Et si la gentillesse était d'abord de la bienveillance ?

Depuis 2009, Psychologies Magazine lance chaque 13 novembre la journée de la gentillesse. Sacré pari dans notre pays peu enclin à regarder d'un bon œil cette expression classée d'emblée comme mièvrerie. Pourtant. les recherches en psychologie montrent combien être gentil apporte une profonde gratification psychique et un véritable sens de la coopération. A condition de porter un autre regard sur les relations humaines.

6 mn

Copyright : Pumbaa80/Wikipedia
Copyright : Pumbaa80/Wikipedia (Crédits : Reuters)

Moins d'efforts, plus de résultats : voici en deux mots l'équation portée par tous ceux qui font désormais l'expérience de la "gentillesse". Parce qu'ils cherchent et trouvent la contribution de leur environnement, parce qu'ils élèvent leur regard au-dessus du marais des malveillances, et leur ambition au-dessus de la mêlée des conflits et des egos, ceux qui pratiquent au quotidien la gentillesse, l'élan du coeur, découvrent bien souvent le courage et l'intelligence dont l'ambition a besoin.

En témoignent ceux qui s'investissent désormais dans l'économie du partage, fondée sur l'entraide et la coopération.

Un mouvement né au Japon en 1963

Telle une nouvelle philosophie de la vie, le Small Kindness Movement (« Mouvement de la petite gentillesse ») prend son envol. Il est né au Japon en 1963 après des affrontements entre policiers et étudiants. Il s'est transformé en 1997 en World Kindness Movement, un mouvement mondial importé en 2009 dans l'Hexagone à l'initiative du magazine Psychologies.

Depuis 2011 le magazine a également emporté dans ce sillage plus de 350 entreprises au travers de son "Appel à plus de bienveillance au travail".

Si la gentillesse a aussi mauvaise presse chez nous, c'est qu'elle est encore perçue comme une naïveté confondante. Si la course au profit existe toujours, si la souffrance au travail est une réalité dans nombre d'entreprises, si la société de la défiance est partout perceptible, il n'empêche qu'un mouvement est en marche.

Réhabiliter l'importance du collectif

Mouvement qui tend justement à inverser celui en vigueur et qui cherche à réhabiliter la place de l'humain et des échanges dans la société, en un mot : l'importance du collectif. Cette nouvelle culture du "nous" qui prend sa source dans plusieurs courants, de la psychologie positive à l'économie positive en passant par l'économie sociale et solidaire et tous les mouvements citoyens, défend une aspiration à plus de solidarité qu'animent les réseaux sociaux. Une communauté de "partageurs" s'échange objets, services, savoirs, financements.

La collaboration en marche n'est pas une simple expression de gentillesse au sens de la négation de soi. Ce qui reviendrait d'ailleurs à la négation de l'autre. Cette gentillesse-là s'éclaire à la lumière de la bienveillance et au respect des uns et des autres. Elle permet de savoir coopérer avec les difficultés inhérentes à la vie. Elle les voit alors plus comme des tremplins pour s'élancer que des obstacles infranchissables. C'est la recherche de la meilleure solution possible à une situation qui s'annonce difficile.

Loin de tout angélisme

Une bienveillance qui offre à chacun de gagner la liberté de réussir et de faire ce qui est en son pouvoir et à sa mesure. Loin de tout angélisme et de faiblesse, mais à l'opposé de la méfiance. Pour mesurer l'ampleur du mouvement en train de naître, il nous faut changer notre angle de vue et de perception des relations humaines.

« Les guerres du siècle dernier, les crises économiques ont secoué les esprits, explique Christine Marsan, psychosociologue, auteure d'Entrer dans un monde de coopération, une néo- RenaiSens. L'humanité aspire à en finir avec les valeurs guerrières, avec un système libéral qui produit de l'exclusion et de la destruction. Cela s'est manifesté, ces soixante dernières années, à travers l'explosion des psychothérapies et des pratiques de développement personnel, mais aussi par l'affirmation d'une conscience écologique à l'ampleur inédite. Chacun aspire à participer à une nouvelle manière de faire société en préservant l'écosystème auquel nous devons la vie ».

Selon la dirigeante de "Mute&Sens", les problèmes que nous avons à affronter sont aujourd'hui trop complexes pour que nous puissions les régler seuls. Nous devons nous épauler.

Certains préfèrent parler de bienveillance

Si la gentillesse reste encore une valeur en proie à la dévalorisation, il serait alors plus juste de lui adjoindre sa cousine germaine, la bienveillance, pour réconcilier les opposants. Les Français en font presque d'ailleurs une nécessité. Pour preuve, le sondage Viavoice qui révèle que 93% des Français estiment qu'ils ont besoin de manière "prioritaire" pour l'avenir de "respect entre les gens". Sous-entendu de plus d'attention accordée à l'autre.

Pas question ici de philanthropie?: les travaux de la psychologie positive en France montre combien la bienveillance et l'écoute dans le monde impitoyable de l'entreprise font preuve d'efficacité.

La science s'intéresse de plus en plus à la thématique de l'« altruisme », de l'« empathie » ou de la « bonté ». Ces recherches, aussi bien chez les psychologues, les biologistes que chez les économistes tendent à montrer que l'aptitude à se tourner vers autrui apporte du bien-être à l'individu.

Une affaire d'économie et de politique

Valoriser les comportements coopératifs, ce qu'Aristote appelle l'amitié, sans laquelle on ne peut bien vivre, serait le plus sûr moyen d'améliorer la productivité globale. Egalement notre démocratie. C'est donc aussi une affaire d'économie et de politique et pas une simple histoire de bons sentiments.

Le psychologue et mathématicien Anatol Rapoport estimait que « le développement moral d'une civilisation peut se mesurer à l'étendue de son sens de la communauté ».Avant lui Hegel considérait la lutte pour la reconnaissance comme l'origine des progrès dans la moralité.

Quant à Cynthia Estlund de l'Université de New York, elle a montré comment l'atelier et le bureau étaient le lieu où des personnes d'origine différentes qui ne se seraient jamais rencontrées pouvaient développer des relations de coopération et d'amitié. Or les traités de management des équipes sont restés à l'écart de ces considérations sur l'amitié.

"Marcher chacun son chemin original en compagnie"

À l'encontre des théories économiques les plus libérales, des recherches récentes établissent que des individus sont prêts à sacrifier une partie de leurs gains monétaires en échange d'une meilleure estime d'eux même.

Juliette Tournand, auteure de "la stratégie de la bienveillance", précise que "dans cette rencontre de l'autre, il n'est donc absolument jamais question de renoncer à soi-même en suivant aveuglément les pas d'un autre. Mais bien au contraire de créer sa propre route à côté de l'autre qui crée la sienne propre". En bref, résume la coach et consultante : "Marcher chacun son chemin original en compagnie, se rencontrer tant que notre route est commune, et se réaliser un peu plus à chaque pas et à chaque rencontre".

Au final, chacun prend dans ce domaine ses responsabilités.

"Il reste que la coopération suppose que quelqu'un commence par y croire, quitte à ce que ce soit en univers hostile (où la bienveillance est à la fois insolite et précieuse), quitte à ce que ce soit par un stratège débutant qui prend le risque de faire exister le premier ce qu'il espère", conclut Juliette Tournand.

Après tout, croire à la coopération à priori possible, c'est l'esprit même de la civilisation. Ce qui fonde la vie sociale, l'industrie et le commerce, la philosophie, les arts les jeux et les sports. En sachant, comme le dit Edgar Morin "qu'il n'est pas de pilotage automatique en éthique -on ajoutera comme en bienveillance et en gentillesse-, qu'elle apportera toujours choix et pari, qu'elle nécessitera toujours une stratégie".

6 mn

En direct I Forum agri innovation de Bordeaux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 09/03/2014 à 15:22
Signaler
La bienveillance dans le travail..faciliter la vie de nos collègues, aider lorsque l'on peut. Apporter de l'harmonie sur son lieu de travail, prendre soin de ses collègues, voila comment je vois et j apporte ma contribution dans mon milieu professio...

à écrit le 19/11/2013 à 11:20
Signaler
pour changer le monde commencer par vous meme le reste suivra . Il est un miroir de votre vie . ASSUMER c'est beaucoup de courage

à écrit le 19/11/2013 à 10:44
Signaler
Et s'il suffisait d'être courtois, d’être considéré, d’être conciliant. Tout simplement d'être poli sans distinction de niveau hiérarchique, de couleur, de poids, de taille et encore de religion.

à écrit le 19/11/2013 à 10:41
Signaler
Et s'il suffisait d'être courtois, d’être considéré, d’être conciliant. Tout simplement d'être poli sans distinction de couleur, de poids, de taille et encore de religion.

à écrit le 19/11/2013 à 10:18
Signaler
Mais mon expérience professionnelle m'a montré qu'il était plus efficace d'être craint que d'être gentil....

le 19/11/2013 à 10:35
Signaler
La mienne m'a démontré le contraire.

à écrit le 19/11/2013 à 0:28
Signaler
La bienveillance passe par l'empathie. Le problème est justement que l’empathie fait défaut chez certains de nos congénères ! Un petit pouvoir et c’est la loi du plus fort prédomine ! Depuis deux mois, j’osais encore croire en mon droit de contrib...

le 19/11/2013 à 7:00
Signaler
l'article le souligne avec Anatol Rapoport à propos du développement d'une civilisation; essor jusqu'à une certaine suprématie. l'hypothèse d'un rapport entre les composantes d'une société, le profil de sa population et celui de ses pouvoirs, et le d...

à écrit le 18/11/2013 à 19:09
Signaler
Super ! Quelle gratification pour moi qui suis considérée comme une personne gentille !

à écrit le 18/11/2013 à 18:52
Signaler
Super ! Je peux me sentir gratifiée d'être reconnue comme une personne gentille !

à écrit le 18/11/2013 à 18:28
Signaler
= après avoir bâti les murs (technologie), occupons-nous des fondations (valeurs humaines)... = ça fait 9.000 ans que j'emmerde mon prochain en ayant une plus grosse charette que lui et non, je ne suis pas sympa, ça m'est égal si lui il n'a pas de...

à écrit le 18/11/2013 à 17:54
Signaler
Etre gentil et incapable de représailles c'est juste invivable, on se fait bouffer tout cru par la société actuelle.

à écrit le 18/11/2013 à 17:23
Signaler
A le lecture de ce texte,j'avais l'impression d'être le bourgeois gentilhomme de Molière qui faisait de la prose sans le savoir. Tout est vrai ! Avec un peu de gentillesse,bienveillance,empathie,appelez ça comme vous voulez ,dans les rapports profess...

à écrit le 18/11/2013 à 17:09
Signaler
Excellente analyse : la bienveillance au service de la coopération, du collectif et de la performance. Ça marche ! Je l'ai testé pour vous sur mes équipes, pourtant incrédules au départ.

à écrit le 18/11/2013 à 14:33
Signaler
a nos syndicats ouvriers, patronnaux, et à nos rentiers et financiers...

à écrit le 18/11/2013 à 13:30
Signaler
Hé bien oui... Où l'on (re) découvre officiellement les bienfaits de cette vertu. Car seul le monde financier stupide et arrogant (cf Gordon Brown) a tenté d'étouffer cette vertu au sein des entreprises. J'irais même un peu plus loin dans l'analyse: ...

le 18/11/2013 à 14:17
Signaler
..."il faut savoir donner pour recevoir..." Ce fut une parole d'un Traider de Wall-Street...."Pour faire de l'argent, il faut commencer à en perdre"

à écrit le 18/11/2013 à 13:26
Signaler
La gentillesse c'est l'art de ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire faire par les autres le jour même. Redoutablement efficace en entreprise. Le genre :«Paco regarde mon truc, il marche plus. Au lieu d'expulser l'importun je sors met...

à écrit le 18/11/2013 à 13:09
Signaler
La gentillesse et la bienveillance vont ensemble. Etre gentil, c´est être bienveillant et être bienveillant, c´est être gentil. Tout á fait d´accord avec Psychologies Magazine, être gentil et bienveillant, c´est très gratifiant et rend le monde plu...

à écrit le 18/11/2013 à 12:22
Signaler
J'ai dirigé successivement deux entreprises de 2000 personnes et j'ai toujours été courtois, bien élevé, poli, bienveillant, respectueux ... avec tout le monde comme dans la rue ou le métro. Cela me semble un minimum par respect pour l'autre. Je ne l...

à écrit le 18/11/2013 à 10:24
Signaler
envoyez cet article par recommandé a Muscovichi et Cassetafiol

à écrit le 18/11/2013 à 10:15
Signaler
Je dirige un cabinet d'expertise comptable de 27 personnes. J'essaie d'appliquer cette méthode depuis 10 ans. Cela marche, tant sur le plan humain qu'économique.

à écrit le 16/11/2013 à 10:26
Signaler
Cela fait du bien de se poser ces questions dans le monde des entreprises. Cela me rappelle un livre sur le système Toyota où ils expliquaient l'importance du respect de l'individu pour la qualité du management. Mais ces approches, qui approtent plus...

à écrit le 16/11/2013 à 0:15
Signaler
Roulé par terre... Pas un seul commentaire lorsqu'il s'agit de bullshit lobotomiste...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.