Eric Scherer (France Télévisions) : "Bientôt, on peut imaginer avoir des contenus sur le web et des bonus à la télévision ! "

 |   |  573  mots
Pour Eric Scherer (à droite), il faut suivre la manière dont la nouvelle génération s'informe. @kmeron pour LeWeb12
Pour Eric Scherer (à droite), il faut "suivre la manière dont la nouvelle génération s'informe". @kmeron pour LeWeb12 (Crédits : <small>LEWEB</small>)
Directeur de la division média du futur, en charge de la stratégie numérique chez France Télévisions, Eric Scherer a évoqué les grands chambardements à venir concernant l'évolution de l'offre sur le petit écran avec l'essor du Web. Plus en amont, Vivek Badrinath, un responsable d'Orange, a évoqué comment d'un point de vue technique, les télécoms s'adaptaient à cette révolution.

Dans le monde des médias traditionnels, l'essor d'Internet fait (souvent) peur. De fait, la Toile révolutionne la manière d'informer. Et fait de plus en plus sauter les frontières entre les supports, qu'il s'agisse d'un antique téléviseur, de smartphones ou de tablettes tactiles. Invité à débattre lors de cette édition 2012 de la conférence Le Web, Eric Scherer, directeur de la division média du futur, en charge de la stratégie numérique chez France Télévisions, a pourtant fait montre d'un optimisme rafraîchissant concernant l'Internet des Objets (IoT, Internet of Things), qui permet en autre la communication entre différents objets de la vie quotidienne. Sans pour autant passer sous silence les problèmes d'adaptation auxquels il est confronté.

"Bientôt, on peut imaginer avoir des contenus sur le Web et des bonus sur nos chaînes!", a-t-il ainsi souri. A France Télévision, il a évoqué le développement de la "smart TV", intimement liée à l'essor des tablettes connectées, qui d'après lui, "deviendront le premier support pour beaucoup". "Le principe, c'est de pouvoir proposer des contenus au bon moment, et au bon endroit (en voiture, dans le métro, etc... Ndlr)", a-t-il indiqué. D'après lui, cette télévision-ci est l'avenir du petit écran. "On va y venir", a-t-il assuré.

"Des passerelles entre la télévision et l'Internet"

Mais qui dit nouveau supports, dit aussi nouvelles formes de narration. Car sur internet, on peut incorporer du texte, des pastilles vidéo ou sonores. Et entremêler ces différents éléments pour construire un récit. En clair, pas question de se cantonner à diffuser simplement un contenu destiné au petit écran. Résultat: "On expérimente de nouvelles manière d'informer, en créant des passerelles entre la télévision et l'Internet", souligne Eric Scherer. Pour autant, il précise que la télévision traditionnelle a encore de belles cartes à jouer sur certains segments. Il cite ainsi les "grands événements sportifs", qui réunissent familles et amis devant le même écran, les talk shows ("de qualité", insiste-t-il), ou encore les séries.

Pour permettre à France Télévisions de prendre au mieux ce virage numérique et s'insérer dans "ce nouvel écosystème", Eric Scherer explique qu'il faut "suivre la manière dont la nouvelle génération s'informe", et surtout pas "nager à contre-courant" en essayant "d'imposer un modèle". Toutefois, il explique que cette nouvelle manière de produire des contenus ne se mettra pas en place en un claquement de doigt. Car l'institution France Télévisions est un poids lourd du monde audiovisuel. Elle a ses habitudes de travail, soit "une culture propre très forte", dit-il. Mais comme l'explique le chef de la division Média du futur, la révolution est nécessaire, d'autant que l'apparition de myriades de nouvelles chaînes va inéluctablement, à terme, "fragmenter l'audience".

Créer de la valeur et de nouveaux business


En amont des problématiques de France Télévisions, Vivek Badrinath, directeur Général Adjoint de France Télécom Orange et PDG d'Orange Business Services, a lui évoqué ces changements, qui nécessite des efforts côté connectivité. Surtout, il estime que l'Internet des Objets ca permettre de créer de la valeur, et donc de nouveau business, en permettant de mieux cibler les habitudes des internautes-consommateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :