continu a les entretenir jusqu à la retraite voir après .......

le 10/10/2012 à 14:22
Signaler
"Ceci étant dans le privé tu peux les licencier pour leur oisiveté mais pas dans le public qui continu a les entretenir jusqu à la retraite voir après .... " Je suis fonctionnaire et je travaille en DRH. Je peux vous dire que les fonctionnaires peuve...

le 10/10/2012 à 14:26
Signaler
Je suis un "fainéant" de fonctionnaire de l'éducation nationale et quand on travaille en zep avec 25 enfants de 3-5 ans qui ont un vécu très "lourd" vu leur âge, il n'est pas possible de travailler comme avec des enfants élevés dans des quartiers hu...

à écrit le 09/10/2012 à 18:50
Signaler
Persister ainsi dans le déni, un spécialité bien française cultivée par toutes les catégories socio-professionnelles et à tous niveaux de l'échelle sociale. Le déni est bien plus grave encore dans la cécité des garnds corps d'état, qui cloîtrés dans...

à écrit le 09/10/2012 à 18:07
Signaler
ce qui est rassurant pour la france, c'est que c'est pas les syndicalistes qui se tuent au travail ! ils sont d'ailleurs payes pour faire la lutte des classes par l'entreprise qui les emploie

le 10/10/2012 à 11:57
Signaler
Si les syndicalistes n'existaient pas, le dialogue social non plus, et les patrons (qui ne sont pas tous des saints, même chez les pigeons) feraient encore plus n'importe quoi en pressurisant les salariés. Privés de structures de négociations pour po...

le 10/10/2012 à 12:05
Signaler
Les salariés syndiqués sont payés par l'entreprise... ben oui sinon ils ne sont pas salariés ? Et puis je ne sais pas quel age vous avez ou si vous travaillez mais ça vous ferait pas de mal de voir comment ça se passe dans la réalité... arretez de vo...

le 10/10/2012 à 12:47
Signaler
je fait une étude sur le stress au travail , je cherche des témoignages. symptomes, suivies médicaux, médecine douce, les résultats.......merci pour les gens qui se battent.

le 10/10/2012 à 13:58
Signaler
J' ai vécu un burn out il y a 2 ans car trop de surmenage et de stress au travail, pert de poids, insomnie, impossible de marcher parfois, je ne sentais comme une machine à fric, bossant dans le commerce et ayant de très bons chiffres depuis des anné...

le 10/10/2012 à 14:32
Signaler
@reflexo j ai essaye l accupunture et je pds de lergers anxiolitique

le 10/10/2012 à 14:49
Signaler
@louise=sans indiscretion quel medicament vs a t on donne

le 10/10/2012 à 15:01
Signaler
Tout se joue au debut. Une mauvaise conception prealable du plan de travail entraine inevitablement une mauvaise condition de travail. D'ou l'importance de s'informer sur une institution avant de s'y engager. L'organisation de bon nombre d'institutio...

le 10/10/2012 à 15:36
Signaler
A ZEB : Bcp trop: anxiolitiques, anti dépresseurs, anti épileptiques....etc : conséquences : prise de poids, tremblements, vomissements...etc

le 10/10/2012 à 16:12
Signaler
merci de ta reponse mo je ne prends que de l anxiolitique 1fois par jour mais a ce jr j arrive pas a men lacher comment as tu fait

le 10/10/2012 à 16:24
Signaler
J' ai mis plusieurs mois et puis trop dur de morfler physiquement à cause des cachetons. J'ai surtout renvoyer chier ceux qui trouvaient que je n allais pas bien assez vite et qui n'ont pas voulu entendre ma douleur à cause des cachetons.Mais j'ai ré...

le 10/10/2012 à 17:02
Signaler
@louise=je suis fier de toi et ca a pris combien de tps pr arreter les anxiolitiques....

le 10/10/2012 à 17:12
Signaler
Le burn-out est un syndrome qui doit être accompagné. Les personnes qui en sont victimes ressentent une véritable souffrance tant physique que psychique. Elles se retrouvent très souvent isolées et ne savent pas comment en sortir et où trouver de l'a...

le 10/10/2012 à 19:42
Signaler
A ZEF : j'ai mis deux ans à vraiment arrêter.Mais j'ai tenté plusieurs fois arrêt pendant ces 2 ans.Mais ma direction m'en a foutu plein la gueule car j'étais moins PERFORMANTE qu'avant alors dur à vivre et recours parfois aux médocs avec un gros sen...

le 11/10/2012 à 10:55
Signaler
@ louise=tes reponses m aident bcp rien que au niveau des anxiolitiques=tu prenais quelle quantite et a quel rythme

le 11/10/2012 à 11:41
Signaler
A lZEF : ma réponse ne t'aidera pas, je pense que cela dépend des gens et des situations.Je crois que je mieux c'est d'idendifier les problèmes, les causes et les conséquences, de jetter les médocs.Les médocs cherchent un environnement pathologique, ...

le 11/10/2012 à 12:54
Signaler
faites comme NOUS ici au senegal.Dialoguer entre collegues et surtout en famille.PRENDRE du bon temps avec ses amis autour de la theiere ou en after work ou aussi au stade.PERDRE son taf nest pas pour nous la fin du monde.la solidarite et les rappo...

le 11/10/2012 à 13:06
Signaler
@ louise= si je le savais ...........ca fait un an que j ai des crises d angoise a m evanouir qui viennent et qui partent j ai tjrs atteint mes resultats commerciaux en agence mais j avais des pbs ac mon n+1.depuis j ai change de service mais les c...

le 11/10/2012 à 14:32
Signaler
A ZEF : sais tu pourquoi tu as ces crises et à quel moment elles arrivent ? peur du chomage, de ne pas y arriver ou autre ? et tu bien entouré, as tu une compagne, tes proches te comprennent t'ils ? d'une certaine façon, ne te reconnais tu plus dans ...

le 11/10/2012 à 15:17
Signaler
le changement de service m a enleve la pression mais aussi beaucuop de reconnaissance je ne suis pas sur que ce soit le w.j ai une comùpagne et des enfants ac qui ca se passe bien. je n arrive pas a savoir de ou ca vient mais que c est penible a vi...

le 12/10/2012 à 15:50
Signaler
@zef = y-a t-il eu dans votre entreprise un changement concernant la façon de travailler de faire des ventes, grille ou barème de rémunération, de considérer le client ...? C'est peut-être une question de valeurs avec un grand V. Quand on parle de bu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.