L'Allemagne, ce n'est pas le diable, mais ce n'est pas le paradis non plus...

 |   |  991  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Comment expliquer les attaques du parti socialiste contre le gouvernement allemand ? Probablement par une vision de l'Allemagne qui ne correspond que peu à la réalité. Que reprochent les socialistes français à Angela Merkel ? D'imposer à l'Europe une politique d'austérité condamnable visant à préserver la compétitivité de l'industrie allemande et à plonger les pays d'Europe du sud dans la récession et la crise sociale. Que demandent-ils ? Que l'Allemagne relance son économie par une augmentation massive des salaires, renonce à sa politique de réduction du déficit budgétaire et de la dette... Avec quel objectif ? Desserrer la contrainte budgétaire sur le reste de la zone euro, renvoyer à plus tard le retour à l'équilibre budgétaire, au désendettement et les réformes structurelles.

Toute autre forme d'alliance serait vaine

La vive réaction du premier ministre et d'un certain nombre de membres du gouvernement contre cette nouvelle saillie à l'égard de Berlin est le signe que cette politique d'opposition forte à l'Allemagne, est une voie sans issue pour la France. Qu'y gagnerait-on ? Un sursis dans le calendrier de réduction de notre déficit public ? Il est déjà quasiment acté. Un saut de compétitivité des entreprises françaises ? Il serait de courte durée. En outre, si l'Allemagne plonge dans la récession, les entreprises françaises qui comptent de nombreux clients en Allemagne, seraient les premières frappées.

L'Union Européenne et la zone euro y gagneraient-elles en efficacité et en puissance ? Ce serait l'inverse car la douloureuse gestion de la crise de la zone euro a montré que les marchés accordent davantage de crédit à la solidité de l'attelage franco-allemand et à son engagement déterminé dans la réforme de le gouvernance européenne (comme les taux auxquels les deux pays empruntent le prouvent) qu'à toute autre forme d'alliance qui jetterait les pays du nord et du sud de l'Europe dans des camps adverses.

Il est faux de présenter l'Allemagne comme le temple de l'austérité financière. Elle aussi s'est affranchie des critères de Maastricht, elle aussi s'est endettée au delà de ce que l'on aurait pu attendre d'un pays soi-disant attaché à la frugalité et à l'orthodoxie financière. Mais la différence entre l'Allemagne et beaucoup d'autres pays de la zone euro, dont la France, c'est qu'elle a cherché, avant eux, à corriger le tir, et qu'elle a mobilisé, dans ce renversement de politique économique, l'ensemble de ses forces vives, classe politique, syndicats, industrie. Faut-il la faire payer pour cela ?

L'Allemagne et ses doutes

Que ceux qui croient avoir affaire avec une Allemagne triomphante et dominatrice se rassurent. Elle traverse beaucoup de difficultés : démographie en berne, manque d'ingénieurs et de techniciens qualifiés, montée de la pauvreté, croissance économique des plus exsangues. Elle s'est en outre lancée dans un défi politique, technologique et financier d'une ampleur inédite avec le tournant énergétique, qui devra mobiliser au bas mot, d'ici 2020/2030 quelque 300 ou 400 milliards d'euros d'investissements.

L'Allemagne éprouve les mêmes difficultés que nous à réformer son système éducatif, en raison de la décentralisation à l'extrême de l'enseignement et des rapports difficiles entre les Länder et le gouvernement fédéral. Sur le plan social, la fameuse « austérité » allemande est en train de perdre du terrain devant les revendications salariales qui montent en puissance. Les syndicats ont annoncé la couleur, pour le round de négociations de 2013, avec des demandes d'augmentation de salaires comprises entre 5 et 6,6% selon le recensement effectué par l'Institut WSI (Fondation Hans Böckler).

Le débat sur le salaire minimum est ouvert

On dénonce en France l'absence de salaire minimum en Allemagne. Ce n'est pas tout à fait exact. La Fondation Ifrap, dans l'un de ses papiers récents, rappelle que s'il n'existe pas de salaire minimal universel, fixé par la loi, 2 millions de salariés sont couverts par un salaire minimum de branche (entre 8,5 et 13,5 euro de l'heure). Certes, on compte environ 2 millions de salariés qui perçoivent moins de 8,5 euros de l'heure, mais dans les branches qui ont signé des accords salariaux, et qui concernant 12,5 millions de salariés, le salaire minium moyen est de 1 343 euros par mois, pour 37,5 heures de travail hebdomadaire.

La complexité du système salarial en Allemagne est réelle. Le gouvernement fédéral est un acteur secondaire par rapport aux branches professionnelles et dans une certaine mesure, aux länder. Le débat est ouvert entre la chancelière et certains syndicats qui veulent instituer un salaire minimum universel de 8,50 euros de l'heure. Il est très vivace même si Angela Merkel ne veut pas d'un salaire minimum universel afin de ne pas rompre le rapport entre salaire et productivité du travail. Mais la campagne électorale n'est pas encore terminée et le débat n'est donc pas éteint. Par ailleurs, le niveau des dépenses sociales en Allemagne représentait en 2011 (selon Eurostat) 43,3% de l'ensemble des dépenses publiques, contre 42,6% en France.

Plus de points communs que de différences

A y regarder de plus près, l'Allemagne et la France se ressemblent. Elles ont un modèle d'économie sociale de marché à préserver dans ses fondamentaux, dans une période où leurs positions commerciales, financières, technologiques sont attaquées. Certes, entre la CDU et le PS, subsisteront toujours des différences sensibles d'appréciation de la situation et des remèdes qu'il faut lui apporter. Mais l'essentiel reste ce qui est devant nous, et non derrière.

Si l'Europe ne veut pas abandonner toute ambition dans la compétition mondiale, et si elle veut préserver une vision de l'économie et du modèle social moins abrupte que ses grands concurrents, la France et l'Allemagne ne peuvent entrer en confrontation politique sérieuse. Et franchement, on ne voit pas très bien en quoi cela aiderait la zone euro à se remettre sur pieds...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2013 à 9:35 :
Enfin un article sensé sur l'Allemagne. Ca nous change de la soupe germanophobe de Mr Godin.
a écrit le 30/04/2013 à 19:57 :
Les différences sinon divergences semblent lissées comme pour flatter un identique modèle social européen qui rendrait ineptes les désaccords. L'on nous entretient néanmoins, sans cesse dans les médias, du modèle allemand et de la paresse française à trancher dans son modèle social pour aligner sa compétitivité sur l'exemplarité germanique de gestion qui n'est pas contestée. Que des sacrifices dits structurels soient opérés est admissible par les Français, tout autant qu'ils ne conduisent pas à des amputations sans fin et au motif dogmatique d'une nécessaire Europe qui, au bout d'un demi-siècle n'est pas une Union mais un foirail de maquignons antagonistes où réussissent de moins en moins de rares nations mais sombrent dans un déclin misérable de plus en plus de nombreuses populations. Or, aucune voie de sauvegarde n'est affichée de crédible, à l'inverse d'une sublimation des bienfaits d'un euro, subtils de sophistication comme d'opacité. Le divorce est flagrant entre les"succès"de l'euro et de la finance d'un côté et de l'autre, les échecs de l'économie et de l'emploi. De surcroît pour les populations, peut-être incultes en économie, les frasques du casino financier avec des volumes hallucinants perdurent et se cumulent sur des sommets vertigineux d'actifs pourris ou virtuels dont les créanciers détenteurs refusent de prendre les pertes abyssales, selon l'euphémisme hier employé par DSK, comme solution. Comment imagine-t-on faire adhérer des populations, mises à l'écart des choix sur leur avenir, à un tel spectacle ? Et comment admettre que ce foirail européen enferme certains dans le carcan d'un euro-groupe ainsi mené par la finance et le monétarisme, mais accepte et flatte des privilégiés d'exception jusqu'au centrifuge Royaume Uni ? Qu'est-ce qui interdirait à des nations déterminées à s'en sortir d'avoir un statut à mi-chemin de l'euro-groupe centripète et de l'externe Royaume Uni ? Quel crime à préférer une monnaie commune et pas unique et quel crime à mettre de l'ordre chez soi sans être entravé par d'insupportables envahisseurs ? Ce ne serait pas le diable dans le bénitier du foirail !
a écrit le 30/04/2013 à 8:13 :
votre analyse est très lucide et pertinente.Confronter 2 pays avec cultures et méthodes
différents c'est du travail inutile.Les français ne lisent pas la presse allemandes et vice
versa aussi en raison que les allemands sont portés plus vers la lecture des medias
anglophones.1 sur 2 en Allemagne parle anglais,en France combien? Voila aussi une
méconnaissance presque totale des qualités et fautes de notre voisin.Jamais on osera
dire que l'Allemagne c'est un paradis mais mieux de notre enfer actuel....
a écrit le 29/04/2013 à 19:37 :
Félicitations pour cet excellent état des lieux.....mais il ne faut pas trop demander à nos socialistes aux abois
qui ont un besoin urgent d'un bouc
émissaire...
de surcroît combien d'entre eux sont en
mesure de lire la presse allemande??
et ne parlons pas de leur niveau en
géo économie ...savent ils seulement
ce que c'est????
Quelle image de la France ces élus
du peuple projettent ils à l'étranger??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :